Vincent Cheynet, Le choc de la décroissance

Vincent Cheynet, rédacteur en chef du périodique « La décroissance », attaque assez assidûment ses confrères en objection de croissance… Mais comme il dit assez souvent des choses très vraies, attardons-nous sur ces morceaux choisis de son livre de 2008 paru au Seuil :

1) La guerre des mots

– L’expression objecteurs de croissance est très parlante : les objecteurs de croissance font acte de non violence en refusant la guerre économique comme les objecteurs de conscience refusent l’ordre de la guerre.

– La réflexion sur les mots est primordiale car ceux-ci sont le socle sur lequel faire avancer les idées. Il existe tout autant des mots poisons qui empêchent de penser, que d’autres qui frayent de nouveaux imaginaires. Les capitalistes l’ont bien compris. Armés de légions de communicants, ils s’emploient autant à vider les mots de leur sens qu’à s’accaparer les mots de leurs contradicteurs.

– L’intérêt du mot décroissance est avant tout d’être un mot obus, un mot bélier qui vise à ouvrir une brèche dans l’enfermement dans lequel se claquemure notre société. Il cherche à enfoncer une porte de la citadelle de la pensée unique.

2) la guerre contre l’économisme

– Depuis deux siècles, la « science » économique occidentale a quasiment évacué le paramètre écologique de ses raisonnements. Elle fonctionne déconnectée de la réalité physique et géochimique.

– Les ultra-libéraux sont les dignes successeurs de ces membres du clergé qui, au XVIIe siècle, refusaient d’admettre que la Terre tournait autour du Soleil parce que la réalité ne correspondait pas à leur dogme étroit.

– Un seul économiste, Nicholas Georgescu-Roegen, a eu le bon sens de constater que, même stabilisée, la consommation de ressources naturelles limitées finira inévitablement par les épuiser complètement, et que la question n’est donc point de ne pas consommer de plus en plus, mais de moins en moins : il n’y a pas d’autres moyens de ménager les stocks naturels pour les générations futures. C’est cela le réalisme écologique.

3) la guerre contre les inégalités

– La première des décroissances qui motivent les objecteurs de croissance est la décroissance des inégalités, localement comme à l’échelle de la planète.

– La formule est imparable, dans un monde où les ressources sont limitées, toute surconsommation des uns se fait au détriment des autres. Les économistes orthodoxes martèlent que la croissance est la condition de la solidarité. C’est oublier que l’accroissement de la richesses d’une société comme d’un individu est complètement dissociable de la volonté de partage. Il existe des sociétés pauvres sans aucun Sans Domicile Fixe, comme des pays opulents qui laissent mourir des gens de faim.

– Le RMA (revenu maximal autorisé) qui pourrait, par exemple être de l’ordre de quatre fois le SMIC, est une mesure emblématique pour la décroissance.

4) la guerre contre la dictature

– Nous constatons que les discours des adeptes de la croissance occupent aujourd’hui l’intégralité de l’espace médiatique. Lorsque, exceptionnellement, la décroissance est évoquée, ses contempteurs l’accusent immédiatement de défendre une logique totalitaire. Drôle de conception de la démocratie !

– L’idéologie de la croissance, en ne tenant compte ni des limites physiques ni des limites humaines, conduit inéluctablement à une récession qui ne peut mener qu’à l’effondrement de la démocratie, puis au chaos et au fascisme.

– Le Chili est passé d’une démocratie à faible croissance à la dictature de Pinochet, championne de la croissance. Les Etats-Unis ont considérablement accru leur PIB sans que la démocratie ne progresse vraiment. Le nazisme ou le stalinisme ont été les régimes les plus ultras dans cette recherche de la croissance. A l’inverse la non-violence s’accommode mal, et même pas du tout, de cette recherche de puissance économique.

conclusion :

– Notre planète arrive sans doute au terme de sa capacité à nous accepter. A l’échelle de l’histoire de l’humanité, nous sommes peut-être à quelques secondes d’une récession globale. La sortie du capitalisme aura lieu d’une façon ou d’une autre, civilisée ou barbare.

Partagez ...

1 réflexion sur “Vincent Cheynet, Le choc de la décroissance”

  1. Finalement, hors-mis le style et la forme (l’emballage)… peut-être qu’un « vrai décroissant » (c’est à dire un « vrai écologiste ») se reconnait à ce discours sans ambiguïté. Autrement dit à la guerre qu’il mène sur ces 4 points. Sur les 4 et en même temps… pas seulement sur un seul, si ce n’est sur tel ou tel autre.

Les commentaires sont fermés.