Notre cerveau nous pousse à détruire la planète

A qui la faute si la planète est en cours de destruction ? A notre cerveau, et plus particulièrement au striatum répond Sébastien Bohler*. En neuroanatomie, le striatum est une structure nerveuse subcorticale. Cette structure profonde de notre cerveau fonctionne à grand renfort de dopamine et ne possède pas de fonction stop ; il y a recherche incessante du plaisir. Ainsi, avec la consommation de masse du sexe, le problème n’est plus la quantité, le problème est de s’arrêter. L’addict au sexe virtuel ne découvre l’impasse que lorsqu’il commence à souffrir de troubles sexuels et de dysphorie ; les troubles de l’érection ont doublé au cours de la dernière décennie, de façon parallèle à l’essor de la pornographie sur Internet. Il y a impossibilité de maîtriser son envie de surfer sur les sites porno, besoin d’augmenter les doses (phénomène de tolérance), symptômes de manque en cas d’impossibilité d’y accéder, perte de sensibilité aux stimulations sexuelles, et bien entendu conséquences néfastes sur le plan du couple et des relations sociales. Le striatum est fait pour que nous recherchions activement et sans limite sexe, nourriture, pouvoir, rang social, information. Quand nous les trouvons, le circuit de la récompense asperge alors les neurones avec de la dopamine et procure un plaisir addictif plus puissant que les parties raisonnables de notre cerveau.

Sébatien Bohler espère un allié, le conditionnement social, le sens des limites par socialisation. Mais toutes les tentatives passées de bloquer le striatum par des commandements moraux ont échoué. D’ailleurs son livre, « Le Bug Humain », ne s’avance pas jusqu’à proposer une solution politique claire. A l’époque actuelle du consumérisme généralisé, nous sommes comme ces rats dans une cage munie d’un levier qui délivre des biens en abondance, nous devenons cornucopiens, nous ne pouvons plus réfléchir au fait que nos activités quotidiennes préparent une montée des océans qui engloutira des millions d’habitations dans les années à venir. Ce sont les limites de la planète qui vont changer notre mode de socialisation, pas les dénonciations et les bonnes résolutions. En situation de pénurie, on devra se contenter de peu et y trouver le bonheur .

Nous avons déjà traité un problème biologique similaire dans l’article Dopamine/sérotonine, le plaisir est ennemi du bonheur. La clé du « circuit de la récompense », c’est la dopamine. C’est ce mécanisme de la récompense qui a été « piraté » [hacking en anglais] par les industriels, pour induire toujours plus de consommation… le tout en organisant, grâce au marketing, la confusion entre plaisir et bonheur. Le neurotransmetteur impliqué dans le bonheur, ce sentiment de plénitude et de contentement, c’est la sérotonine ; mais elle a un fonctionnement beaucoup plus complexe que la dopamine. Lorsque vous avez une interaction sociale avec quelqu’un, l’échange de regards avec cette personne active vos neurones dits « miroirs » – les neurones de l’empathie. Ce type d’interaction induit la synthèse de sérotonine. Mais si cette interaction se fait par le biais d’un réseau social comme Facebook, à travers les « likes » par exemple, elle active le circuit de la récompense, l’absence de contact visuel laisse les neurones miroirs de marbre… D’où, là encore, une baisse potentielle des niveaux de sérotonine et une moindre capacité au contentement. Quand on est heureux, on n’a pas besoin de stimulation, on se contente de ce qu’on a, de ce qu’on est, de quelques phrases échangées avec le voisin, du travail dans son potager, de l’amour avec son conjoint. Lisez le Manifeste pour le bonheur.

* Sébastien Bohler, « Le bug humain, Pourquoi notre cerveau nous pousse à détruire la planète et comment l’en empêcher« 

Partagez ...

10 réflexions sur “Notre cerveau nous pousse à détruire la planète”

  1. « Si vous obtenez moins de likes que ce que vous attendiez après avoir modifié votre profil sur Facebook, votre striatum s’éteint et votre estime de soi chute ; si vous obtenez plus de likes que vous ne le prévoyiez, ce même striatum produit de violentes décharges de dopamine qui vous apporte une bouffée de bien-être. Cela se traduit par une mise à jour de votre estime de soi au sien de vos archives personnelles, lesquelles sont tenues par une zone de votre cerveau localisée deux centimètres en retrait de votre front. Cette zone cérébrale appelée cortex préfrontal ventromédian va en tirer des conclusions sur ce que vous valez à vos propres yeux. Si vous venez d’obtenir une récompense, [il] fait monter d’un cran votre estime de soi. Si vous avez reçu une punition, il la revoit à la baisse. Tout part de ce principe interne de recherche d’approbation par le striatum, une partie de nous-même qui nous enjoint constamment de faire face au jugement d’autrui, en quête de reconnaissance. »
    https://refractairejournal.noblogs.org/post/2019/02/27/le-bug-humain-sebastien-bohler-2019/

  2. @ Sagamore

    Oui, le problème va se régler tout seul !

    Selon le rythme des naissances actuel, on sera entre 9 et 12 milliards d’habitants en 2100…. A condition de pouvoir nourrir et faire boire tout ce beau monde…

    Mais si on suit les courbes des ressources naturelles, alors on comprend très vite qu’on ne sera qu’… 1 seul milliard d’habitants grand maximum en 2100…. Je pense même qu’on sera qu’entre 500 et 600 millions d’habitants, c’est tout !

  3. Je pense que la surpopulation va se régler d’elle-même, et de force :
    Climat et manque d’eau potable + résistance aux anti biotique + crash financier + les psychopathes pour lesquels on vote = …
    [ Les jeunes l’ont bien compris, et plus vite que nous depuis 50 ans, héhé ! ]

  4. Ben oui, de votre côté vous êtes focalisé sur le problème démographique, plus exactement sur ceux qui « pondent comme des lapins », les « envahisseurs », ainsi que sur ceux que vous accusez de tous les maux et que vous haïssez, et moi de mon côté je me focalise sur la « con-sommation humaine ». Plus exactement celle qui dépasse la juste mesure et l’entendement, autrement dit celle des petits-bourgeois occidentaux. Après tout, chacun sa came. Toutefois je vous rassure, même si je ne me fais aucune illusion sur la portée de mon discours, ni sur ce qui nous pend au nez et qui est inéluctable, je n’en rêve pas la nuit. Et je n’ai même pas d’ulcère à l’estomac. Comme quoi …

  5. @Bga80 :

    la démographie est si peu importante (pour notre « ami commun » michel c notamment) que dame nature régule elle-même AVEC UNE terrible efficacité les espèces trop envahissantes !
    Qu’ il se focalise à l’ excès sur la con-sommation humaine est son droit mais vouloir rendre sobres comme des paysans africains ou indiens s’ avérera mission impossible par l’ entendement : cette volonté de tout régenter me fait penser aux régimes gauchistes dont on n’ ignore pas qu’ ils ont mené aux pires horreurs ( cambodge , corée du nord , URSS, Chine , …)

  6. Tu sais le temps n’est plus à perdre pour tes théories fumeuse pour conforter ton ego surdimensionné, il est trop tard pour perdre son temps en théories fumeuses, le temps est à l’action c’est une question d’urgence.

    Je ne te le démontre pas que par les consommateurs humains mais aussi les animaux et insectes….

    On dit que l’homme n’a pas de prédateur ! C’est faux et absolument faux, l’homme est un prédateur pour l’homme…

    Pour moi, il n’y a qu’une seule solution = c’est la guerre ou plus exactement une guerre réparatrice… Mais au nom des droits de l’hommiste vous l’avez empêché, enfin empêché pas tout à fait, vous l’avez plutôt retardé, mais avec le problème qui revient en plus GROS…. Selon moi, il aurait mieux fallu une petite guerre avant pour contenir la démographie, que d’empêcher l’inéluctable pour se retrouver avec une population encore plus grande et donc une boucherie encore plus grande juste derrière et de destruction aussi…. Regarde le compteur mondial des pontes = et ça pond, et ça pond, et ça pond, et ça repond, pour repondre encore…. Autant de pontes qui dans 20 ans auront grandi et voudront consommer au même rythme que les autres….. Hélas la malédiction humaine, étant qu’on est enfermé dans une boule-prison appelé la Terre….. C’est un peu comme si, on mettait plusieurs poissons combattants dans le même bocal….. Et au nom des droits des poissons comme concept, vous avez empêché naturellement les poissons rétablir l’équilibre par la guerre, et avez enfermé plus de 7 milliards de poissons dans le même bocal…. A part, que vous ne pourrez pas contenir cette pression démographique indéfiniment, et plus vous tentez de la contenir, plus les contre-coups reviennent de manière violente et brutale…

    C’est d’ailleurs, pour ça que je m’écarte de toute concentration de population (c’est d’ailleurs ce que font tous les riches sensés, mais les pauvres peuvent en faire de même), car plus les ressources vont se tarir avec en parallèle le nombre augmentant de concurrents qui naissent pour obtenir ces ressources en déplétion, à terme ça ne peut faire que BOOOOOOMMMMM !

    Les animaux quand ils sont trop nombreux dans un espace, ben rivalisent et se font la guerre pour rétablir l’équilibre….. L’homme fait partie de la nature et du règne animal au même titre que les autres espèces…

  7. @ Bga 80.
    Puisqu’il semblerait que nous ayons gardé les cochons ensemble, allons-y pour le TU. Que cherches-tu à démonter avec ton expérience à la con ? De quoi ces « 1000 personnes à qui tu aurais donné 500 euros à l’entrée d’Auchan » sont-elles représentatives ? Si ce n’est d’une bande de cons-ommateurs.
    Allez va, je te conseille juste d’élargir le champ de tes connaissances. Parce qu’en génétique, neurologie comme en économie et Jean Passe, il te reste encore pas mal de boulot. Maintenant, comme on sait, travailler c’est trop dur.

     » Travailler c’est trop dur, et voler c’est pas beau, d’mander la charité, c’est quéqu’ chose j’peux pas faire. Chaque jour que moi j’ vis, on m’ demande de quoi j’vis, j’ dis que j’ vis sur l’amour, et j’espère de viv’ vieux !  » Tralala !!! N’importe quoi, bien sûr !

  8. @ Michel C

    Un généticien un vrai ? Dois je le prendre comme une insulte enrobée ?
    Bref rappel, il me semble que le cerveau te pousse dans la tête grâce à des gènes, et que les gènes ont aussi une mémoire puisqu’ils reproduisent le même programme.

    Il manque la fonction stop dans le cerveau ? Non elle existe cette fonction, c’est la partie intellectuelle du cerveau. Mais pour être raisonnable ça implique systématiquement un effort de volonté, en revanche pour être déraisonnable il ne faut aucun effort pour ça, zéro effort ! En résumé c’est beaucoup plus facile d’être déraisonnable que d’être raisonnable. Quant à la partie émotionnelle du cerveau, elle te dit de ta faire plaisir, elle est programme pour que tu satisfasses tes envies, tes plaisirs.

    Mais à mon avis, tu n’as pas lu tous les arguments supplémentaires que j’avais fourni la dernière fois qu’on avait soulevé ce sujet. D’ailleurs, pourquoi veux tu nous différencier des autres animaux ? Mes chats même quand ils ont bien mangé, et ben quand je passe à table et que je me sers un steak, ils viennent dans mes jambes pour obtenir des friandises supplémentaires… Mais je peux faire ça aussi avec les insectes tu sais ! Mets une fourmi sur une toile d’araignée, ben cette dernière va la manger ou la stocker, tu mettes une fourmi supplémentaire, l’araignée la mangera où la stockera, et tu continues avec à chaque fois une fourmi supplémentaire, l’araignée voudra toutes le stockées ces fourmis…. Tu sais les animaux et les insectes, eux aussi pensent à leur confort et à se faire plaisir ! Les animaux et les insectes s’installent là où l’environnement est plus propice pour eux pour obtenir un bon abri et de la nourriture…. Même les hirondelles se fondent sur les saisons pour obtenir de la nourriture en abondance et du confort de vie (température) en faisant des allez retour Europe-Afrique ! Il ne me semble pas qu’elles fassent la navette Arctique et Antarctique ? Si ?

    Parce que les efforts de volonté, sont encore plus difficile une fois qu’on est rentré dans le magasin. Mon frère l’autre jour me disait « Sortons d’ici sinon on va dépenser plus d’argent que prévu » alors je lui rétorque « Ben oui, en y réfléchissant bien pas longtemps, on a toujours besoin de quelque chose à portée de main »….

    Allez Michel C faisons une expérience, donne 500 euros à l’entrée du supermarché à chaque individu entrant, et tu leurs dis qu’il faut penser à l’écologie, et que l’objectif étant de te rendre ce billet de 500 euros à la sortie du magasin pour l’écologie et l’environnement. Alors question, selon toi, selon tes théories fumeuses neurologiques, combien espères-tu récupérer d’euros à la sortie du magasin, sur un échantillon de 1000 personnes à qui tu aurais donné 500 euros à l’entrée d’Auchan ?

    Moi je dis rien de mieux que les expériences empiriques et de vérifier sur le terrain ! Acceptes-tu cette expérience ?

  9. Sébastien Bohler (docteur en neuroscience), nous explique que notre cerveau est programmé depuis plus de 300.000 ans pour poursuivre 5 grands objectifs très simples : accumuler toujours plus de nourriture, de sexe, de statut social, de confort et d’information sur notre environnement. Le problème serait l’absence de « fonction stop ».
    Partant de là, il faudrait demander à un généticien (un vrai), si on a le droit de dire que tout cela est « inscrit dans le gène humain », ou pas… si tout cela constitue effectivement notre particularité, si tout ça nous différencie des autres animaux, bref si c’est ça qui fait notre fameuse « nature humaine », ou pas.

    En attendant, nous nous contenterons de dire tout simplement que nos cerveaux sont câblés ainsi, depuis plus de 300 000 ans, ce qui fait pas mal de temps. Nous ferons remarquer au passage que certains individus n’ont pas de problème pour dire ASSEZ. Ceux-là semblent donc être dotés de la « fonction stop »… tiens donc ! Ceux-là trouvent leu dose de dopamine et de sérotonine dans des petits plaisirs tout simples… tiens donc ! Nous pourrons alors nous demander si ceux-là sont des sous-hommes, des surhommes, des mutants… ou tout simplement des êtres humains qui voient le monde autrement que comme on veut bien nous le faire voir.

    La connaissance du cerveau est un vaste domaine et on comprend facilement que cette science puisse intéresser beaucoup de monde. Parce qu’on sait maintenant que pour déclencher l’envie d’acheter le truc à la con il suffit juste de titiller la zone « qui va bien » dans notre cerveau, de récentes découvertes en neurosciences sont utilisées en marketing. Il n’empêche que ce sujet est incontournable pour tous ceux qui suivent l’injonction socratique, « connais-toi toi-même ».

    PS : encore une fois je recommande la lecture d’Henri Laborit (1914-1995), neurobiologiste, entre autres.

  10. «  » » Cette structure profonde de notre cerveau fonctionne à grand renfort de dopamine et ne possède pas de fonction stop ; il y a recherche incessante du plaisir. Ainsi, avec la consommation de masse du sexe, le problème n’est plus la quantité, le problème est de s’arrêter. » » »

    —-> Aillez Biosphère admet enfin ce que je dis depuis très fort longtemps, c’est inscrit dans le gène humain à ce que les individus soit obnubilés par leur expansion de plaisir ! Qu’il n’y a pas de fonction stop, la recherche du plaisir est en expansion, du toujours plus ! A peine 5 % des humains parviennent à se faire violence à soi-même pour contenir cette expansion, enfin violence, j’entends par là qu’il faut un énorme effort de volonté et de renoncement. Comme le disait le Dalai Lama, le problème des occidentaux étant qu’ils écoutent trop leurs émotions. On en revient à ce que je disais à propos du cerveau, il faut que la partie de l’intellect soit à l’équilibre avec la partie des émotions, l’un ne devant pas dominé l’autre, les deux se devant d’être en accord pour parvenir à l’harmonie. Mais aussi, l’intellect doit raisonner les émotions et s’interroger des conséquences de tel ou tel accès à tel plaisir, les conséquences sur le monde et la nature (faune et flore) et s’interroger sur les conséquences de tel ou tel acte commis. Or, personne ne s’interroge sur les conséquences néfastes de telle ou telle technologie lors d’un achat ! Car tout simplement le plaisir prime ! D’ailleurs les publicitaires, à la télé ou prospectus, utilisent énormément ce mot ‘ »Plaisir » cette formule « Faites vous plaisir à petit prix, faites vous plaisir à prix d’enfer ». Les publicitaires ne s’y trompent pas, ils ciblent les émotions des individus et non pas leur intellect ! Autre exemple, les publicitaires instrumentalisent les enfants pour vendre des produits, car en utilisant les enfants, ils ciblent directement les émotions des parents, et ces derniers n’émettront aucune résistance dès lors qu’il s’agit de répondre à l’expansion de plaisir de leurs enfants. OR, selon moi, il ne devrait y avoir aucune publicité à la télévision qui ne doit cibler les enfants ! Pourquoi ? Parce que les enfants ne travaillent, n’ont aucun revenu et salaire, donc ils n’achètent pas, alors il n’y a pas lieu à les cibler. Mais surtout, qui achètent pour les enfants ? Ben les parents ! Or quand une publicité passe à la télé pour les enfants, les publicitaires incitent les enfants à désirer leurs produits, et vu que les enfants vont automatiquement réclamer à leurs parents de l’argent ou les acheter pour y accéder, en somme les publicitaires éduquent les enfants à devenir les dictateurs de leurs parents, les enfants-rois. Et le problème se pose encore plus pour les parents qui ne gagnent pas suffisamment de salaire pour répondre à tous les désirs de leurs enfants, car leur porte-feuille ne parvient pas à suivre, et alors vous propagez ainsi la violence ! Ces enfants vont vouloir répondre à ces désirs coûte que coûte, même s’il faut passer par des agressions et des vols. Combien de parents cèdent à leurs enfants l’achat d’un téléphone portable et tablette ? Je n’ai jamais compris pourquoi la protection de l’enfance n’a jamais demandé l’interdiction de publicité ciblant les enfants et adolescents, puisqu’ils n’ont pas de salaires et ces enfants/adolescents vont systématiquement mettre la pression à leurs parents pour obtenir ce qu’ils veulent, bref la publicité forment des dictateurs et des voyous… C’est à dire qu’ils éduquent les jeunes, non pas à obtenir ce qu’ils veulent par leurs propres efforts, mais les publicitaires les éduquent à réclamer tous ces biens de consommation comme un dû qu’ils se doivent de réclamer sans effort.

    Enfin bref, on va droit dans le mur, ça se terminera par le bain de sang et la violence, d’où le fait comme je le rappelle, que je m’écarte de toute concentration de population, car je sais que ça va mal finir… Déjà que la plupart des cerveaux humains sont fragiles, car écoutant trop leurs émotions, mais en plus les publicités accentuent le problème… en apprenant pas à devenir raisonnable mais au contraire à écouter ses émotions pour l’expansion de plaisir afin de faire exploser les profits immédiats de quelques multinationales et milliardaires qui eux non plus n’en ont pas assez….

Les commentaires sont fermés.