Copenhague et la F1

Le mécanisme actuel des négociations climatiques est dans le coma (cf. communiqué de presse FNE + CFDT ce jour 18 décembre). Heureusement, loin des bavardages diplomatiques entre chefs d’Etat, la société civile commence à bouger : la formule 1, incitation vociférante aux émissions de gaz à effet de serre, est à l’agonie. L’industrie automobile  est dans l’impasse financière, Honda a abandonné la F1 en 2008, imité cette année par BMW et Toyota ; Renault suit la même voie, cédant la majeure partie du capital de son écurie. Mais cela relève de la crise financière, il y a plus grave pour l’avenir de la F1. Les protagonistes des sports mécaniques sont confrontés au glissement des valeurs. La crise écologique pousse à abandonner le culte de la vitesse, le culte du bruit, le culte de l’abrutissement des masses qui font vroom vroom au volant par procuration puisque maintenant le radar les attend au tournant.

Malgré l’échec de Copenhague, on se prépare à arrêter les courses automobiles. Le peak oil du pétrole conventionnel est déjà passé, dans cinquante ans il va falloir nous passer complètement de 85 % de dépendance aux énergies fossiles, nous allons (si tout se passe au mieux) vers la jouissance dans la frugalité. La croissance était synonyme de gaspillage, il faut économiser l’énergie pour ne pas dépasser 2 °C, la mesure symbolique par excellence serait l’arrêt des compétitions de F1.

Source documentaire : LeMonde du 18 décembre

Renault lève le pied en formule 1 

Il peut y avoir du plaisir à agir pour l’environnement (Jean –Louis Etienne)

Partagez ...

14 réflexions sur “Copenhague et la F1”

  1. Sam,
    Que la F1 vive une agonie qui puisse durer quelques années encore, c’est fort possible étant donné l’échec de Copenhague, c’est-à-dire l’incapacité pour les politiques de maîtriser nos émissions de gaz à effet de serre.

    Mais cela ne veut pas dire que la F1, symbole du gaspillage d’énergie et de l’automobile reine, soit une solution pour demain : la voiture verte et propre n’existe pas.

    Quant au foot-spectacle, ce blog a suffisamment traité de sa « débilité » pour ne pas être en accord avec toi. Mais ton argumentation « foot contre F1 » n’est pas recevable, c’est un amalgame de choses trop différentes.

  2. Sam,
    Que la F1 vive une agonie qui puisse durer quelques années encore, c’est fort possible étant donné l’échec de Copenhague, c’est-à-dire l’incapacité pour les politiques de maîtriser nos émissions de gaz à effet de serre.

    Mais cela ne veut pas dire que la F1, symbole du gaspillage d’énergie et de l’automobile reine, soit une solution pour demain : la voiture verte et propre n’existe pas.

    Quant au foot-spectacle, ce blog a suffisamment traité de sa « débilité » pour ne pas être en accord avec toi. Mais ton argumentation « foot contre F1 » n’est pas recevable, c’est un amalgame de choses trop différentes.

  3. La F1 est morte ? La saison 2010 va s’effectuer avec un nombre record de participants (12 ou 13 écuries contre 10 cette année) et un nombre record de courses (19 épreuves).

    La F1 n’est pas plus polluante, ni plus débilitante que le football, qui fait se déplacer à longueurs de semaines des centaines de milliers de personnes à travers leur pays / continent.

    Oui la F1 doit se réinventer, elle doit, dans les prochaines années effectuer une mutation profonde.

    Mais souhaiter l’arrêt de ce sport automobile par pur plaisir anti-croissanciste tend à faire oublier le formidable réservoir technologique que représente la F1 et combien elle pourra apporter des solutions demain en terme de R&D sur la voiture verte (système de récupération d’énergie, moteurs électriques,…).

  4. La F1 est morte ? La saison 2010 va s’effectuer avec un nombre record de participants (12 ou 13 écuries contre 10 cette année) et un nombre record de courses (19 épreuves).

    La F1 n’est pas plus polluante, ni plus débilitante que le football, qui fait se déplacer à longueurs de semaines des centaines de milliers de personnes à travers leur pays / continent.

    Oui la F1 doit se réinventer, elle doit, dans les prochaines années effectuer une mutation profonde.

    Mais souhaiter l’arrêt de ce sport automobile par pur plaisir anti-croissanciste tend à faire oublier le formidable réservoir technologique que représente la F1 et combien elle pourra apporter des solutions demain en terme de R&D sur la voiture verte (système de récupération d’énergie, moteurs électriques,…).

  5. Comme ce doit être débilitant de ne plus voir le monde qu’au travers de l’obsession climatique.
    Ce qui pollue dans un Grand Prix de F1, ce sont les déplacements des spectateurs et des journalistes, comme pour toute autre manifestation de masse. L’essence brûlée dans les 20 voitures est un sujet dérisoire. Le courage, le suspense, le travail d’équipe, la capacité des ingénieurs à toujours repousser les limites de la technologie, ça mérite un peu plus de respect et d’objectivité.
    Et quand la F1 donnera l’exemple du zéro émission – ce qui arrivera j’en suis sûr -, ce sera un message positif. L’auteur du blog devra trouver d’autres raisons de se lamenter.

