Discours collectif : question démographique

1) La plupart des décroissants tirent à boulets rouges sur les néo-malthusiens. S’ils admettent parfois qu’une régulation de la population est nécessaire, ils ne considèrent pas ce problème comme prioritaire, mais tout à fait accessoire. Parce que leur foi en l’homme leur fait croire que les nantis vont accepter une « transition sereine et démocratique » faisant que le souhait de Gandhi se réalise prochainement : « Vivre simplement pour que d’autres, simplement, puissent vivre. » Ce qui est un leurre. C’est méconnaître la nature humaine, c’est-à-dire l’histoire des dix derniers millénaires de l’humanité. En fait la « décroissance » est un tout cohérent dont la démographie fait partie. C’est ce que montre Annaba dans un premier chapitre, « les décroissants ne peuvent qu’être malthusiens ».

2) En écologie, la question démographique fait l’objet d’un véritable tabou. Alors que de nombreux facteurs de pression anthropiques sont étudiés, montrés du doigt et parfois combattus, la problématique du nombre des hommes est généralement passée sous silence, rejetée comme non politiquement correcte. Il s’agit de montrer dans une deuxième partie, avec Didier Barthès, qu’une autre vision, en réalité plus humaniste, est possible : « Un droit contre tous les autres. » Le droit à une reproduction « infinie » s’oppose à tous les autres droits des hommes. Il s’oppose à celui de disposer durablement d’un monde écologiquement viable. Il s’oppose à la mise à disposition d’un confort minimal impliquant une consommation mesurée de ressources. Ce droit s’oppose aussi à lui-même, puisque plus nous laissons grandir notre nombre, plus demain nous devrons prendre de gré ou de force des mesures pour le restreindre. Dit plus simplement, le droit au nombre s’oppose à une société agréable et durable.

3) Nous sommes désormais plus de 7 milliards, mais savons-nous seulement de quelle superficie de terre habitable dispose chaque être humain pour produire tout ce qu’il consommera durant sa vie et absorber tous ses déchets ? Nul débat sur la population mondiale n’est pensable sans connaître la réponse à cette question. Introduction au concept de surpollupopulation : le problème n’est aucunement le mode de vie, mais la quantité d’individus qui pratiquent ce mode de vie. La preuve par Tikopia : un très mauvais exemple de « gestion durable ». Comme quoi la décroissance économique n’est qu’une pseudo-solution, alors que la dénatalité au contraire n’a rien d’une utopie. Deux clés majeures : le féminisme, et l’instauration d’une formation scolaire à la non-parentalité. Objectif : 300 millions d’humains en 2100. Ce sont les thèses radicales défendues avec humour par Théophile de Giraud dans « Save the planet, make no baby !»

4) Alain Gras est beaucoup plus technique : « La surchauffe de la croissance ». Il développe les enseignements de François Meyer, Lotka, Paul Chefurka, Joseph Tainter, etc. Leurs analyses prospectives font apparaître des risques majeurs de surpopulation relative, liée à la question énergétique, à la taille des villes, aux rendements agricoles, et autres variables. On peut craindre des effets de seuil et des risques d’effondrement car le processus évolutif n’est pas linéaire. Nous sommes peut-être assez proches, au niveau mondial, de la situation au XIVe siècle en Europe, au moment de la peste noire qui avait découlé de l’urbanisation. L’obsession folle du progrès conduit à une accélération de la prédation, qui est une surchauffe d’un autre type que celle de la démographie, mais qui, combinée avec elle, rend l’avenir invivable. Le problème est global et Alain Gras ne sait s’il y a une solution.

5) Alain Hervé s’interroge sur « l’inconvénient d’être humain ». Chaque être humain est l’équivalent d’une cellule du grand corps de l’humanité. Il semble que l’humanité souffre d’un cancer, d’une prolifération excessive des ses cellules. Alors l’humanité subit des opérations chirurgicales. Ce sont les guerres, les épidémies, les famines, les stérilisations massives autoritaires, les génocides, les fièvres puerpérales, les perturbations climatiques… Restent les traitements radiothérapiques et chimiques que les Etats et les Nations Unies peuvent concevoir sous diverses formes d’incitations brutales à la dénatalité, par exemple en Chine. La population mondiale se stabiliserait vers 9 milliards en 2050 : il n’est même pas certain que ce chiffre sera atteint.

6) Corinne Maier interroge la politique nataliste française : « la grande baby-llusion ». Aucune dépense n’est trop lourde pour permettre aux habitants de notre beau pays de se reproduire. La presse et les sondages prétendent que pouponner est la préoccupation majeure du-de la Français(e). Nous voici de plein pied dans la version moderne du nationalisme, « faites des enfants, cela va vous épanouir » : un slogan plus tendance que les fanfaronnades de Pétain, mais pas moins rance. L’enjeu est double : d’abord offrir toujours plus de petits consommateurs à un capitalisme qui a besoin de vendre davantage de cochonneries ; ensuite, cultiver avec des bébés made in France cette fleur fragile qu’est la francitude. Il est temps d’examiner avec un regard critique cette politique nataliste, en s’interrogeant sur son utilité collective. $

7) Homo « Sapiens » (!) pense pouvoir maîtriser les lois de la nature (procréation in vitro, OGM, biologie synthétique etc.). Mais la nature sera toujours la plus forte. Il faut qu’elle puisse reprendre ses droits car l’homme a oublié qu’il en était lui-même issu. Y compris et surtout pour notre alimentation, car sans agronomie et sans paysan, pas de société humaine… C’est la thématique développée par Jacques Maret, « Population, alimentation, agronomie et famines ». Pour les démographes officiels, les économistes et politiques, la croissance d’une population déclencherait une dynamique économique. Dans un monde fermé les flux de nourriture et d’énergies nécessaires à la (sur)vie humaine posent des problèmes de logistique, les limites de la Planète s’imposent. La nécessité de décroître énoncée par Malthus (1766-1834) est donc incontournable.

