Triage colonial sur la fécondité africaine ?

Un commentateur de ce blog nous rappelle sans plus de précisions la tribune de la « philosophe » Elsa Dorlin (LE MONDE du 30 novembre 2017). Il aurait mieux fait de remettre les propos délirants de cette dame en perspective et de lire les commentaires assassins sur lemonde.fr.

Emmanuel MACRON : « Ça fait des décennies qu’on vous promet des plans Marshall pour l’Afrique et qu’on les a d’ailleurs décidés, donc si c’était aussi simple, vous l’auriez constaté. Le plan Marshall, c’était un plan de reconstruction matérielle dans des pays qui avaient leurs équilibres, leurs frontières, leur stabilité. Le défi de l’Afrique est différent, il est beaucoup plus profond, aujourd’hui, le défi de l’Afrique, il est civilisationnel. » Et de poursuivre : « Dans un pays qui compte encore sept à huit enfants par femme, vous pouvez décider d’y dépenser des milliards d’euros, vous ne stabiliserez rien .» ( conférence de presse sur l’Afrique le 8 juillet 2017)

Lire, Macron, un président malthusien, cela se fête

Elsa Dorlin: Ces propos de Macron ont été quasi unanimement qualifiés de racistes…. Les termes utilisés par le chef d’État étaient marqués d’un passé impérial qui continue d’imposer l’ordre du discours sur « l’Afrique »… Ce sont les femmes africaines qui sont visées, à la sexualité débridée et irresponsable… La France a constamment activé dans son propre intérêt ce mythe de la surpopulation des territoires colonisés…

On me la fait pas : Je n’ai pas compris ce que cherche à dire cette brave dame : Macron a-t-il inventé les chiffres ?

Domnick : Je suis consternée devant tant de mauvaise foi. Qui a jamais dit que compter le nombre d’enfants par femme signifiait que les femmes étaient responsables de la natalité ? Et il n’y aurait donc pas de surnatalité en Afrique ? Elle ose dire aussi que si les femmes africaines se soulèvent contre le patriarcat, elles font le jeu du colonialisme ? Faîtes taire cette incompétente !

Assorbo : J’aurais parié qu’elle était universitaire à Paris 8… L’antre du leitmotiv de la repentance éternelle et du communautarisme. Rappelons à cette philosophe des chiffres sans appel : toutes les études statistiques prouvent que le développement économique est impossible sans la maîtrise de la fécondité. Éducation, insertion dans la vie professionnelle, politique et sociale, les femmes réussissent toujours mieux avec 2/3 enfants qu’avec 12 (et vivent mieux aussi !).

vetiver : J ai écouté le discours de Mr Macron et les questions/réponses avec les étudiants. Suis je stupide de ne pas du tout avoir compris la même chose que cette dame ? En fait, j en ai assez de ces pseudos intellectuels qui donnent des leçons à longueur de journée sans se préoccuper de la réalité. Je suis un homme noir et je dis bravo à Mr Macron pour ce discours. Les amis doivent se dire la vérité en toute amitié.

Elsa Dorlin : C’est ce préjugé de la surnatalité, conséquence des politiques d’appauvrissement du continent africain qui active ce sentiment d’indifférence face à ces corps affamés sur des zones de conflits, il ne s’agit que de vie de chiens issus de portées en surnombre et qu’on élimine…. Entre mythe de la surnatalité et technologies de stérilisation, les politiques démographiques ont aussi consisté à contraindre à la migration-déportation pour extorquer des ressources humaines et intellectuelles et culturelles…Sept, huit ou neuf enfants par femme, êtes-vous sûrs, vous, hommes africains, que c’est le choix de vos femmes ?

o. : Nier que la surnatalité engendre des problèmes de pauvreté et de stabilité politique… Faire des raccourcis idéologiques pour ensuite les dénoncer. Omettre que les enfants naissent grâce à un homme et pas seulement grâce à une femme, pour ensuite interpréter le propos comme une attaque envers les femmes. Pitoyable.

DANIEL GALL : Les projections démographiques prévoient 4 milliards d’africains en 2100. J’espère que Madame Dorlin sera là pour les accueillir. Pendant ce temps, le Kivu est livré à lui-même et aux massacres, au viol organisé, le Burundi retient son souffle, les pays du sahel voient avancer la sécheresse avec les djihadistes, le Cap n’a plus d’eau, la population Algérienne a triplé depuis l’indépendance, absorbant en vie quotidienne les ressources du pétrole…

Emmanuel Macron : « Je vous le dis avec la même franchise, je regarde avec inquiétude, parfois dans certains quartiers de mon propre pays, la déscolarisation des jeunes filles progresser, et je le vois dans certains pays africains. Si l’Afrique veut réussir, et la France avec elle, ce grand basculement du monde, nous devons former et éduquer tout le monde, et nous devons éduquer les jeunes filles, nous devons avoir des jeunes filles et des femmes libres, libres de choisir. Et je le dis pour vous, jeunes hommes qui êtes là, c’est bon pour vous. »

Elsa Dorlin : Dans ce discours de Macron, il y a quelque chose de particulièrement écœurant. Sous couvert d’un engagement qui emprunte au féminisme son lexique, il n’est question que d’une forme actualisée de triage colonial : à la surnatalité prétendue des femmes africaines, l’État français propose la migration prétendument éducative et diplômante… La promotion des femmes africaines, forme de sélection genrée, n’est qu’un autre moyen d’ériger des frontières de race et de creuser des lignes de couleur.

Gh : Comme vous le dites à l’encontre du Président Macron : « Dans votre discours, il y a quelque chose de particulièrement écœurant … » Vous m’avez écœuré.

Epsilon : Cette dame enfile les mots comme des perles pour le simple plaisir de s’écouter parler. Malheureusement, le résultat n’a aucun sens. C’est regrettable, mais le militantisme intégral entraîne parfois ce genre de dégénérescence…

Elsa Dorlin : Ce que l’on peut rétorquer à Emmanuel Macron, c’est que dans son pays, la présence des jeunes femmes se raréfie sérieusement aux portes des grandes écoles ou dans les recrutements à des postes et concours à haute valeur sociale ajoutée. Cela a un nom : le sexisme institutionnel. Celui-ci a la dent dure et fait tache quand on prétend porter l’étendard de la liberté des femmes… Que les hommes d’Etat nous épargnent ce « fémocolonialisme », terreau du racisme comme de l’antiféminisme.

Vm : Avec des « intellectuelles » de cette trempe, les africains ne sortiront pas de leur position victimaire, et c’est bien dommage. Mme Dorlin aurait-elle eu la même carrière en étant mère de 8 enfants ?

NB : Elsa Dorlin est professeure de philosophie au département de science politique de l’université Paris 8.

Que faire face à l’incompétence ? Réfléchir avec l’association Démographie Responsable

https://www.demographie-responsable.org/

Partagez ...

8 réflexions sur “Triage colonial sur la fécondité africaine ?”

  1. Macrondelle « le malthusien  » 😂😂😂 laisse entrer en France par nuées innombrables des merveilleuses populations africaines venues avec l’ intention , selon le gros patronat si peu cupide et préoccupé par l’ avenir de ses compatriotes de souche, de payer nos retraites , de faire augmenter le niveau de vie des Français et de nous illuminer de leurs immenses savoirs ancestraux .
    Ces merveilleuses populations nous font comprendre que nous devons nous ouvrir de façon béante à leurs apports enrichissants

    signé : marcel qui a enfin compris que l’ africanisation de l » Europe est la solution à tous nos problèmes !

    1. Parti d'en rire

      Mon pauvre Marcel, si vous avez enfin compris c’est formidable.
      Eh oui nos ancêtres sont africains, eh oui les Arabes sont montés jusqu’à Poitiers, eh oui tout à une histoire, un début et une fin, eh oui la roue tourne, eh oui la France est vieillissante, fatiguée, en déliquescence etc. C’est peut-être con, en plus ça tombe sur nous, pas de chance… mais c’est comme ça.
      Alors que voulez-vous… pour ne pas qu’elle disparaisse, «notre» douce France, cher pays de nos enfances… il faut bien lui apporter du sang neuf, la revigorer etc. non ? Alors bien sûr, nous en aurons toujours qui voudront le beurre et l’argent du beurre… et bien sûr la crémière, pourvu qu’elle soit blonde. Mais comme chantait je ne sais plus qui, les brunes ne comptent pas pour des prunes.

  2. Commentateur de ce blog

    Les propos délirants de cette dame … c’est c’là oui ! Les commentateurs du Monde … alors ceux-là ! Tantôt bons assassins, tantôt véritables crétins, ça dépend des jours.
    En attendant, la dame montre la lune et les imbéciles regardent le doigt. De toute façon tout est bon pour faire diversion, pour ne pas répondre aux questions qui fâchent, c’est de bonne guerre comme on dit, ping-pong ping-pong, misère misère !

    1. C’est quoi les questions qui fâchent ? (Il n’y a que vos questions qui fâchent ? Pas celles des autres ?)

      1. Misère misère

        Ne te fais pas plus bête que tu es, tu sais très bien de quoi je parle. Sinon fais toi le traduire par les spécialistes (avec ou sans « »). Ceci dit si t’as d’autres questions je me ferais toujours un plaisir d’y répondre, comme je l’ai toujours fait.

  3. Ces empoignades idéologiques sont dérisoires au regard de ce que la Nature nous prépare et qui, princes ou esclaves, nous mettra tous à égalité dans l’anéantissement de l’Empire et dans la nostalgie de cette perte pour ceux qui survivront. La fin de l’Empire Romain puissance 40.

    1. Michel B., nous sommes en parfait accord avec votre analyse, la Nature ne négocie pas… et elle se fout complètement des diplômes universitaires. Lors de l’effondrement, ce ne sont pas les intellectuels qui survivront, ils ne savent rien faire de leurs dix doigts.
      Mail il faut que cela se dise, notre blog biosphere est là pour çà.

      1. Parce que vous croyez que tous les africains qui naissent ont une formation agricole ou formation manuelle ? Que savent ils faire de leurs dix doigts ? Au regard des migrants qui parviennent chez nous, je n’ai pas l’impression qu’ils savent faire davantage de choses que les européens ? Car si tous les africains savaient tous faire quelque chose de leurs dix doigts, alors leurs pays ne seraient pas dans l’état où ils se trouvent actuellement ! D’ailleurs, ils cherchent à prendre la poudre d’escampette vers l’Europe ! A l’instar des algériens en France qui crient Vive l’Algérie et le décrivent leur pays comme le meilleur modèle au monde, à part qu’ils n’ont pas envie d’y vivre eux-même dans cette Algérie meilleure modèle au monde… Ils préfèrent rester le Q au chaud en France, les allocs c’est tellement bon !

Les commentaires sont fermés.