EELV, sa face désirable et celle plus obscure

JDE, Journée d’été des écologistes. On vous attend nombreuses et nombreux à « La cité fertile » de Pantin les 20, 21 et 22 août prochain. Ce rendez-vous sera inédit  à plus d’un titre. Premièrement parce que nous comptons bien avoir un certain nombre de victoires aux municipales à célébre . Deuxièmement parce que cette 36ème édition sera la première à être co-organisée avec nos collègues des autres formations politiques écologistes. Corinne Lepage (Cap21), Delphine Batho (Génération Ecologie), Jean-Marc Governatori (Alliance écologique indépendante) seront en effet présents, ainsi que les militants de leurs formations respectives, venant ainsi compléter la liste des partenaires écologistes traditionnels de nos Journées d’été (Délégations des député écologistes à Bruxelles, FEVE, Jeunes Ecologistes, Fondation de l’Ecologie politique, Fondation Heinrich Boll, etc). Cette 36ème édition sera également la première à se dérouler en état d’urgence sanitaire. Nous avons entrepris de « déconfiner », nous les ouvrirons au public sous réserve que les règles sanitaires en vigueur le permette. Mais tout sera également diffusé en direct sur 3 chaînes de webTV éphémères ! Les gestes barrières seront de rigueur mais ils n’empêcheront pas « l’esprit JDE » de vous gagner (concerts, cours de danse/yoga…). Côté programme, les commissions et parlementaires EELV, ainsi que les partenaires de l’événement, vous réservent un condensé de formation et d’entretiens, sous forme d’émissions de télé, qui seront enregistrées en public dans des studios télé prévus pour pouvoir accueillir beaucoup de monde. On évoquera bien sûr les mandats municipaux qui s’ouvrent, pour outiller nos nouveaux élus. Il faudra également préparer les séquences électorales à venir: les départementales, les régionales et la séquence présidentielles-législatives de 2022, le tout dans un contexte « post-covid » qui apparaî comme un moteur inédit de changement… mais jusqu’à quel point ? (Marine Tondelier)

Les Verts ont « vitriolé » l’écologie. Ni positive, ni punitive, l’écologie est d’abord une discipline scientifique, pratiquée par des écologues, alors que les écologistes (qui ne sont pas forcement des scientifiques) tentent de mettre en pratique une politique en tenant compte des enseignements de l’écologie Science. Ce que semble omettre EELV. Par ses combinaisons d’accord politiciens parfois « contre-nature » avec des partis de gauche traditionnel, réputés pour leur conservatisme idéologique productiviste et une conception économique et sociale d’un autre temps, aujourd’hui EELV est un parti de gauche qui s’éloigne toujours plus de l’écologie. Dernier acte avec les municipales, intercommunalités et métropoles, dans 9 cas sur 10, EELV confirme son alliance avec la gauche. Si un accord avec les partis de gauche peut parfois s’avérer nécessaire, en faire une règle absolue au niveau national par une organisation se réclamant de l’écologie, avec des opérations de « tambouille politicienne » des plus détestables, est une faute grave qui envoie à tort une très mauvaise image de tous les écologistes… Bon courage pour une lecture approfondie sur Agoravox, certain(e)s n’apprécieront pas forcément… (Daniel Martin)

Démonstration par l’exemple : Alexis Braud, personnage éminent d’EELV, a pourtant été suspendu par son groupe local car il trouvait dommageable l’alliance pour les municipales avec l’ex ministre Stéphane Le Foll, maire sortant au Mans. Pour mieux connaître celui avec qui on veut partager le plat de lentilles : Stéphane Le Foll pendant le quinquennat de François Hollande avait été nommé « ministre de l’Agriculture et de l’Agroalimentaire », cela témoignait clairement de la dérive productiviste de ce gouvernement de gauche. Car qui dit « agroalimentaire » dit agro-business. Jamais encore le mot « agroalimentaire » n’avait été utilisé pour le Ministère de l’Alimentation, de l’Agriculture, de la Pêche… Selon le ministre de l’agriculture Stéphane Le Foll, les limites fixées voilà trente ans par la directive de 1991 (sur les nitrates) « doivent être renégociées à l’échelle européenne » (c’est-à-dire assouplies)… Stéphane Le Foll a aussi adressé une lettre de près de quatre pages pour inciter à ne pas voter l’interdiction totale des néonicotinoïdes ; pourtant Le Foll reconnaissait la neurotoxicité prouvée des sept molécules de cette catégorie de pesticides. Stéphane Le Foll se disait également favorable au projet d’aéroport de Notre-Dame-des-Landes. La conception globale de cette figure de la gauche  : « Je ne suis pas pour la sobriété mais pour une croissance sûre qui porte le progrès. Ce n’est pas l’écologie comportementale individuelle en ne prenant plus l’avion ou en ne mangeant plus de viande qui va régler la question du réchauffement, mais des investissements dans l’efficacité énergétique. »

Partagez ...

4 réflexions sur “EELV, sa face désirable et celle plus obscure”

  1. Ah oui, autre chose. Cela fait des lustres que les uns et les autres tirent à boulets rouges sur ceux qui, selon eux, auraient tué l’écologie. La plupart, parmi les plus merdiatiques, ne se posent même pas la question de savoir si c’est ça qui pourrait la ressusciter. De ça ils s’en foutent, on le voit bien. Ce qui les anime c’est leur ego. Régler des comptes personnels, se montrer, occuper le terrain, se mettre en avant, avancer leurs pions, vendre des bouquins etc. Alors maintenant, avec cette affaire de vitriol… permettez moi de me marrer. 🙂

    1. La «démonstration par l’exemple» Alexis Braud est en effet un bel exemple. Un bel exemple de ces règlements de comptes, de querelles d’egos, de magouilles et de mensonges qui pourrissent le monde politique dans sa globalité.
      Alexis Braud aura donc été suspendu parce qu’il a soutenu Marietta Karamanli et non le favori choisi par le Parti. Oh que c’est pas bien ça !
      Stéphane Le Foll, homme politique, socialiste, productiviste etc. comme on sait. Ouhouhouh !!
      Marietta Karamanli, femme politique, socialiste, soi-disant dissidente, anti productiviste et décroissante comme on sait.
      – « Je terminerai en évoquant la nécessité d’une politique de croissance durable et juste pour l’Europe» (Marietta Karamanli à L’Assemblée, 16 février 2012)

  2. L’été est la saison idéale pour faire la fête. La fête est une occasion idéale pour se faire des copains et des copines, pour déconner, pour bien bouffer, se bourrer la gueule, ou alors se foutre sur la gueule, il en faut pour tous les goûts. Super occasion aussi pour vendre des camelotes et des idées en tous genres.
    En été les festayres n’ont que l’embarras du choix. Manque de pot cette année, à cause du coromachin, les fêtes de Pampelune, de Bayonne et Jean Passe ont été annulées. Les journées d’été Rouge et Noir de l’UCL ont été annulées elles aussi. Saloperie de Covid !

    1. Heureusement il nous reste de quoi nous amuser. Par exemple du 16 au 20 août les moins de 26 ans sont attendus dans le Vercors. Les jeunes pourront sauter à l’élastique, copiner ou se bourrer ou se foutre sur la gueule avec d’autres jeunes se disant «insoumis». Bien sûr il y aura aussi tout plein d’«insoumises». Un seul conseil, respectez la distance d’un mètre. Pour moi c’est râpé, trop vieux pour ce genre de conneries.
      Les 20, 21 et 22 août prochains, ce sera donc grande fête à «La cité fertile» de Pantin. Du 20 au 23 août, à deux pas de là nous pourrons et en même temps écouter Besancenot, Martinez, et le grand Méluche. Mais là aussi, le porc du musk sera obligatoire. Et rien que pour ça je n’irais pas. 🙂

Les commentaires sont fermés.