Inceste, Xavier Gorce quitte LEMONDE

La caricature est-elle devenue le tabou suprême ? Le dessinateur Xavier Gorce a annoncé le 20 janvier 2021 qu’il mettait un terme à sa collaboration avec LE MONDE.

Le constat : Deux manchots (animal que Gorce utilise pour croquer l’actualité) en pleine discussion. Le plus petit des deux demande à l’autre :« Si j’ai été abusée par le beau-frère adoptif de la compagne de mon père transgenre devenu ma mère, est-ce un inceste ? »

Les réactions des minorités : « Indignation », « indécence », « sidération », « infâme », « violent », « nauséabond », « mauvais goût extrême »…, « il s’ajoute le luxe de se moquer des personnes LGBTQI+, une autre de ses obsessions, pour cracher un peu plus au visage de minorités »,

Mise au point de Jérôme Fenoglio, le directeur du Monde : « Cette démission de Xavier Gorcen que nous ne la souhaitions pas, intervient après la parution, mardi 19 janvier, d’un dessin de Xavier Gorce que nous n’aurions pas dû publier. Nous considérons, en effet, que la liberté de la presse, élément vital de notre démocratie, ne peut se diviser… (Mais) nous considérons que la liberté de la presse est également une responsabilité, qui inclut la capacité à reconnaître une erreur et à présenter des excuses à nos lecteurs. Il ne s’agit ni d’une censure (le dessin reste publié) ni, a fortiori, d’une sanction à l’endroit de notre dessinateur. »

Réactions des lecteurs après cette mise au point : « Il me paraît inadmissible que, si peu de temps après le meurtre de Samuel Paty et la défense du droit à la caricature, après avoir répété que caricaturer une religion n’est pas mépriser ses fidèles, vous cédiez vous-mêmes devant une pression venant non pas d’un groupe religieux mais – et c’est tout comme – d’un groupe de pression décidé à imposer la manière dont on peut parler de certains sujets qu’il estime lui appartenir », « On a le droit de se moquer des curés, des imams… mais pas des transgenres ! C’est n’importe quoi », « Il n’y a que Charlie Hebdo qui a droit à la liberté d’expression ? Il n’y a que les musulmans qu’on a le droit de choquer ? Ce dessin était tout à fait dans la veine des Indégivrables : montrer les limites des emballements médiatiques »,

Un autre dessin de Gorce. Le plus petit des manchots est content : « J’ai fait un joli dessin pour sauver le monde de la perdition ». Réaction du père : « retourne à l’école. » On ne peut s’empêcher de penser à Greta Thunberg, jugée trop jeune pour manifester hors scolarité contre le climat…

Un petit dernier pour montrer que les dessins de Gorce sont aussi au service du débat écologique : le manchot Jancovici à un petit manchot : « Fais le calcul. Il vaut mieux que tu crèves du réchauffement climatique dans 30 ans plutôt que de t’emmerder avec des déchets nucléaires pendant 100 000 ans !

Un texte de notre blog biosphere : discuter PMA, c’est interdit par les LGBT

Partagez ...

7 réflexions sur “Inceste, Xavier Gorce quitte LEMONDE”

  1. Un dessin de Gorce de 2017 nous éclaire sur le mérite :
    – Pingouin louseur : C’est pas juste, je rate tout et toi, tout te réussit. T’as de la chance.
    – Pingouin «méritant» : C’est pas de la chance c’est du mérite.
    – Pingouin louseur : Ben t’as de la chance d’avoir du mérite.

    Un petit dernier, pour montrer que Gorce y croit probablement autant que moi :
    – Pingouin prafiste : Non, je n’irais pas voter ! J’en ai bien le droit : on n’est pas en dictature !

  2. – «Mon impression, c’est qu’une ou quelques personnes proches de (ou dans) la rédaction, ont fait un « bruit énorme » lors de la diffusion du dessin.» (Biosphère 23 JANVIER 2021 À 23:04)

    Sans faire dans le complotisme on peut dire que c’est fort possible. Il serait alors intéressant de savoir qui sont ces personnes fâchées avec l’humour. Le 19 janvier 2021 Caroline Monnot, Directrice de la rédaction, a publié un court message adressé aux lecteurs (le lien est dans la Mise au point de Jérôme Fenoglio), elle écrit :
    – «Ce dessin peut en effet être lu comme une relativisation de la gravité des faits d’inceste, en des termes déplacés vis-à-vis des victimes et des personnes transgenres.»

    1. Sauf que tout et n’importe quoi peut être lu et interprété d’une façon ou d’une autre. S’exprimer devient de plus en difficile, ça relève de l’équilibrisme.
      Il serait alors intéressant de savoir qui et combien voient dans ce dessin «une relativisation» de l’inceste, ainsi que des «termes déplacés» vis-à-vis des victimes. Ensuite qui et combien sont celles et ceux qui se focalisent sur ce clin d’oeil aux transgenres. Faudrait alors faire un sondage, ou plusieurs, je pense qu’avec trois on aurait déjà un bon aperçu. Un à froid, un à chaud et un autre après refroidissement.

      En attendant je ne vois ni relativisation ni termes déplacés, je ne vois que la moquerie d’un monde absurde. Ce ne sont pas spécialement les transgenres qui sont absurdes, mais toutes celles et tous ceux qui nous amusent et nous abusent (soûlent) avec ça. Et peu m’importe qu’ils ou elles soient hétéros, homos, transgenres, LGBT, LGBTQIA+ et/ou je ne sais quoi.

  3. Alors que quelques tristes sires le trouvent «indigne», «indécent», «infâme», «violent », «nauséabond» d’un «mauvais goût extrême» etc. personnellement je trouve ce petit dessin de Xavier Gorce très rigolo, super marrant, délicieux etc. bref génial.
    Le trait est d’une simplicité dont seul les artistes ont le secret, les manchots ont parfaitement l’air de ce qu’ils sont, et le texte fait tout le reste.

    1. Le texte est tellement génial qu’il nous dispense de cette gymnastique intellectuelle si chiante, mais pourtant incontournable pour comprendre parfois de qui ou de quoi on parle. Pas facile de conceptualiser le gendre de la belle-fille du mari de la tante Germaine, qui est et en même temps «le beau-frère adoptif de la compagne de mon père transgenre devenu ma mère ». Eh bien ici même pas besoin de se faire mal à la tête, cette phrase est si absurde qu’elle en devient géniale.
      Normalement elle ne peut que faire rire, mais curieusement ou malheureusement chez certains ce message opère à l’envers. Pourquoi donc ? Comme on sait l’absurde déclenche naturellement le rire, c’est comme ça. Seulement faut-il le voir, l’absurde. Encore faut-il être en mesure de voir l’absurdité de ce monde, et celle du journal Le Monde, bien sûr. Tout fout le camp, même la rigolade. Misère misère !

  4. Le dessinateur Xavier Gorce a annoncé qu’il ne travaillerait plus pour le journal, jugeant que «la liberté ne se négocie pas», après que le quotidien eut qualifié d’«erreur» la publication d’un de ses dessins sur l’inceste, qui avait choqué des internautes.
    «Je le soutiens mordicus, j’adore son style. On doit militer pour le décalage (dans l’humour). Le sérieux est en train de nous envahir, c’est le choléra de l’imaginaire», a affirmé le dessinateur Plantu, reprenant une phrase que lui avait dite l’humoriste récemment décédé Guy Bedos. « Je veux décevoir tout le monde pour pouvoir jouir d’une liberté de ton et d’esprit. Pour pouvoir passer au crible tous les pouvoirs, toutes les religions, et toutes les institutions. »
    Ardent militant de la liberté d’opinion, Jean Plantureux dit «Plantu», qui va avoir 70 ans en mars, a croqué chaque jour, depuis 1985, l’actualité à la une du Monde avec un crayon railleur et décalé.

    1. Avec ce qui est en train de devenir l”affaire Xavier Gorce”, le Monde est en train de devenir la risée des médias. LeFigaro, on pouvait s’y attendre, mais Marianne, ONPC et même France Inter (et François Morel lui même !), cela commence à faire lourd pour le Monde, qui aura plus que jamais du mal à redevenir le journal de référence qu’il fut.
      Mon impression, c’est qu’une ou quelques personnes proches de (ou dans) la rédaction, ont fait un « bruit énorme » lors de la diffusion du dessin.

Les commentaires sont fermés.