8) Jean-Claude Noyé s’interroge sur « contraception et avortement, ce qu’en disent les religions ».  L’occasion de réaffirmer que le fait religieux se décline au pluriel. Il convient de  parler « des » christianismes ainsi que des diverses modalités de l’islam, du judaïsme, du bouddhisme, etc. Ces modalités et sensibilités contrastées orientent le regard des fidèles sur la population. Ainsi catholiques progressistes ou conservateurs ne reçoivent pas de la même façon les directives du magistère romain. A fortiori quand il s’agit de la fameuse encyclique de Paul VI sur la contraception, Humanae Vitae (juillet 1968),dont le contenu s’inscrit dans le droit fil d’un refus constant de l’Eglise catholique non seulement de l’avortement mais aussi de tout moyen de contraception non « naturel ». Ce texte consomma un peu plus la rupture entre le Vatican et le monde moderne. Alors même que le concile Vatican II avait porté, quelques années auparavant, l’espoir d’un rabibochage entre eux. Que va faire le pape François ?

9) « 9 milliards en 2050 ? Pas si sûr » C’est de la prévision moyenne de la population humaine en 2050 qu’est partie la réflexion de Pablo Servigne. Il montre que ce chiffre est issu d’un modèle démographique qui ne tient pas compte des ressources. Or, intégrer les limites physiques de la Terre donne des prévisions bien différentes. Selon d’autres modèles démographiques, bien plus réalistes, il est très probable que nous n’atteignions jamais 9 milliards d’être humains et que la population chute de manière incontrôlée aux alentours de 2030… si rien n’est fait en matière de politique démographique. Brandir un chiffre « optimiste », même s’il est de l’ONU, n’est pas une preuve scientifique que nous pouvons contourner les lois de la thermodynamique. C’est un vœu pieux, qui ne suffit plus à masquer la probabilité croissante d’un effondrement.

10) Michel Sourrouille aborde une question rarement évoquée, « la décroissance des migrations sur une planète close et saturée ». En effet cet aspect sent le souffre puisque l’arrêt des migrations est une thématique portée par l’extrême droite. Mais pas seulement.Sur une planète saturée d’humains, les frontières se ferment. Les lois contre les étrangers se durcissent un peu partout, dans les pays riches comme dans les pays pauvres. La décroissance démographique ne touchera pas seulement les migrants économiques, mais aussi le tourisme de masse. Le plus insoluble sera certainement le statut à donner aux éco-réfugiés, nombre fortement accru par les effets du réchauffement climatique. Cela posera demain un problème peut-être insoluble à l’idée de solidarité humaine. Or, si notre société est devenue une société de forte mobilité, il n’en a pas toujours été ainsi.

11) Michel Tarrier s’intéresse à une autre question, aussi largement délaissée : « Notre occupation indue des niches écologiques des autres espèces. » Nous serons entre 9 et 10 milliards dans moins d’un siècle, c’est une surcharge planétaire outrancière et délétère puisque nous sommes déjà entrés dans une crise écosystémique et d’extinction massive d’espèces (cette sixième est la nôtre !), avec 24 351 espèces végétales et animales disparues, 11 millions d’hectares de forêt anéanties à jamais et… un pic pétrolier avéré d’un débit de 28 milliards de barils pompés.  À quel titre et au nom de quoi et de qui l’espèce humaine se permettrait-elle de proliférer sans limite au détriment de toutes les autres espèces animales et végétales de la Planète ?

12) Pour clore cet ouvrage collectif, Jean Christophe Vignal peut écrire : « Penser la dénatalité est un exercice difficile ». Difficile, car il heurte le discours de la cécité volontaire sur la croissance économique comme démographique, appuyé sur une écologie facile et optimiste mais irréaliste. Difficile aussi du fait de notre organisation sociale construite au fil du temps sur l’encouragement à ‘toujours plus d’hommes’, confondant ainsi croissance démographique et viridité ; il ne s’agit pas seulement de limiter les allocations familiales, mais d’interroger l’ensemble des prestations fournies par notre État-providence, jusqu’à questionner notre conception de la transmission et du droit de la famille. Difficile enfin, parce que cerner les conséquences concrètes induites par une décroissance démographique s’inscrivant dans une transition écologique assez forte pour être à la hauteur des enjeux, le tout dans le respect des droits de l’homme, agite tant d’éléments techniques, sociaux, politiques, que ce choix est aussi une aventure.

La dénatalité pourrait favoriser le bonheur sur Terre, c’est l’aventure qui est proposée dans le livre collectif Moins nombreux, plus heureux (l’urgence écologique de repenser la démographie), (coordinateur Michel Sourrouille – 2014)

Partagez ...

2 réflexions sur “Discours collectif : question démographique”

  1. Parti d'en rire

    La fable du Tabou, l’analogie au cancer, ce qu’en dit Pierre Paul et Jacques etc. pour finir avec la pub pour un bouquin. Et pas un mot pour expliquer que quand on a fait dans son froc c’est plus la peine de serrer les fesses. Bref, un mois comme ça c’est long. 🙂

    1. Vous avez choisi le parti d’en pleurer, parlant de tabou et de cancer pour qu’on n’y comprenne goutte, excédé par notre panorama sur la question démographique ce mois d’août… pourtant personne ne vous oblige à nous lire !
      Et pas un mot pour nous expliquer le rapport entre un livre qui mérite d’être lu et votre attitude dans les chiottes.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *