L’impossible assurance anti-apocalypse

Aurez-vous accès à l’eau potable si rien ne sort de votre robinet et si les supermarchés sont vides ? Comment défendrez-vous votre famille de votre voisin affamé ? Piero San Giorgo, un suisse né en 1971, se posait en 2011 ce genre de question et y répondit à la manière survivaliste : une survie qui se joue à l’écart du monde actuel, dans des refuges qu’il faudra savoir aménager et défendre. C’est ce que peuvent vouloir les très très riches.

Mark Zuckerberg, le pédégé de Meta, nous abreuve de son catéchisme technophile et nous garantit un avenir riant… mais il se fait construire dans le même temps un complexe anti-apocalyptique à 250 millions d’euros à Hawaï (le Figaro, 16/12/2023). En surface une villa de 30 chambres avec tennis, piscine, bains à remous, etc. Sous terre un bunker géant de 500 m², générant sa propre électricité et disposant d’une source autonome d’eau. Jeff Bezos, le patron d’Amazon en a déjà plusieurs en Floride. Selon plusieurs enquêtes publiées par le magazine New Yorker, plus de 50% des milliardaires de la Silicon Valley ont acquis sans le crier sur les toits une assurance fin du monde. Ils se croient survivalistes.

Certes le seul moyen de survivre en cas de crise généralisée, c’est de s’établir dans un endroit éloigné des zones de trouble potentiel et d’acquérir une autonomie aussi grande que possible pour tout ce qui concerne l’eau, la nourriture et l’énergie. Mais vous ne pourrez pas survivre longtemps seul. Vous devez constituer un réseau, vous intégrer à des communautés grâce à des relations mutuellement interdépendantes, et faire en sorte que les gens et les groupes de gens autour de vous aient le moins de raisons possibles de vous agresser et qu’ils s’associent à vous pour une défense commune. La force est aussi dans le nombre. Imaginez un village entier, une vallée organisée pour une production optimale de ressources alimentaires et énergétiques et une mise en commun des savoir-faire, sans oublier de pouvoir se défendre contre les méchants. Une arme à fort impact psychologique dissuasif est le fusil à pompe : le clic-clac caractéristique de celui-ci lorsqu’on charge une cartouche est généralement suffisant pour que les agresseurs se calment et quittent la zone.

En savoir plus grâce à notre blog biosphere

Survivaliste à 8 ans, Yves Cochet a 73 ans

extraits : L’attrait de mon fils de 8 ans pour le survivalisme n’est pas la perpétuation d’un habitus familial, mais peut s’envisager comme une réponse singulière à la crise écologique. Il s’est progressivement transformé en survivaliste en culottes courtes ; son petit sac à dos, qu’il désigne lui-même comme son « kit de survie », doit permettre – en théorie – de parer à toute situation d’urgence, lampe de poche à manivelle, une paire de jumelles, une boussole, une mini-trousse de premiers soins, un sifflet, une bougie, un Opinel à bout rond, etc

Devenir survivaliste ou résilient en cas de catastrophe

extraits : Pour se préparer à la fin du monde, du 23 au 25 mars 2018 s’est tenu le premier Salon du survivalisme : combat et survie en montagne, initiation à la permaculture, sensibilisation aux plantes sauvages comestibles, gestes de premiers secours, dépassement de soi, télécommunications en situation de crise, autonomie dans la vie quotidienne… Sur les 5 000 m2 d’exposition, une centaine de stands proposaient un éventail de produits allant du stage de survie au kit d’évacuation…

Le survivalisme, pour résister à l’effondrement

extraits : Les collapsologues dans leur dernier livre précisent : « Chez certains survivalistes, l’heure est à la création de Bases autonomes durables, de lieux propres à assurer l’autonomie de ses occupants après l’effondrement. Chez les transitionneurs, il y a tendance à l’écovillage, d’apparence moins renfermé sur lui-même. Chez les zadistes, les BAD sont appelées ZAD (zones à défendre). Constituer des communautés, c’est se rendre compte que l’union fait la force…

survivre aux survivalistes

extraits : Le mensuel La Décroissance (septembre 2008) nous présente un dossier «  survivre aux survivalistes ». Résumé : « Aux Etats-Unis, les survivalistes se donnent comme père fondateur Kurt Saxon, qui édite depuis 1974 une revue «le survivant ». Il s’agit de présenter des techniques de survie, mais aussi de combat dans la perspective de l’après-pétrole. Il ne s’agit pas tant de se préparer à survivre dans un monde devenu hostile que face à des humains devenus hostiles. Ce mouvement compte des milliers de membres, surtout aux Etats-Unis, qui réapprennent les techniques de la terre, la ferronnerie, l’artisanat d’antan. Selon eux, l’entrée dans l’ère du pétrole rare et cher va se concrétiser par une grande famine, par une relocalisation très brutale et par le retour à un âge de fer où seuls les plus organisés survivront…

Etre ou ne pas être survivaliste face au chaos

extraits : Carolyn Baker : « Personne ne peut stocker assez de nourriture pour tenir jusqu’à la fin de ses jours. Il leur faudra un jour ou l’autre transcender l’indépendance. La personne interdépendante reconnait qu’elle ne peut survivre sans le soutien et la coopération d’autrui. Pratiquer l’interdépendance dès maintenant se révèlera une préparation cruciale à l’effondrement à grande échelle et à un monde où les ressources seront très limitées…Si je meurs à cause d’une chute de population qui survient pour compenser notre dépassement des capacités de la nature, eh bien c’est la vie également. Finalement, si ma mort fait partie de quelque chose qui sert la communauté élargie, qui aide à stabiliser et à enrichir le bout de terre dont je fais partie, c’est tant mieux. »...

en savoir encore plus

Lire Piero san Giorgo, Survivre à l’effondrement économique

(édition le  Retour aux Sources, 2011)

10 réflexions sur “L’impossible assurance anti-apocalypse”

  1. De toute façon, il n’y a plus qu’à joueur la montre, puis attendre que la majorité de la population mondiale crève la dalle, ce qui résoudra le problème démographique !! Les guerres civiles seront multiples dès lors que les ressources seront taries !! D’autant plus que les gauchistes n’ont rien trouver de mieux que de forcer des populations qui ne s’entendent pas entre elles, à cohabiter sur un même territoire ! Bah oui il faut être complètement abruti pour forcer des populations qui ne s’entendent pas entre elles à vivre ensemble sous couvert d’anti-racisme ! Désolé mais on ne peut pas décréter par des lois pour que des populations puissent s’aimer ! Quand on ne s’entend pas, on ne s’entend pas, et c’est tout simplement parce qu’on ne peut pas vivre ensemble ! Chacun chez soi et les agneaux seront bien gardés !

    1. Parti d'en rire

      – « Les naïfs gauchistes qui tendent l’autre joue seront les premiers à disparaître ! [et blablabla]. En tout cas je vais bien rire [et patati et patata] »

      Bien fait pour leur gueule ! Saloperie de gauchistes, va !
      T’as donc toutes les chances de sauver ta misérable peau. Comme tu te vois déjà en train de bien rigoler… j’en déduis que c’est d’ailleurs ce que tu crois. Et pour peu que tes Tarots te le con firment… du coup t’as même pas besoin de souscrire une assurance anti-apocalypse. Eh ben t’en as de la chance Toi ! Misère misère !

  2. Esprit critique

    – « Conclusion : En d’autres termes, ces gens craignent le monstre qu’ils ont contribué à créer.
    Cela semble ironique, mais peut-être qu’ils savent quelque chose que nous ne savons pas ? »
    ( “L’assurance Apocalypse” : La moitié des milliardaires de la Silicon Valley ont un abri
    – businessam.be )
    => Bonjour le complot !

    – « L’ensemble de ces projets met évidemment en lumière l’hubris insensée des plus grandes fortunes et rappelle à quel point l’argent peut faire perdre la tête. Mais il démontre aussi qu’il faut arrêter de vouer un culte aux plus aisés de ce monde et se souvenir qu’ils privilégieront toujours leurs idées délirantes au bien commun. » ( 4 stratégies de riches pour échapper à la fin du monde
    – mrmondialisation.org – 8 janvier 2024 )
    => Le déni et la peur qui n’épargnent pas les gros, le Pognon qui rend fou, la fumeuse «philanthropie» des milliardaires… cette conclusion me semble bien plus raisonnable.

  3. – « Une chute de 50 à 80 % de la population mondiale en une décennie : voilà ce qu’avait annoncé le site deagle.com. Ses projections, publiées pour la première fois au début des années 2010, ont été retirées en avril 2021. Mais elles ont resurgi en 2022 sur les réseaux sociaux francophones avec succès, notamment relayées par le conspirationniste québécois Guy Boulianne. » ( La population mondiale va-t-elle s’effondrer d’ici à 2025 ? 13 MAI 2023 – SCIENCE&VIE )

    Relayées également par le pape du Survivalisme, Piero San Giorgo :
    – Daegel, 8 ans après : Pourquoi ont ils prévu 30 millions de morts en France d’ici 2025 ?
    ( YouTube )

    1. 30 millions en France ! Et d’ici l’an prochain SVP !
      50 millions au Royaume-Uni, soit un effondrement de 77% de la population !
      Quelques 200 millions aux USA soit 68%. etc. etc.
      Par contre en Russie, Chine, Afrique et Amérique du sud là ça ne bouge pas, comme c’est bizarre… Quoi qu’il en soit, enfin une bonne nouvelle non ? Pour la planète bien sûr. 🙂
      Plus sérieusement… ce n’est pas que je veuille péter le moral à certains mais est-ce que ce monde est sérieux ?
      – Une réduction « de 50 à 80% » de la population mondiale prévue d’ici 2025 d’après le gouvernement américain ? Attention à cette infox (13 septembre 2021 – factuel.afp.com)

      1. Alors à quoi bon faire de la pub pour ces San Giorgio, Zukemberg, Bezos et autres grands malades qui ne savent que faire de leur temps et de leur pognon ?
        Et encore une fois, à quoi bon entretenir cette peur, cette haine ?

        – « Si on veut faire quelque chose, il faut agir sur l’imaginaire de la guerre civile.
        Ça signifie s’en tenir aux connaissances objectives sur l’insécurité, celles qui disent qu’on ne vit pas dans une société plus dangereuse aujourd’hui qu’avant et arrêter de jouer avec la peur des gens. […] Il serait temps de comprendre que les discours anxiogènes sur l’insécurité fabriquent et alimentent des peurs racistes qui poussent certains individus dans la violence. »
        ( L’envers du survivalisme – NATIONAL GEOGRAPHIC 19 JANV. 2022 )

        Autant dire que l’envers du Survivalisme n’est pas joli joli. Misère misère !

        1. Le problème du survivalisme est aussi qu’il ne peut s’adresser qu’à une toute petite fraction de la population, des individus formés, jeunes, décidés et qui auront de la chance. Pour la majorité d’entre nous, ce n’est pas une solution… surtout à 8 milliards. Allez survivre dans une tour HLM avec 200 mètres carrés de jardinet piétiné pour nourrir 500 personnes.
          Bref, encore une fois, face à un effondrement, la meilleure réponse c’est encore d’être beaucoup moins nombreux et d’ailleurs… c’est aussi la meilleure façon d’éviter l’effondrement ! Que des avantages donc.
          Car en quelques jours nos chasseurs survivalistes épuiseront tout ce qui reste d’animaux sauvage alors….

        2. Bien sûr que non, que ce n’est pas une solution. Même si nous étions moins nombreux. (Combien en voulez-vous ? Et où ? Et quand ? 2025 peut-être ? 😉 )
          Le problème, LEUR problème, aux survivalistes, c’est qu’ils sont déjà morts.
          Morts de trouille ! Et en plus ils se croient au dessus du lot (du pékin moyen).
          Parce qu’ils sont jeunes, gaillards, qu’ils savent allumer du feu avec un bout de ficelle, se servir d’un flingue etc. ils croient qu’ils font partie du Peuple Élu. De la Race Supérieure en tous cas, les pauvres ! Pareil de ces grands malades de la Silicon Valley et d’ailleurs qui ont du pognon à ne pas savoir qu’en faire et qui investissent dans des bunkers, de luxe évidemment. Et en même temps dans l’immortalité (cryogénie et j’en passe), la colonisation de Mars et autres délires.

  4. Didier BARTHES

    Je viens de recevoir l’avis d’échéance….
    Mais en effet, c’est trop cher, je ne vais pas souscrire de nouveau.

    1. Vous avez raison, moi c’est pareil. De toute façon les assureurs sont tous des voleurs.
      Tous comptes faits, j’ai finalement décidé d’investir comme les milliardaires de la Sili con.
      – L’IMMORTALITÉ, LE NOUVEAU FANTASME DES MILLIARDAIRES (RMC 09/09/2021)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *