Notre imaginaire sur nos besoins se modifie

Dans la masse d’informations inutiles véhiculées par le quotidien de référence (LE MONDE), il faut chercher longtemps ce qui envisage notre avenir réel. En voici deux exemples ci-dessous, qui parlent reconsidération de nos besoins et de la chaîne des valeurs. L’ampleur des critiques qui sont faites au premier montre l’inertie des mentalités. Les commentaires du second nous redonnent un peu d’espoir.

Collectif : La France est dépendante d’une chaîne d’approvisionnement mondialisée sur laquelle elle a peu à peu perdu le contrôle. Les secteurs identifiés comme stratégiques sont choisis et traités suivant une approche typique de « l’ancien monde », fondée sur la compétitivité et une concurrence internationale forcenée. Or, dans un monde où six des neuf limites planétaires ont déjà été dépassées, nous devons reconsidérer nos priorités. Comment ignorer aussi que l’approvisionnement de l’Europe en pétrole risque de devenir problématique tant certains pays producteurs s’approchent de leur pic de production, voire l’ont dépassé ? Il est urgent de se questionner sur les besoins que nous définirons comme essentiels. Quelle place souhaitons-nous accorder à la 5G, à la 6G, à l’ordinateur quantique ? Doivent-elles être considérées comme nos priorités ? (28/04/2023)

Commentaires des abonnés du monde.fr

JM Dupont : Il me semble essentiel que le collectif arrête ses études pour se mettre à la reindustrialisation sobre .

pm22 : Réindustrialisation de la tomate cerise du balcon circulaire…. Avec subvention

Narrabeen : Le jour,où ces braves gens auront intégré qu’un smartphone fabriqué en France coûtera au bas mot 3000€, et un jean 200€, je leur proposerai d’investir dans une société qui relocalise. Ces gens nous préparent un nouveau naufrage, comme Bull.

Eco : Tribune un peu vague, avec en plein milieu un exemple totalement incongru : l’ordinateur quantique. Les auteurs n’ont probablement aucune idée de quoi il s’agit, sinon ils ne l’auraient pas cité, mais sans doute ont ils pris ça comme l’archétype du besoin inutile, une sorte de super-Macintosh hype inutile porté par le marketing et le snobisme. Qu’ils se renseignent un minimum, ce n’est absolument pas de cela qu’il s’agit. Si l’ordinateur quantique fonctionne un jour, et c’est presque le cas, ce sera une révolution et une rupture comparable à l’apparition de de l’ordinateur lui même.

J-1 : Tribune encore une fois d’une totale démagogie. Les auteurs ne voient les avancées technique que par le prisme de l’ « entertainment ». Avec l’ordinateur quantique, nombre de labos travaillent sur des algorithmes pour améliorer le captage du CO2 dans l’air avec des matériaux nanoporeux. Le débat bien entendu ne doit pas faire l’objet d’un large débat démocratique qui sera basé sur une méconnaissance totale de la technoscience.

lecteur assidu : Les déficits de la balance des paiements fait que l’on doit surtout s’orienter vers l’international plutôt que vers une hypothétique demande intérieure.

Anaïs Voy-Gillis : Les modèles industriels doivent évoluer sous l’effet des contraintes environnementales. Quels produits veut-on fabriquer ? Quels sont ceux que l’on veut importer ou rapatrier, dans quels volumes, etc. ? La croyance est encore trop forte que l’on va s’en sortir avec quelques aménagements à la marge et en décarbonant l’industrie. Mais une fois que l’on a décarboné, il reste encore beaucoup de questions à résoudre, comme l’accès aux ressources et aux matières premières. Parler d’industrie verte comme de croissance verte n’a guère de sens. Neutre à 100 %, cela n’existe pas et n’existera pas. Beaucoup d’experts posaient depuis plusieurs années la question de la maîtrise des chaînes de valeur, mais on ne voulait pas les écouter. La pandémie due au coronavirus et la crise énergétique ont changé la donne. (27/11/2023)

Commentaires des abonnés du monde.fr

F. P. : Des réponses qui ont pour première qualité de n’être pas idéologiques, c’est toujours agréable à lire, et même un peu plus : porteur d’espoir…

mon pseudo : Réflexion bienvenue. On pourrait rappeler que la France n’est pas un pays de matières premières, donc tout ce que consommons doit être acheté quelque part. Or de la valeur, nous pouvons en générer par notre travail, basique s’il s’agit de planter des clous. Plus c’est simple, plus n’importe qui peut le faire…

le sceptique : Si vous pensez que 8-10 milliards d’humains en vie au cours de ce siècle vont plutôt vouloir converger vers un haut niveau d’équipement en biens et services propre aux sociétés industrielles avancées, vous vous trompez. Le débat est plutôt entre raser la biodiversité et modifier le climat à grande vitesse d’un part ou le faire en ralentissant le rythme, le temps qu’une décroissance démographique s’engage (ce qui impliquerait la possibilité d’un gain per capita à pression identique sur l’environnement).