  6. Comme ce doit être débilitant de ne plus voir le monde qu’au travers de l’obsession climatique.
    Ce qui pollue dans un Grand Prix de F1, ce sont les déplacements des spectateurs et des journalistes, comme pour toute autre manifestation de masse. L’essence brûlée dans les 20 voitures est un sujet dérisoire. Le courage, le suspense, le travail d’équipe, la capacité des ingénieurs à toujours repousser les limites de la technologie, ça mérite un peu plus de respect et d’objectivité.
    Et quand la F1 donnera l’exemple du zéro émission – ce qui arrivera j’en suis sûr -, ce sera un message positif. L’auteur du blog devra trouver d’autres raisons de se lamenter.

  7. La F1, à titre d’exemple…? Peut-être. Ça ne coûtera pas grand chose : 1 milliardième des problèmes !
    Mais les lobbies du tout auto-tout pétrole sont encore bien actifs.
    Il y a 40 ans qu’on sait ce qui va se passer… Le mot « biosphère » n’était pas encore au Petit Larousse et je militais déjà contre la concentration industrielle de Fos sur Mer !
    Dans 40 ans, 2050, on suffoquera dans un prochain sommet sur le climat, pour aboutir au même résultat que ce soir. Les dirigeants seront toujours manipulés par les industriels qui vérouillent leurs budgets de campagnes électorale ! Il feront une déclaration d’intention tout à fait gratuite, aussi contraignante que les « 3% max de déficit public en Europe » ou que « travailler plus pour gagner plus », « dans 1 ans il n’y aura plus personne qui couchera dans la rus »,  » j’irai chercher la croissance avec les dents »… de notre Sarko national pseudo socialiste !
    Et quand on montrera les morts de soif et de faim, ils nous répondront :
    « Ceux qui ont trop chaud, ils n’ont qu’à brancher la clim ! »

  8. La F1, à titre d’exemple…? Peut-être. Ça ne coûtera pas grand chose : 1 milliardième des problèmes !
    Mais les lobbies du tout auto-tout pétrole sont encore bien actifs.
    Il y a 40 ans qu’on sait ce qui va se passer… Le mot « biosphère » n’était pas encore au Petit Larousse et je militais déjà contre la concentration industrielle de Fos sur Mer !
    Dans 40 ans, 2050, on suffoquera dans un prochain sommet sur le climat, pour aboutir au même résultat que ce soir. Les dirigeants seront toujours manipulés par les industriels qui vérouillent leurs budgets de campagnes électorale ! Il feront une déclaration d’intention tout à fait gratuite, aussi contraignante que les « 3% max de déficit public en Europe » ou que « travailler plus pour gagner plus », « dans 1 ans il n’y aura plus personne qui couchera dans la rus »,  » j’irai chercher la croissance avec les dents »… de notre Sarko national pseudo socialiste !
    Et quand on montrera les morts de soif et de faim, ils nous répondront :
    « Ceux qui ont trop chaud, ils n’ont qu’à brancher la clim ! »

  9. Si on s’apprête à abandonner la course automobile ce n’est pas à cause des GES mais de la crise. La Formule 1 est un moyen de publicité dont le rapport coût/résultat est certainement très élevé. D’autre part lorsqu’il n’y a plus assez de concurrents parce que les moins riches se sont retirés de la compétition, son rapport publicitaire tend vers zéro.

  10. Si on s’apprête à abandonner la course automobile ce n’est pas à cause des GES mais de la crise. La Formule 1 est un moyen de publicité dont le rapport coût/résultat est certainement très élevé. D’autre part lorsqu’il n’y a plus assez de concurrents parce que les moins riches se sont retirés de la compétition, son rapport publicitaire tend vers zéro.

  11. Paul, on peut toujours rêver…

    L’article du Monde envisageait même « des voitures électriques, des courses de voiture alimentées par des batteries dans un silence de cathédrale, des concours d’autonomie et non plus de vitesse. »

    Il est étonnant qu’un journaliste du Monde ne dise rien de la seule alternative possible, la sobriété heureuse et la reconquête de ses jambes. Il est vrai que Jean-Michel Normand est le spécialiste du Monde préposé pour vendre des voitures… Autrefois, plus c’était gros et rapide, plus il était content. Maintenant il envisage des véhicules « zéro émission ». Demain sa rubrique « roue libre » n’existera plus.

  12. Paul, on peut toujours rêver…

    L’article du Monde envisageait même « des voitures électriques, des courses de voiture alimentées par des batteries dans un silence de cathédrale, des concours d’autonomie et non plus de vitesse. »

    Il est étonnant qu’un journaliste du Monde ne dise rien de la seule alternative possible, la sobriété heureuse et la reconquête de ses jambes. Il est vrai que Jean-Michel Normand est le spécialiste du Monde préposé pour vendre des voitures… Autrefois, plus c’était gros et rapide, plus il était content. Maintenant il envisage des véhicules « zéro émission ». Demain sa rubrique « roue libre » n’existera plus.

  13. mouais.. la F1 a longtemps été source de test pour l’industrie automobile. Il est bon également de rajouter qu’elles polluent beaucoup, beaucoup moins qu’avant.
    On peut imaginer de futures réglementations qui permettraient aux constructeurs, comme ce fut le cas pour l’aérodynamisme ou l’électronique à l’époque, de développer des nouvelles méthodes visant à maîtriser la pollution.

  14. mouais.. la F1 a longtemps été source de test pour l’industrie automobile. Il est bon également de rajouter qu’elles polluent beaucoup, beaucoup moins qu’avant.
    On peut imaginer de futures réglementations qui permettraient aux constructeurs, comme ce fut le cas pour l’aérodynamisme ou l’électronique à l’époque, de développer des nouvelles méthodes visant à maîtriser la pollution.

Les commentaires sont fermés.