Macron, le magicien de l’écologie politique

Entrez, entrez, mesdames et messieurs, le spectacle va commencer ! L’écologie politique a trouvé son Grand Illusionniste, il s’appelle Emmanuel Macron. Ce qui sort de son chapeau s’appelle relance verte, 7 tours de magie font croire que l’on fait quelque chose.

– Tour n°1 : réinventer le démocratie participative. Fort d’avoir entendu les Gilets jaunes, Macron lance bien après le grand débat national, une CCC qui travaillera 9 mois pour présenter une série de propositions dont quasiment toutes avaient déjà été élaborées par des ONG, collectifs, scientifiques, députés ou partis à vocation écologique. La démocratie pour gagner du temps !

– Tour n°2 : entretenir le flou. Un bon exemple, le nucléaire, grand absent des analyses de la CCC. Au delà de la fermeture de Fessenheim décidée par son prédécesseur, impossible de distinguer les intentions profondes du Président sur l’avenir du nucléaire, le renouvellement des centrales existantes, l’évolution de la structure d’EDF et les enjeux des EPR. Il annonce un nouveau mix énergétique mais lequel exactement ?

– Tour n°3 : faire mine de découvrir ce qui existe déjà. Exemple n°1, l’objectif ZAN (Zéro artificialisation nette) que l’on promet d’atteindre alors qu’il existe déjà dans le plan biodiversité de 2018. Exemple n°2, le plan vélo qui figure dans la loi d’Orientation des Mobilités (LOM). Exemple n°3, l’extension des ZFE (Zones à faibles émissions) interdisant les centres-villes aux véhicules les plus polluants. Sauf que celles annoncées auparavant n’ont pas toutes été réalisées, donnant lieu à pression du Conseil d’Etat et amende de la Commission européenne.

– Tour n°4 : jouer habilement de l’échelle de temps, en allongeant les délais de mise en oeuvre. La transition écologique, nous dit le Président, est un chantier de longue haleine. Ainsi le calendrier de mise en oeuvre des 146 propositions acceptées de la CCC est déjà repoussé, un texte devant être présenté à la concertation à l’automne pour être examiné en 2021. Quant à la nécessaire réforme de la fiscalité écologique, elle est remise à 2022, c’est à dire à la prochaine mandature.

– Tour n°5 : promouvoir la compensation carbone. Un joli subterfuge consistant à compenser les émissions de carbone issues des énergies fossiles par des plantations d’arbres. Un droit d’investir dans le marron, du moment que l’on investit dans le vert, neutralisant ainsi le bilan carbone. Compenser c’est un peu comme si on donnait un permis de chasse pour certaines espèces tout en faisant promettre au chasseur de bichonner les autres espèces. Compenser c’est plus facile qu’éviter ou réduire. Et la compensation est trop mise en avant par les entreprises (cf Air France) pour être tout à fait honnête.

– Tour n°6 : se déguiser en champion de l’Europe. Le Président nous rappelle à juste titre que de nombreuses propositions de la CCC sont de niveau européen : taxer l’empreinte carbone aux frontières, faire évoluer les accords commerciaux et renégocier le CETA, réviser la PAC en faveur de l’agroécologie et d’une production autonome de protéines végétales. On pourra compter sur lui pour porter haut ces revendications ! Le problème est que l’évaluation du CETA qu’il prétend exiger à Bruxelles a déjà été effectuée par la commission Schubert en 2017 et que son rapport concluait à l’absence de cohérence du CETA avec l’Accord de Paris. Le problème, plus généralement, est qu’il doit composer des alliances avec d’autres chefs d’Etats et de gouvernements et donc s’aligner sur un plus petit dénominateur commun négocié dans le temps long. Toutes choses que notre Magicien sait pertinemment.

– Tour n°7 : placer le ministère de l’écologie tout en haut de l’affiche, au n°3 du gouvernement. Un affichage de volontarisme écologique qui ne franchira pas le seuil de l’action. Car pour agir, il fallait ajouter les compétences « énergie » ainsi qu' »alimentation et agriculture » au portefeuille de la nouvelle ministre, ce que Total et la FNSEA bien entendu n’auraient pas accepté. Il fallait également s’assurer d’un rapport de force équilibré entre ministres de l’écologie et de l’économie, ce qui ne sera pas le cas, Bruno Lemaire étant puissant car bien installé dans sa fonction.

Pendant que le Grand Magicien officie, l’horloge carbone continue à tourner, inexorablement. Me viennent alors des pensées attendries pour Barbara, Dany, François, Pascal et la floppée de pseudo-écolos Macron-compatibles qui ont su préserver leur âme d’enfant et ne demandent qu’à croire et croire encore aux tours de magie.

Texte de Patrick Salez déjà paru dans le cadre de la coopérative écologique. Pour télécharger leur lettre en format pdf : https://coop.eelv.fr/files/2020/07/INFOLETTRE-DU-MOIS-DE-JUILLET-2020.pdf

Partagez ...

12 réflexions sur “Macron, le magicien de l’écologie politique”

  1. Les cultures de betterave à sucre font face cette année – la première où l’usage des insecticides néonicotinoïdes est strictement interdit – à une épidémie de jaunisse due à des pucerons. D’où autorisation « temporaire » de ces insecticides, dits « tueurs d’abeilles », pour la culture de la betterave. Barbara Pompili : « Cette dérogation est la seule solution possible à court terme pour éviter l’effondrement de la filière sucrière en France .»
    Effet domino assuré, dès l’annonce du gouvernement les producteurs de maïs ont réclamé l’ouverture d’une « voie dérogatoire » afin de lutter contre les attaques de mouches et de taupins. Julien Bayou, secrétaire national d’Europe Ecologie-Les Verts : « L’écologie plus tard, c’est trop tard ».
    On pouvait penser bêtement que contre les pucerons on pouvait utiliser des coccinelles sans avoir à faire des recherches sur les alternatives « chimiques » !

    1. Eh oui, et comment faire alors ? Les coccinelles ? Sauf que là encore il y a coccinelle ET coccinelle.
      C’est vers la fin des années 80 qu’on a eu la riche idée d’importer en Europe et aux États-Unis des coccinelles asiatiques, justement pour la lutte biologique. Riche idée, tout simplement parce la coccinelle asiatique présente un intérêt économique pour les marchands de coccinelles (je vous laisse le soin de chercher). Mais voilà, revers de la merdaille, ces petites bêtes particulièrement envahissantes sont devenues la cause de la disparition de nos coccinelles autochtones.
      Comme quoi c’est un peu plus compliqué que ce qu’on pourrait penser bêtement. 😉

  2. Fermer Fessenheim va rajouter 5 à 10 millions de tonnes de CO2 dans les émissions européennes, soit plus que ce que notre pays va éviter comme émissions de CO2 dans l’électricité grâce aux 100 milliards d’impôts investis dans l’éolien et le solaire.
    Reconnais que Macron n’est pas le seul « Grand Illusionniste » qui réussi à faire croire que ça permet de sauver le climat !
    Bravo les artistes !

    1. Oui, ça c’est ce que racontent les PRO-nucléaires, dont la SFEN (Société française d’énergie nucléaire). C’est de bonne guerre comme on dit.

  3. « Macron, le magicien de l’écologie politique »

    Pourquoi que Macron ? Tous nos problème cumulés n’ont pas pour date référence l’unique année 2017 de son élection. Alors je me permets de rectifier !

    « Les UmPs ainsi que leurs supplétifs vert rouge modem, derrière l’illusion du front ripoublicain, les magiciens de l’écologie politique »

    Et oui, les débats, les moratoires, les enquêtes, les sondages, les comités, toutes ces conneries, ne sont que des stratégies pour ne rien faire en jouant la montre. Car ce qu’il y a à faire pour sauver l’environnement et la faune on le sait depuis longtemps. Ce qu’il faut ce sont des plans d’action et des exécutions de ces plans d’action, rien d’autre !

    1. En 40 ans, tous ces UmPs qui se prétendent les plus intelligents du monde en s’autoproclamant « élites » se prétendent aussi les meilleurs gestionnaires de la France et les parangons de la vertu.

      En 40 ans, avec toutes ces dites élites UmPs sénateurs, députés, maires, présidents de régions et de la République, Ministres ainsi que bien d’autres qui se planquent à droite à gauche dans nos institutions. Et ben avec un tel concentré de génies en France, malgré tout, tous ces cerveaux n’ont pas réussi à =

      1. 1/ à retirer ne serait ce qu’1 seul gramme de co2 dans l’atmosphère !
        2/ à diminuer la dette publique ne serait-ce que d’1 seul centime !
        3/ à diminuer le chômage de seulement 0,01%
        4/ à diminuer les délocalisations de 0,01%
        5/ ç diminuer les défaillances d’entreprise de 0,01%
        6/ à baisser la criminalité de 0,01%
        7/ à baisser les agressions, viols et vols de 0,01%
        8/ à diminuer le surendettement des ménages et des entreprises de 0,01%

        Bien au contraire, toutes catégories néfastes confondues n’ont cessé d’augmenter dans des proportions inacceptables !

        1. Bien sûr. Mais on doit quand même reconnaître que Macron est un drôle d’artiste, pas mal dans son genre. Magicien si on veut, mis à part ce que je disais précédemment, il y a magicien ET magicien.
          Déjà, il est arrivé sur un incroyable coup de bol, en nous faisant un tour abracadabrantesque, le coup du «ni-ni» et du «et en même temps». Fallait quand même y penser, et puis oser aussi, il l’a fait.
          En matière d’écologie il a réussi l’exploit d’embrigader le Grand Monsieur Hulot, et de le dégoûter un peu plus aussi, mais de ça il s’en remettra, notre cher Nicolas. En attendant Macron ne nous a pas jamais sorti une tirade du genre «l’écologie ça commence à bien faire». Non au contraire, l’écologie est un sujet auquel il pense en permanence, pas seulement en se rasant, la preuve il nous a pondu la CCC. Non, peu importe qu’on l’aime ou pas, faut reconnaître qu’il est bon. 🙂

          1. Nicolas Hulot, celui qui ne manque pas de culot pour nous prendre pour des bulots… Lui aussi, qu’il commence par montrer l’exemple, en mettant sa ribambelles de voitures, ses motos et scooters, bateaux de plaisance à la fourrière…

  4. Du spectacle ça c’est sûr ! Et il ne fait pas que commencer, il y a un moment que ça dure, et ce n’est pas fini ! C’est comme ça. En attendant, the Show must gon on !
    Faut croire que le public aime ça, le cirque. Acrobates, équilibristes, dresseurs, illusionnistes, et clowns en tous genres, bien sûr. Il y en a pour tout le monde, tous les âges, tous les goûts.
    En attendant, notre «Grand Magicien» ressemble davantage à Garcimore qu’au grand Houdini. Ses petits tours de passe-passe n’abusent que les gosses et les gogos. Et amusent les autres. Les autres qui apprécient l’humour, bien évidemment.

    1. Ne pas comparer Garcimore à macrondelle , le scélérat .
      Ce dernier est un psychopathe doublé d’ un lâche au contraire d’ un Garcimore farceur loufoque et déjanté parti trop tôt et qui faisait vraiment rire !

      1. C’est sûr Garcimore était bon dans son genre décontrasté. Et à moi aussi il me faisait bien rire. Surtout avec sa petite souris et sa copine Denise. Ah le fou rire ! Ah le bon temps ! 🙂
        Aujourd’hui les amuseurs publics me font toujours rire, mais autrement.

Les commentaires sont fermés.