politique

la technique est le problème, pas la solution

Deux infos si différentes dans le journal Le Monde du 17.03.2007, mais oh combien similaires !1) « Le CEA prépare les réacteurs nucléaires des années 2040 » Il s’agit des réacteurs à fission dits de 4ème génération, c’est-à-dire des projets expérimentaux dont la filière des neutrons rapides, privilégié par la France, a déjà connu un fiasco technologique avec le surgénérateur Superphénix ! Le gros problème, c’est que la technoscience veut nous faire croire qu’il n’y a pas d’inquiétude à avoir, demain l’innovation va trouver : la preuve, elle cherche !! Un réacteur de recherche serait peut-être mis en place en 2014, un prototype à neutrons rapides pourrait être mis en service en 2020 !!!2)  « La construction d’ITER, un chantier pharaonique »Il s’agit d’un réacteur à fusion dont l’objectif est de combiner des noyaux lourds, ce qui libère une énergie similaire à celle produite par notre Soleil. On fait miroiter au présent la manne financière distribuée autour de Cadarache, on oublie de dire que la vocation d’ITER n’est pas de produire de l’électricité, mais d’établir la faisabilité scientifique et technique de la fusion thermonucléaire. Le gros problème, c’est que la technoscience veut nous faire croire qu’il n’y a pas d’inquiétude à avoir, demain l’innovation va trouver : la preuve, elle cherche !! Entre 2025 et 2035 pourrait être construit un prototype électrogène. Et ce n’est pas avant 2050, avec la première génération de réacteurs industriels, que l’on saura si le rêve n’était pas un cauchemar !! La Biosphère n’a pas besoin qu’on tripatouille ses atomes. L’espèce homo sapiens ferait mieux de lancer une grande campagne de méditation sur la vanité de la société thermo-industrielle.

Donnez-nous notre pain quotidien !

Dans son documentaire sans commentaire, Notre pain quotidien, le réalisateur Nikolaus Geyrhalter pose le problème du mode d’alimentation d’un habitant des pays dits développés. Il n’y a dans ce film coup de poing aucun discours didactique ni témoignages indignés, il n’y a que des images organisées, uniquement la froide réalité d’un cauchemar grandeur nature vécu dans une gigantesque serre ou lors de l’équarrissage des porcs. Les combinaisons high-tech frôlent les chairs à nu, on ne tue qu’en blouse blanche et scientifiquement. Un homme descend l’interminable allée d’un poulailler industriel en farfouillant dans les cages, et ce n’est que plus tard qu’on comprend qu’il en enlève les poulets qui meurent chaque jour de la promiscuité. Cette froideur met en évidence  que la qualité d’être vivant est retirée aux animaux quand il y a production de masse, la mécanique finit par envahir tout l’écran, les machines semblent se mouvoir toutes seules, les travailleurs accomplissent des gestes automatiques calibrés par le travail à la chaîne. Les hommes et les femmes au travail apparaissent donc eux aussi comme des éléments interchangeables, au service de la machinerie de l’agriculture moderne. La vie est sacrifiée sur l’autel de la consommation.

 En bout de cette fabrication industrielle, il y a notre pain quotidien, il y a notre estomac, il y a nos repas qui apparaissent pour ce qu’ils sont devenus, l’aboutissement ultime de la marchandisation de la Biosphère. Cela n’a pas d’avenir durable…

toxicité du maïs transgénique

Le traitement statistique de l’étude des effets de ce maïs par son inventeur et distributeur, la firme Monsanto, a été publié en août 2005 par Food et Chemical Toxicology. Mais les données expérimentales brutes, plus d’un millier de pages, avaient été tenues confidentielles par la firme agrochimique jusqu’à ce que Greenpeace en obtienne publicité grâce à la Cour d’appel de Münster. Le Criigen (Comité de recherche et d’information indépendantes sur le génie génétique) a ainsi pu les examiner en détail. Autorisé à la mise sur le marché en Europe, la consommation de cet OGM perturberait de nombreux paramètres biologiques chez le rat : poids des reins et du foie, taux des jeunes globules rouges, triglycérides… Monsanto avait jugé que ces écarts entraient dans le cadre de la variabilité naturelle des paramètres mesurés ! Le Criigen soupçonne au contraire une véritable toxicité. Comme dit un spécialiste, en matière hormonale les perturbations peuvent être plus que proportionnelles à la dose ; un autre  indique que les paramètres bougent beaucoup dans les expérimentations, ce qui empêche toute conclusion stable. Mais ce qu’il faut souligner, c’est que les travaux du Criigen ont été financés par Carrefour et Greenpeace alors qu’il n’existe par de budget public pour mener ce genre d’étude scientifique. Il faudrait financer des tests au-delà de 90 jours, et sur d’autres espèces que le rat (in journal Le Monde du 14/03/2007), mais notre sort est aux mains des multinationales de la semence.

 Ne mangez pas des produits trans-naturels, ils posent sans doute un problème potentiel de santé, ils n’ont pas meilleur goût, ils ne sont pas moins chers pour les consommateurs et c’est un coût supplémentaire pour l’agriculteur ! Les seuls avantages sont pour les multinationales. Faisons confiance à la Nature et mangeons bio.

ségolène ou ségolène ?

Etude comparative des professions de foi

(source : l’hebdo des socialistes du 14 octobre 2006)

Laurent Fabius, candidat du projet socialiste pour faire gagner la gauche

L’élection présidentielle ne ressemblera pas aux précédentes, le contexte est inédit : …(et) la planète à sauver du réchauffement climatique.

J’ai pris 7 engagements (dont) une loi programme fixant nos objectifs précis pour la protection de l’environnement et la nomination d’un vice premier-ministre chargé du développement durable.

Je veux être le candidat du rassemblement de la gauche et des Verts. Mes combats sont ceux de la gauche rassemblée : …(et) la social-écologie.

Ségolène Royal, devoir de victoire

Ministre de l’environnement, j’ai agi avec fermeté contre les lobbies (loi sur l’eau et sur les déchets), mené des négociations âpres, notamment au Sommet de la Terre de Rio, et  déjà soutenu les énergies renouvelables. Je retiendrai des perspectives exigeantes :

– Pour l’emploi, en choisissant résolument l’excellence environnementale, riche d’activité et de métiers nouveaux ;

– Pour l’excellence environnementale : je veux faire de la France un pays exemplaire en Europe et dans le monde dans la lutte contre le réchauffement de la planète, la gestion de l’eau, la priorité aux énergies renouvelables, le développement des transports propres, le traitement des déchets et la mise en place d’une véritable fiscalité écologique.

Dominique Strauss-Kahn, social et démocrate !

Je veux que nous nous saisissions aussi des questions du futur. La révolution énergétique de l’après-pétrole est devant nous.

Pour la Biosphère, pas de doute, il faut voter Ségolène !

valeur de la vie ?

Il y a des vies humaines qui servent à quelque chose, et des barbaries qui pèsent trop sur la surface de la planète.

Lemonde pousserait-il au terrorisme ?

Cher homo sapiens,

Un dessin en page 2 du quotidien Le Monde (14 septembre) mettait en scène les événements du 11 septembre et la destruction des 2 tours jumelles. Il présentait ensuite la politique de Bush (sécurité ici = guerre là-bas), puis la reconstruction de 4 tours qui sont à leur tour attaquées par des avions de ligne. Doit-on prendre cette BD au premier degré et trouver que la politique américaine pousse au terrorisme ?

Mais alors, le pillage par le mode de vie américain des ressources de la planète ne doit-il pas entraîner le même type de réaction, une violence destructrice de ce mode de vie : pneus de 4×4 crevés, stockages de pétroles incendiés… ? Bien entendu, il ne s’agit là que d’une analyse comparable à celle du journal Le Monde !!!

Pour en savoir plus, http://www.biosphere.ouvaton.org/

Benoît XVI encense Dieu et non la Biosphère

                A Munich, Benoît 16 a prononcé une homélie musclée, destinée à une Eglise allemande trop préoccupée de questions sociales et pas assez de sa mission de défense de la religion. Il attribue les mécanismes de la violence et de la destruction au rejet de Dieu et à la suprématie de la technique. Pour lui, « c’est une insulte au sacré qu’on abaisse au rang d’une simple liberté ». Il ajoute : « Nous ne réussissons plus à entendre Dieu, parce que les fréquences que nos oreilles reçoivent sont encombrées. » Benoît 16 exige même que l’enseignement du respect de la religion soit généralisé dans les écoles.

En fait, dans le discours précédent , vous remplacez « Dieu »  et « religion » par « Biosphère », et vous aurez non seulement une approche beaucoup plus saine des réalités de la planète, mais aussi des modes d’action plus constructifs…

Pour en savoir plus,  notre réseau de documentation

Homo sapiens, obscur phylum !

L’homme est apparu comme un ver dans le fruit, comme une mite dans une balle de laine et a rongé son habitat, en sécrétant des théories pour justifier son action. Nous semblons vivre dans un univers absurde pour avoir tourné certaines lois qui s’appliquent à l’ensemble d’un monde dans lequel notre lignée s’est trouvée émergeant d’un obscur phylum de petites mammifères sans prétentions.

Quelle que soit la position métaphysique adoptée et la place accordée à l’espèce humaine, l’homme n’a pas le droit de détruire une espèce de plante ou d’animal sous prétexte qu’elle ne sert à rien. Nous n’avons pas le droit d’exterminer ce que nous n’avons pas créé. Un humble végétal, un insecte minuscule contiennent plus de splendeurs et de mystères que la plus merveilleuse de nos constructions. Il est temps que domine à nouveau l’Homo sapiens, celui qui sait que seul un juste équilibre avec la nature tout entière peut lui assurer sa légitime substance, et en définitive le bonheur spirituel et matériel auquel il aspire.

Pour en savoir plus, http://www.biosphere.ouvaton.org/

Le Monde censure

Cher homo sapiens

On voit bien dans l’édition du 13 septembre où va la curiosité du quotidien « Le Monde ». Un tiers de page de publicité pour la firme Total qui nous raconte mensongèrement que « Pour vous, notre énergie est inépuisable » alors que les réserves de pétrole ont une durée de vie de seulement 40 ans. Sur la même page, un article conséquent sur la redécouverte d’une tombe gaulois, annonce dont l’intérêt est proche du néant. Et caché à côté dans un minuscule entrefilet, l’adoption par le sénat du « droit à l’eau » dans la loi, une eau de plus en plus disputée. Même si c’est de façon inconsciente, mon quotidien préféré prépare pour la Biosphère un avenir non durable.

Pour en savoir plus, http://www.biosphere.ouvaton.org

l’espoir fait vivre

Le jour de ma mort, notre planète continuera à tourner. Le jour de la fin de l’espèce homo sapiens, la Terre continuera à tourner. Le jour de la fin de la Terre, l’univers continuera à jeter des bribes de vie ici ou là : je trouve tout cela très réconfortant… La Biosphère se reconstituera ailleurs.

En attendant, vivons en harmonie avec ce qui vit aujourd’hui !

Révoltons-nous !

La Biosphère est révoltée par tous ces politiques qui prônent ma croissance durable (projet du PS comme Sarkozy)

et donc la détérioration de la planète, la Biosphère est  révoltée par ces religions fantaisistes, nataliste et certainement pas écologistes,

mais ne perdons pas espoir :

le journal « LA DECROISSANCE » vient de sortir en kiosque,

ou écrivez 11 place Croix-paquet, 69001 Lyon