Bertrand de Kermel : Aujourd’hui, les marchandises circulent, mais l’argent circule en un clic, et les usines s’installent dans les pays à bas coûts. Les dumpings sont légion. Loin d’être pure et parfaite, la concurrence internationale est totalement faussée. Cela signifie que l’on a retenu le concept de libre-échange, en oubliant complètement les conditions de sa réussite. Relocaliser sans modifier parallèlement les accords de libre-échange serait une erreur.

En savoir plus grâce à notre blog biosphere

2027, un ministre de l’Énergie et des Besoins

extraits : Voici les quatre propositions qui doivent nous permettre d’affronter la descente énergétique : diminuer nos besoins individuels et collectifs ; créer une taxe carbone vraiment efficace ; envisager une carte carbone et la fin de l’extractivisme… 

Loin de la laideur de ce monde, limitons nos besoins

extraits : Lanza del Vasto a préfiguré la simplicité volontaire des objecteurs de croissance. Voici quelques extraits de sa pensée : « Efforce-toi de désirer ce que chacun, comme toi, peut avoir. Si tu désapprouves la laideur du siècle, jette loin de toi ce qui vient d’une usine. Si tu désapprouves la boucherie, cesse de manger de la viande. Si tu désapprouves la banalité, ne lis par le journal. Si tu désapprouves le mensonge, quitte la ville. Que font-elles de nécessaire les villes ? Font-elles le blé du pain qu’elles mangent ? Elles font la boîte. Elles font l’étiquette. Elles font la réclame et du bruit. Elles nous ont ôté l’or de l’évidence, et l’ont perdu. »…

7 réflexions sur “Notre imaginaire sur nos besoins se modifie”

  1. Toutes nos réflexions et nos philosophies de vie bien françaises se heurtent toujours à notre conception universaliste.
    Nous voulons le bien pour l’ensemble de la planète. C’est l’héritage de l’esprit des lumières que nous intégrons parfois malgré nous.
    Pourquoi ne pas adopter une philosophie de vie plus nordique?
    Ils savent qui ils sont et ne cherchent pas plus loin que leur univers, leur pays, leur voisinage, mais ils sont intransigeants sur cette sphère de vie.
    Nous devons arrêter de croire que nous pouvons agir sur un objet qui nous échappe et de nous noyer dans un monde multipolaire et multiculturel qui nous fait perdre notre boussole et notre identité, la soif de bien vivre ensemble , de vouloir le meilleur pour notre prochain et d’atteindre la connaissance de notre environnement et de notre bien commun.
    Fuyons l’Hybris pour le Noûs.
    Pas mal, non?
    🤪

    1. Je crois lire là une pub de ces nouveaux marchands de bonheur.
      Nous avions déjà le bon vieux stoïcisme, bien de «chez nous», celui de Sénèque et Compagnie. Seulement trop ringards, et/ou pas assez lumineux.
      Alors ON nous a vendu tous ces machins qui nous viennent de chez les Indiens, sensés nous faire un bien fou, la méditation, le yoga, le zen et autres trucs de zinzins.
      Mais non il nous en faut toujours plus ! Alors après le ski et le combiné (nordiques) voilà qu’ON nous vend la philosophie. Nordique ! Là encore vous n’avez que l’embarras du choix : Le hygge (prononcer hou-ga), le friluftslivle (impossible à prononcer), le lagom, le sisu, le fika et j’en passe. Et si avec tout ça vous êtes toujours malheureux… solastalgique, pessimiste, dépité, démoralisé, déboussolé et tout et tout… alors c’est à désespérer de tout. 🙂

  2. – « Notre imaginaire sur nos besoins se modifie » (titre Biosphère)
    Si encore ça pouvait être vrai…

    – « La réindustrialisation peut reprendre son sens si elle s’inscrit dans un projet de société plus sobre et circulaire » (Collectif – Le MONDE)
    – « Il faut s’interroger sur la réindustrialisation que nous voulons […]
    Réindustrialiser, oui, mais pour quoi faire ? » (Anaïs Voy-Gillis, chercheuse – Le MONDE)

    S‘interroger … sur ce que nous VOULONS !!?? Diantre ! C’est comme s’interroger sur le sens ou la finalité de tout ce que nous faisons. Et/ou avons, pleins nos armoires.
    Eh oui, POUR QUOI FAIRE ?
    Pour tourner en rond avec l’Économie Circulaire et la Croissance Sobre ?
    Si la Réindustrialisation c’est pour FAIRE des smartphones et des ordis quantiques made in France, verts et recyclables SVP ! et qui plus est compétitifs sur le Marché mondial… ( à suivre )

    1. Si la Sobriété c’est juste FAIRE réparer son smartphone au lieu d’en changer… covoiturer pour aller FAIRE les soldes ou le con à la Capitale ou n’importe où… eh ben c’est sûr que c’est pas comme ça qu’ON risque d’en sortir, du cercle vicieux.

      – « Je pompe donc je suis ! Il vaut mieux pomper même s’il ne se passe rien que de risquer qu’il se passe quelque chose de pire en ne pompant pas ! » (Les Shadoks)
      Bref, avec ça nous voilà bien avancés. Souvenons-nous… le con finement devait être l’occasion de retrouver les vraies valeurs, de savoir reconnaître l’essentiel… et blablabla.

      Réindustrialisation = France Relance, Start-up Nation, innovations à la con etc.
      Essentiel, vraies valeurs, «besoins» = Croissance (verte), Pognon, Business as usual !

      1. Si ça peut participer, ne serait-ce qu’un peu, à décoloniser les imaginaires… à retrouver le sens des vraies valeurs, et des vrais besoins. La poésie et la beauté, entre autres…
        Le Travail et la Politique bien sûr… la Gauche, la Droite… et le Parti d’en Rire surtout.

        – « Les Shadoks, c’est l’image de notre civilisation oscillant entre son matérialisme dévorant et son perpétuel rêve de poésie et de beauté […]
        Les Shadoks visaient clairement la civilisation des loisirs. 40 h de loisirs par semaine, et les Shadoks partaient ensuite en vacances de travail, dans des colonies de travail où ils s’amusaient à casser des cailloux. »
        (« Après mai 68, il y a une inversion de valeurs chez les Shadoks » – radiofrance.fr )

        Voilà ce qu’ON devrait enseigner à l’école, les Shadoks !
        Et dès la maternelle ! Et surtout dans les dites grandes, écoles.

  3. @ « Narrabeen : Le jour,où ces braves gens auront intégré qu’un smartphone fabriqué en France coûtera au bas mot 3000€, et un jean 200€, je leur proposerai d’investir dans une société qui relocalise. Ces gens nous préparent un nouveau naufrage, comme Bull »

    Mondialisation = Les prix ont baissé en France, mais les salaires ont baissé aussi ! On peut même dire que des millions de français n’ont plus de salaire du tout ! Sans compter la baisse de qualité des produits ! Alors au final, la mondialisation a t elle vraiment été profitable pour nous ? Si les prix baissent pour de la camelote et que les salaires baissent, alors les gains s’annulent ! A noter que les salariés français qui ont vu leurs salaires baisser par les prix ont vu aussi leurs salaires baisser par le fait qu’ils doivent prendre en charge de plus en plus de chômeurs à travers les taxes, impôts et cotisations !

    1. Autrement dit la mondialisation c’est la double peine pour les salariés français restants, puisque nous avons de moins en moins de salariés pour de plus en plus de chômeurs ! Mais ce n’est pas fini, le fait qu’il y ait moins de travailleurs et plus de chômeurs, il y a aussi des pertes fiscales puisque les chômeurs ne paient pas d’impôts ! Alors la mondialisation c’est la triple peine ! Nos dettes publiques et privées et notre balance commerciale en attestent mon verdict de la mondialisation !

      Enfin Narrabeen exagère les prix ! Dans les années 80/90 lorsque nous produisions nos jeans en Europe on les payait 300 à 400 francs maximum pour de la grosse marque comme Lewis soit 45 à 60 euros ! Nos téléphones portables certes pas des smartphones, mais on ne les payait pas non plus 3000 euros, ne pas exagérer ! Ce gonflement de prix c’est pour faire peur et une fausse excuse pour continuer comme ces 2 dernières décennies !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *