CLIMAT, qu’est-ce qui est « acceptable » ?

Modification de l’article 1 de la Constitution pour y intégrer la préservation de l’environnement ? Une telle réforme « doit d’abord passer par l’Assemblée nationale puis le Sénat et être votée en des termes identiques», a déclaré le chef de l’État. Autant dire qu’on enterre l’idée aussitôt qu’émise. D’autant plus que Macron ajoute : « Les choix pris pour l’écologie doivent être acceptables par les Français. »

Comme par hasard, les innovations technologiques sont mises en œuvre par l’appareil techno-industriel, qu’elles soient acceptables ou non. Par contre lutter contre nos émissions de gaz à effet de serre ou protéger la biodiversité pourrait être inacceptable ! Les commentateurs sur lemonde.fr en font des gorges chaudes :

Mam : Convention citoyenne pour le climat : « Les choix pris doivent être acceptables par Emmanuel Macron», prévient Emmanuel Macron.

Rickroll : « les choix pris pour l’écologie doivent être acceptables pour les Français ». Tout à fait, et jamais je n’accepterai qu’on me taxe parce que j’ai envie d’une voiture de près de deux tonnes pour me déplacer seul dans Paris. Sinon ce serait liberticide…

iphigenie : La plupart des gens n’ont pas le temps de digérer des cours sur le climat, l’énergie et la thermodynamique. Ils s’en remettent à leurs dirigeants. Ceux-là leur disent : « ne vous en faites pas, avec 3 éoliennes qui font de l’hydrogène, tout va continuer ». Quand des gens normaux passent 40 heures à étudier les questions scientifiques, ils sont effrayés par les risques systémiques immenses. Ils demandent alors au président de prendre des mesures pour mitiger les risques. Celui-ci dit « ben, non les gens n’en veulent pas ». Bref, on tourne en rond. Cette logique mortelle va continuer. Quand la forêt de Fontainebleau sera en feu et qu’il fera 50°C à Paris, on changera.

Lavig5k : Procrastination : Pourquoi attendre ? Autant prendre dans l’urgence des mesures préventives pour gérer le réchauffement climatique, comme en mars dernier avec la décision du confinement. D’ailleurs, vous, je ne sais pas, mais moi on ne m’a pas demandé à l’époque si le confinement était « acceptable » par la population…

philgo : Si feu Giscard avait attendu l’assentiment des Français sur ses réformes essentielles, si feu Mitterrand avait attendu que nous soyons tous contre la peine de mort, etc, etc, etc.

CFranck : « la taxe carbone n’a pas été acceptée par les français » Faudrait voir à ne pas confondre 8% de gilets jaunes avec l’ensemble des français. Mais ça en dit long sur le poids des minorités violentes dans notre République…

Laur3nce : C’est simple, quand le président dit que « les choix pris pour l’écologie doivent être acceptables pour les Français « , il apparaît comme raisonnable alors qu’en fait le dernier baromètre de l’Ademe montre que les français sont largement d’accord avec l’ensemble des mesures. Bref, les 150 sont conscients des enjeux et ont fait des propositions acceptables par tous (l’idée de départ) mais les politiciens n’ont pas l’air de le comprendre.

Genius : Et bien qu’ils fassent un référendum et on verra ce que pense vraiment les français et pas seulement les bobos ou les intégristes certes très bruyants mais qui n’ont réussi qu’à réunir 415000 signatures sur 66000000 de français… ce n’est qu’un énième comité Théodule

PHILEMON FROG @ Genius : 415 000, c’est considérable aux yeux de quiconque a le sens des réalités et connaît les hésitations du citoyen lambda à prendre expressément des engagements politiques. Du reste, peu importe le nombre de pétitionnaires : l’enjeu climatique va bien au-delà de cette convention. Il est devenu la 4ème préoccupation des Français après la pandémie, le terrorisme et l’emploi et surtout toutes les institutions internationales et tous les experts en font l’enjeu majeur des 50 prochaines années.

Lithopedion : Le but de cette convention était de prendre le pouls de la France d’en bas, et d’éviter de refaire le coup des gilets jaunes. Manque de pot, ces citoyens une fois correctement informés sont devenus plus verts qu’un sapin de Noël, c’était contre toute attente. Le problème est donc l’éducation des français. Oui, une fois qu’on a les bonnes données sous les yeux on vire écologiste radical, c’est un fait. Le monde court à la catastrophe, c’est un fait.

Dromois : Mais pourquoi ne pas poser les 149 propositions directement à l Assemblée Nationale ? Est ce que les députés qui devront se prononcer sont moins intelligents collectivement que le président de la République individuellement ?

Alain29 : Un échantillon tiré au sort est certainement plus représentatif qu’une chambre des députés ! Le renvoyer au niveau d’un simple groupe de travail illustre l’attitude de Macron devant ces conventionnels !

Vieux : En affirmant protéger les plus pauvres au nom d’une idéologie fondée sur le dogme de la croissance économique, on retarde leur sacrifice car il n’y a plus de croissance possible. Alors que les choses doivent être pensées autrement : l’écologie n’est pas l’ennemie de l’économie. En revanche, le capitalisme consumériste est l’adversaire de la planète. Nous vivons de plus en plus longtemps dans un monde de moins en moins habitable. Acceptabilité ou non des mesures nécessaires.

Du point de vue des écologistes, la société thermo-industrielle est inacceptable, et pourtant on nous gave de gadgets :

6 décembre 2020, Votons pour un confinement climatique

11 janvier 2020, La 3G évitable, 4G superflue, 5G inacceptable

24 mars 2019, Le nucléaire, inacceptable dans un pays démocratique

27 novembre 2017, Moins de viande, moins de tout, est-ce acceptable ?

Partagez ...

9 réflexions sur “CLIMAT, qu’est-ce qui est « acceptable » ?”

  1. Selon le Haut Conseil pour le climat, la partie du plan de relance qui n’est pas dédiée à l’écologie, soit plus de 70 milliards d’euros sur 100 milliards, poursuit la production et la consommation actuelles, sans contreparties environnementales, de sorte qu’elles pourraient « avoir un effet significatif à la hausse sur les émissions de gaz à effet de serre ». Il s’agit par exemple de la baisse des impôts de production, de la sauvegarde de l’emploi et du plan jeunes. Enfin, le reste des mesures est jugé « ambigu » par l’instance, qu’il s’agisse de la prime à la conversion automobile (qui permet de financer des véhicules qui ne sont pas bas carbone) ou encore du soutien à la filière animale.
    Les experts regrettent que la plan n’aborde pas la question de la sobriété, en particulier pour limiter la place de la voiture et l’avion.

    1. Le plan de relance marque un net recul par rapport aux mesures des 150 « conventionnels », exemples. L’interdiction de la publicité pour les produits les plus polluants est abandonnée. Le gouvernement troque l’obligation d’un choix végétarien quotidien dans la restauration collective par une expérimentation de deux ans sur la base du volontariat. L’idée d’une redevance sur les engrais azotés a été repoussée à 2024. L’introduction d’une écocontribution renforcée sur les billets d’avion ne figurera pas dans le projet de loi. Rien n’a été arrêté sur l’idée d’une contrainte ni sur le niveau de performance attendu après travaux de rénovation thermique des logements.
      Ce détricotage est déjà à l’œuvre pour les autres mesures de la convention reprises dans le budget 2021 : pas d’investissement massif dans le ferroviaire, pas d’écoconditionnalité sur les aides publiques ou instauration d’un malus poids largement insuffisant.

      1. Un plan de relance c’est un plan de relance ! Ce n’est pas un plan social, ni un plan de «sauvegarde» de l’emploi, ou un plan de restructuration (déstructuration) si ce n’est de reconversion et autres machins du genre qu’on élabore quand c’est foutu, quand les carottes sont cuites etc. Non il s’agit là de relancer la Machine. Elle n’est pas encore foutue la Machine, elle peut encore tourner un certain temps et cracher encore un bon paquet de Pognon. Business as usual et après on verra.

  2. C’est très important la Constitution ! Modifions la Constitution ! Et puis comme nous l’avons si brillamment fait pour l’essentiel, essayons maintenant de définir ce qui est acceptable et ce qui ne l’est pas. Plus tard nous essaierons de mettre tout ça en pratique. Ou pas.
    En attendant, c’est à longueur de journée qu’on entend : « C’est inadmissible ! C’est insupportable, intolérable, inacceptable… c’est révoltant ! » Et en même temps les pleurnicheurs disent amen à tout et acceptent fort bien l’inacceptable, l’intolérable, l’imbitable et Jean Passe. Depuis qu’on a inventé TF1 et la vaseline il n’y a plus rien d’inacceptable. Encore moins de révoltant. Pour éviter le piège de la double pensée (demander à Orwell) je pense en effet que l’usage des guillemets s’impose. Partant de là j’«accepte», tu «acceptes», il «accepte», nous «acceptons» etc. comme des cons.
    Je sais, ce que je dis là est inacceptable ! Mais c’est pas grave va. 🙂

  3. Qu’est ce qui est acceptable ?
    Tout en étant juste et légitime ?
    1/ Supprimer tous les bateaux de plaisance à énergies fossiles, les remplacer par des bateaux de plaisance à voile et que ce soient des flottes de location.
    2/ N’accepter que l’achat de maison ou appartement dans la limite d’1 bien immobilier par foyer. En finir avec ces résidences secondaires, tertiaires etc. Ces achats de résidences secondaires actuels ne sont pas liés à plus de travail et d’effort mais uniquement à plus de disponibilité énergétique au détriment du reste de la population.

    1. 3/ Même s’il faut préserver une échelle de salaire fondé sur le mérite, instaurer un salaire maximum. Les salaires délirants actuels de chefs d’entreprises, de politiciens, d’artistes, de sportifs ou d’actionnaires, ne sont absolument pas liés à l’effort ou une quelconque performance, mais liés à la disponibilité énergétique, aux robots et aux publicités permettant de traire monétairement les consommateurs (publicités = impôts privés, c’est exactement la même chose que les bandits qui instauré des taxes sur la traversée des ponts au Moyen-âge)

      1. 4/ En outre, brider cette expansion illimitée des entreprises afin de les empêcher de grossir trop au point de prendre les marchés des autres et devenir des monopoles. Cela est possible en augmentant les taxes au fur et à mesure que les entreprises grossissent, ces taxes décourageraient de grossir trop. Ce serait le meilleur moyen de partager les marchés et de partager le travail, aussi ça rendrait les entreprises plus locales, elles ne trouveraient plus la nécessité de s’étendre sur d’autres régions ou pays. Enfin ça limiterait le transport d’un bout à l’autre du monde pour économiser l’énergie.

        1. 5/ A la maison, possible par tout le monde =
          a/ arrêter d’acheter du gel douche et plutôt se servir du savon solide en pavé, afin d’éviter des déchets plastiques.
          b/ produire sa lessive soi-même, idem ça évite des bouteilles ou boîtes plastiques. En outre transborder les ingrédients pour fabriquer la lessive est beaucoup plus économique en énergie que de déplacer des lessives toutes faites. Fabriquer sa lessive prend 5 minutes et vous en avez pour au moins 3 ans de lessive.
          c/ Réduire drastiquement la publicité qui il faut bien le dire sont devenues agressives ! En finir avec les prospectus. Bref indiquer stop pub sur vos boîtes aux lettres.
          d/ Préparer le plus souvent possible vos plats alimentaires, réduire drastiquement les boîtes de conserves et plats en sous-vide.

          1. e/ Réduire la consommation de viande et de poisson. Bref diviser sa consommation par au moins 2 et davantage pour les volontaires.
            f/ Pour l’eau minérale et bien d’autres boissons, remplir ses bouteilles auprès d’un fournisseur, afin d’éviter la multiplication des emballages plastiques.
            g/ La voiture soit s’en passer, soit réduire le poids des voitures. En finir avec ces voitures d’1,5 tonnes pour déplacer qu’1 seul passager.

Les commentaires sont fermés.