Insouciance criminelle quant à la famine

La faim résulte concrètement d’un déséquilibre entre le niveau de la population et les ressources alimentaires. Penser la famine sans jamais aborder la question démographique est donc un non-sens absolu, si ce n’est un crime contre les générations présentes et à venir. C’est pourtant ce que font les décideurs et les médias, même quand ils font trois pages entières sur la faim dans le monde dans un journal de référence. C’est une insouciance criminelle quant aux causes de la famine, et donc quant aux solutions à envisager. Illustration :

José Graziano da Silva, directeur général de l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture de 2012 à 2019 :

«  Nous sommes en capacité de produire suffisamment pour nourrir toute la population mondiale. Il est encore possible d’éradiquer la faim, c’est une question de volonté politique»

Dans toute son analyse (13 000 caractères quand même), c’est la seule fois où il utilise le mot population, l’autre menton étant : « Dans les pays en développement, les œufs sont une des seules protéines disponibles pour les populations pauvres. » Et le terme « démographie » est complètement absent de son discours. Il évoque seulement la guerre en Ukraine, la spéculation et les conflits en général. Si la cause démographique à la faim dans le monde est complètement absente des considération journalistiques, il en est de même des solutions.

Ainsi dans l’article du MONDE « Crise alimentaire : les pistes pour atténuer le choc », on liste les insuffisances :

« Une multitude d’initiatives internationales sans réel impact… la non transparence sur les stocks alimentaires mondiaux… l’effet négatif des restrictions aux exportations… la concurrence énergétique… l’absence d’infrastructures pour réduire les pertes agricoles…le non développement des cultures locales… on mange trop de viande»

Aucune référence à la course sans ifn entre population et alimentation bien analysée par Malthus, aucune mention des solutions néo-malthusiennes de maîtrise de la fécondité, aucun rappel des insuffisances du planning familial dans les pays surpeuplés, aucune critique contre les politiques répressives à l’encontre des femmes et de la liberté d’avorter, etc. Bien entendu la faim dans le monde s’explique par de multiples causes, mais occulter la variable démographique, c’est ne pas vouloir regarder la réalité en face. Malthus avait raison dès 1798, René Dumont a été un présidentiable malthusien en 1974, les écolos d’aujourd’hui sont devenus anti-malthusiens à l’égal des grenouilles de bénitier pour qui le nombre de couches est un signe de la vitalité d’une nation !!! Deux commentateurs sur lemonde.fr résument la situation :

sisimple : Peut être une opportunité de lancer le débat sur la surpopulation et comment la réguler ?

Lachcor : Si tu n’as pas les moyens de nourrir ta famille, ne fais pas d’enfant…

Lire, Essai sur le principe de population (Robert Malthus)

Partagez ...

5 réflexions sur “Insouciance criminelle quant à la famine”

  1. Esprit critique

    – « La faim résulte concrètement d’un déséquilibre entre le niveau de la population et les ressources alimentaires. »
    Tel est le Postulat biosphérique ! Une rapide lecture en diagonale du reste me suffit à évaluer l’ensemble et à en tirer ma conclusion : Rien de nouveau sous le Soleil. Sans intérêt.
    Toutefois je dirais que si la faim résulte concrètement d’un déséquilibre, il ne s’agit que de celui du taux de glucose dans le sang. Une histoire de biologie quoi. Le reste n’est qu’affabulations. Si aujourd’hui des millions de tonnes de blé risquent de pourrir dans des silos en Ukraine, ce n’est certainement pas le résultat d’un déséquilibre entre le niveau de la Demande et celui de l’Offre.

    1. Critiquer un article qu’on n’a lu qu’en diagonale est facile. Mais reconnaître, alors que c’est un simple constat et l’essence de l’article, que décideurs et médias n’abordent jamais la question démographique, semble hors de votre portée.
      Toutefois nous lisons avec intérêt beaucoup de vos autres (nombreux) commentaires et nous vous remercions de faire vivre notre blog.

    2. Rodrigo Duterte is the best

      Une simple question , pourquoi l’ Ukraine doit -elle nourrir les populations lapinistes d’ Afrique / Asie? depuis des lustres et ce probablement à perte car probablement incapables de règler leurs factures .
      L’ aridité des sols africains couplée à une incapacité chronique à réguler de façon malthusienne une démographie délirante (mise en proportion du chiffre de population avec les ressources locales) forment un problème insoluble : dame nature doit faire son oeuvre mais elle n’ agit pas encore à plein régime. 😎😎
      Mon commentaire devrait me ravaler au rang de misérable et d’ extrême droitard, ce que j’ assume volontiers avec un plaisir non dissimulé 😜

    3. Des deux commentaires sur lemonde.fr qui résument la situation (dixit Biosphère) , je ne retiendrais que celui sisimple ( “Peut être une opportunité de lancer le débat sur la surpopulation et comment la réguler ?“). L’autre n’a aucun intérêt.
      Seulement, et comme je l’ai dit X fois, il ne peut pas y avoir de débat. Mais seulement des parties de ping-pong et de bourre-pifs qui ne nous avancent à rien. Autrement dit nous n’aurons que de faux débats. Quant à la question (“comment la réguler ?“), je pense qu’il s’agit d’un sujet tabou chez les malthusiens. Nous voilà bien avancés !

    4. Marcel Rodrigo pose une bonne question. Pourquoi ?
      Selon moi, en effet, l’Ukraine n’a pas à être le garde-manger de la planète (lapiniste ou autre). Comme la Russie et les pays du Golfe n’ont pas à être le réservoir de carburant de la planète, comme les US n’ont pas à être le shérif de la planète, etc. etc. Seulement le Système est foutu comme ça. Misère misère !
      Si Marcel aime la musique et particulièrement le reggae, je lui conseille d’écouter les paroles de “Plus rien ne m’étonne“ de Tiken Jah Fakoly. Intro :
      – « Ils ont partagé le monde, plus rien ne m’étonne, plus rien ne m’étonne…
      Si tu me laisses la Tchétchénie, moi je te laisse l’Arménie, [etc.]»
      Dans le même style, Alpha Blondy. Petit extrait de « Les Imbéciles » :
      – « Tout change, tout évolue, seuls les imbéciles, ne changent pas […]
      J’insiste, je persiste, et je signe, les ennemis de l’Afrique ce sont les africains[etc.]»

Les commentaires sont fermés.