NON aux barrages géants

Il serait insensé de renoncer à une telle ressource. C’est ainsi que se conclut l’article sur le projet du « premier très grand barrage vert » sur un affluent de l’Amazone (LeMonde du 23 février). Peu importe le déplacement de population, l’hostilité des populations autochtones, les excavations géantes, les émissions de gaz méthane, le chaos social. Il faut assurer l’autosuffisance du Brésil en électricité pour soutenir une croissance économique autour de 5 % chaque année. Comme d’habitude, c’est la fuite en avant, la croissance pour la croissance. Mais il y a des insensés qui raisonnent :

Le concepteur du barrage te dit : « Nous nous attendons à une augmentation des besoins en électricité et, en tant que décideurs, nous risquons d’être fortement critiqués s’il y a une pénurie d’électricité. Il faut donc construire un nouveau barrage. »

Tu peux rétorquer : « Mais êtes-vous sûr qu’il y ait plus de besoin en électricité ? » Il dira : « Oh ! oui, regardez les chiffres. Il y a tant de pour cent d’augmentation. » Alors tu rebondis : « Il y a une augmentation de la demande sur le marché, et vous appelez ça un besoin ? » Ensuite, après quelques échanges, il répond : « Non, non, bien sûr. Nombre de demandes ne reflètent par des besoins réels. » « Mais alors, en tant qu’individu, vous accédez à une demande sans vous poser de questions ? Si toutes les nations consommaient autant d’électricité par personne que les Etats-Unis, ce serait certainement une catastrophe. Quelle est la justification éthique ? Ne serait-il pas nécessaire de diminuer la consommation d’énergie ? »

Ce décideur politique, qui avait dit oui à une grosse, très grosse centrale électrique, admettra à peu près tout ce que tu lui diras en tant qu’écologiste. Mais il ajoutera « C’est trop tôt, ce n’est pas encore possible politiquement. Vous voulez que je quitte la politique ? » Ce à quoi tu répondras : « Je comprends ce que vous voulez dire. Oui, je comprends. Mais notre objectif à long terme est construit sur la base de prémisses beaucoup plus profondes que celles sur lesquelles repose votre argumentation. Tout ce que nous pouvons vous demander, c’est que vous reconnaissiez au moins une fois que vous êtes d’accord avec nous. Adoptez la perspective du long terme ! »

Si cet homme politique soutient désormais de temps à autre quelques-uns des objectifs fondamentaux de l’écologie profonde, son schéma d’argumentation ne sera plus aussi superficiel. Il sera sauvé, si l’on peut dire. Mais l’énergie hydroélectrique n’est pas mauvaise en soi. Ce qui est sujet à caution, c’est le fait que, plus la centrale hydroélectrique sera grande, plus elle fera de dégâts.

Partagez ...

1 réflexion sur “NON aux barrages géants”

  1. Pour mieux approfondir ce dont il est question dans ce post , tu peux lire cette excellence initiation dialoguée entre Arne Naess et David Rothenberg (édition wildproject), « Vers l’écologie profonde« 

Les commentaires sont fermés.