Il nous faudra « vivre avec » la Covid-19

Une population ne sera IMMUNISEE que lorsqu’elle aura été SUFFISAMMENT CONTAMINEE. Alors pourquoi ne pas accepter une létalité importante, mais source d’immunité collective ? On estime le taux de mortalité à moins de 3 %. Selon Statista, le nombre de personnes infectées par le coronavirus COVID-19 dans le monde au 26 avril 2021 était de 147,8 millions d’infections, le nombre de décès de 3,1 millions, soit une létalité de 2,1 %. Mais il y a 125.9 millions de personnes qui sortent guéries. Pourquoi ne considérer médiatiquement que la mortalité et pas la survie ? La COVID-19 serait donc un peu plus mortelle (et plus contagieuse) que la grippe saisonnière, mais c’est une grippe parmi bien d’autres épidémies virales que l’humanité rencontre épisodiquement. Il faut s’y faire et accepter une part de sélection naturelle. Au 26 avril 2021, des cas de la maladie ont été recensés dans plus de 180 pays ou territoires sur les six continents. Certes il faudra beaucoup moins prendre l’avion et moins circuler en voiture pour un oui ou pour un non. Que du bon pour l’écologie !

Emmanuel Macron est d’accord avec la première partie de ce raisonnement, pas avec la seconde. Après y a un peu plus d’un an avoir déclaré la « guerre » face à un virus aussi sournois qu’imprévisible, le chef de l’État s’est résolu à « vivre avec » son « ennemi ». En annonçant un déconfinement dont la première étape débute le 3 mai, le président a assumé cette stratégie visant à laisser circuler le virus à un niveau relativement élevé, tout en espérant que le respect des gestes barrières et l’avancée de la vaccination éviteront une situation hors de contrôle.Mais il n’est pas question de parler d’urgence écologique. « A partir du 19 mai, des étapes successives vont nous conduire ensemble à définir un nouveau modèle de croissance et de prospérité », s’est avancé Emmanuel Macron le 1er mai 2021.

Pas question de parler de sens des limites et de sobriété partagée, de réduction des déplacements et de repli durable sur les activités essentielles. Le croissancisme demeure le mantra du gouvernement Macron.

Pour tout savoir sur l’immunité collective,

7 avril 2020, objectif du confinement, l’immunité collective

14 mars 2020, Covid-19, choix de l’immunité collective en GB

Partagez ...

5 réflexions sur “Il nous faudra « vivre avec » la Covid-19”

  1. ATTENTION encore beaucoup de grosses surprises à venir ! Hélas surprises très désagréables… Parce que beaucoup de gens ont été vaccinés par des faux vaccins, c’était du sérum physiologique, donc même si le Figaro en annonce que 140 recensés (pour le moment car tous n’ont pas pu être recensés), il y en a forcément beaucoup plus que ça ! Parce que ça s’est produit à plusieurs endroits. Et du coup on ne sait plus trop qui a bénéficié d’un vaccin bidon ou pas… Autrement dit en plus de cela il va falloir contrôler plus rigoureusement afin de savoir si ce sont de vrais vaccins ou pas…

  2. Bah ça le Covid je vous l’ai dit depuis le début, qu’il faudra vivre avec et laisser la sélection naturelle faire son œuvre ! On fait mourir des jeunes gens économiquement pour sauver d’autres gens qui ont déjà un pied dans la tombe. Et que le virus mutait plus vite que la grippe au point que chaque nouveau vaccin est déjà périmé car il permet seulement de lutter contre le covid de l’année précédente, voir seulement de quelques mois précédents.

    Les confinements à répétition se sont traduits par plus de violences conjugales, plus de brutalité contre les enfants, plus de dépressions, et évidemment hausse de la consommation d’alcool (+15% chiffres parus dans différents médias et chiffres fondés sur les ventes d’alcool), plus de faillites (surtout chez les petits parce que les multinationales elles ont ramassé la mise), plus de chômage et plus de dettes (qui seront refourguées aux jeunes déjà dans une situation bien précaire) …

    1. Bref les UmPs sacrés champions (ironie du sort pour eux, ce sont les pays qui ont fermé les frontières rapidement qui s’en ont mieux sortis contre le covid) Mais pour eux c’est pas grave de sacrifier la population à coup de libre circulation des virus pour sauver à tout prix leurs idéologies ! (et prendre sa com chez Big Pharma au passage)

  3. Une chose est certaine, en un an les points de vue ont changé. Et les mentalités certainement aussi.
    Il y a un an jour pour jour on pensait que c’était juste un mauvais moment à passer. D’ailleurs on allait être bientôt déconfinés (des cons finés). On pensait alors qu’on avait gagné la «guerre», on ne parlait pas encore de passeport sanitaire, les candidats au futur vaccins pas nombreux etc. Aujourd’hui c’est différent. En un an les connaissances au sujet de virus ont progressé, et elles continueront à progresser. En attendant aujourd’hui on peut dire qu’on a tout essayé (ou presque), et qu’il va donc bien falloir repenser la Chose.

    1. Eh oui il va bien falloir «vivre avec». Avec le Covid comme avec le reste.
      Et Macron a son habitude veut le beurre et en même temps l’argent du beurre.
      Et pas que Macron bien sûr. On a hâte que les affaires reprennent (Business as usual).
      Et le Spectacle aussi, comme Avant. On a hâte de reprendre ses «bonnes» vieilles habitudes, de pouvoir reprendre l’avion etc. Qu’à cela ne tienne on a la solution, le Passeport.
      Oui mais on a quand même toujours peur de le choper. Qu’à cela ne tienne, on pense à tout et on veille sur vous. Grâce à la Technique, le Traçage et l’Appli qui va bien, vous saurez de suite si la Mort rode dans votre entourage immédiat. Il vous suffira alors de vous tenir à bonne distance et de prévenir les Autorités.
      C’est for-mi-da-ble !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *