décroissance et catastrophe

Les Verts affichent enfin leur unité lors de leur Congrès. Cécile Duflot est réélue secrétaire nationale et la motion commune est votée par 71 % des congressistes (LeMonde du 9 décembre). Quant au contenu, le texte se prononce pour une « décroissance sélective, équitable et solidaire ». Cela est un peu plus incisif que la plate-forme électorale des listes EuropeEcologie qui prône seulement la « décroissance des flux de matière et d’énergie». D’ailleurs dans Libé du 5 décembre, Daniel Cohn-Bendit est beaucoup moins affirmatif : « « Pour moi  la décroissance, c’est un gros mot que personne ne comprend. Comment parler de décroissance à des gens en crise ? » Alors on  vivra autrement, mais sans rien changer : « Cela signifie arrêter de produire des voitures non estampillés développement durable au profit de véhicules qui consomment moins et durent plus longtemps ». Il n’y a là aucune remise en question du véhicule individuel qui structure nos sociétés !

Derrière ces circonvolutions de langage se cachent un débat fondamental, celui de la profondeur de la crise à venir. Sur ce point, le manifeste du conglomérat EuropeEcolgie rassemblé autour de Daniel Cohn-Bendit est assez explicite : « Nous n’avons plus le temps. Tous les indicateurs sont au rouge. Notre modèle de développement est pulvérisé par les faits ! Aveuglé par l’idéologie de la croissance sans limites, dopé par le laisser-faire du libéralisme, le système productiviste fonce tout droit vers la catastrophe, tel un bateau ivre ». « Catastrophe » ? Le gros mot que tout le monde  comprend est lâché. Pourtant au Congrès des Verts, Yves Cochet et Denis Baupin ont été marginalisés sous prétexte qu’ils seraient « catastrophistes ».

La circulaire française de juillet 2004 qui gère l’EDD (éducation au développement durable), indique : « La prise de conscience des questions environnementales, économiques, socioculturelles doit, sans catastrophisme mais avec lucidité, aider les élèves à mieux percevoir l’interdépendance des sociétés humaines avec l’ensemble du système planétaire ». Mais ce n’est pas faire du catastrophisme (termes du texte officiel) que de montrer aux jeunes que nous éduquons une réalité catastrophique, épuisement des ressources fossiles, choc climatique, stress hydrique, perte de biodiversité… La réalité est désormais surdéterminée par les krachs écologiques qui s’annoncent et qui rétrospectivement feront du tsunami financier actuel une petite vague sans conséquence. Comme l’exprime un livre d’Yves Cochet, nous allons vers la « pétrole apocalypse ».Je suis personnellement un partisan de la pédagogie de la catastrophe, mais uniquement pour que ce ne soit pas la catastrophe qui serve de pédagogie quand il sera trop tard pour  réagir.

Partagez ...