L’espèce humaine est championne dans l’art de trucider

L’espèce humaine est championne dans l’art de trucider. Ainsi ces quelques titres ce jour sur lemonde.fr : « Peine de mort pour les cygnes new-yorkais ; Quand tuer le renard devient une « fête » ; Une deuxième girafe menacée d’euthanasie au Danemark ; Quel avenir pour les icônes de la savane africaine ? ; Le déclin des grands carnivores bouleverse les écosystèmes ; Les Japonais accusés de chasser la baleine dans un sanctuaire austral… » Il est vrai aussi que les autres espèces ne sont pas les cibles principales, les humains adorent s’entretuer. Il existe sans doute peu de verbes qui aient autant d’occurrences et synonymes que le fait de faire passer son prochain de vie à trépas : Abattre, achever (un blessé), asphyxier, assassiner, bousiller, brûler la cervelle, buter, crever la peau, décapiter, décimer, descendre, écarteler, électrocuter, égorger, empaler, empoisonner, envoyer ad patres, étouffer, étrangler, étriper, euthanasier, éventrer, éviscérer, exécuter, exterminer, faire mourir, ôter la vie, fusiller, garrotter, guillotiner, immoler, lapider, lyncher, massacrer, mettre à mort, noyer, occire, passer par les armes, pendre, poignarder, refroidir, sacrifier, saigner à mort, supplicier, supprimer, tordre le cou,  trucider, tuer, zigouiller, etc.

Pourtant « Ne pas tuer » est une règle bien établie depuis la bible, et si bien contournée dans la pratique. Pourtant, sauf rarissime exception,  les autres animaux ne se tuent pas à l’intérieur d’une même espèce. Mais l’humain est cet animal étrange dont le cerveau surdéveloppé permet toutes les atteintes aux lois de la bienséance. Il pourrait en être autrement. Non seulement les humains devraient s’interdire toutes les armées et l’usage collectif des armes, non seulement nos sociétés devraient apprendre les règles de la non-violence dans les rapports humains, mais elle devrait aussi apprendre l’autolimitation des naissances pour ne pas empiéter sur l’espace vital des autres espèces, les cygnes, les renards, les grands carnivores, les baleines et beaucoup trop encore d’espèces dites invasives ou si faciles à massacrer.

Partagez ...

1 réflexion sur “L’espèce humaine est championne dans l’art de trucider”

  1. Le nombre de synonymes pour désigner quelque chose constitue un excellent indice de la place que cette chose prend dans la société. Le verbe tuer n’est pas le seul en ce cas, deux autres élément disposent d’énormément de mots pour être évoqués : Le sexe et l’automobile.

Les commentaires sont fermés.