Fin de vie, le lobbying religieux

Conforme à leurs préjugés, il y a unanimité religieuse contre une loi sur la fin de vie. Étonnant qu’il n’y ait pas la même unanimité pour faire entendre raison aux Juifs et aux Palestiniens. Étonnant que leur amour de la vie que « seul Dieu peut reprendre » ne soit pas repris par les croyants pour pourfendre toutes les guerres et faire l’apologie des objecteurs de conscience opposé à l’usage des armes. Bien sûr ils peuvent parler de leurs dogmes, mais vouloir empêcher la légalisation d’une nouvelle loi en France sur la fin de vie n’est pas de leur compétence. Ils ont déjà été reçu par Macron, ils devraient bientôt revoir Macron. Ce chef d’État sort de sa compétence qui est de faire vivre la laïcité dans notre pays et non d’hésiter sur la fin de vie.

Sarah Belouezzane : le 23 janvier 2024, les responsables des principales religions en France se sont donné rendez-vous pour prendre la parole tous ensemble sur la fin de vie. Ils avaient tous participé à un livre, « Religions et fin de vie (Fayard, 2023)». Voici un résumé de leur point de vue

Eric de Moulins-Beaufort, président de la conférence des évêques de France : « Nous sommes très prudents sur la nécessité d’une loi. La loi Claeys-Leonetti répondait à beaucoup de nécessités, l’enjeu est de la faire vivre davantage »

Christian Krieger, président de la fédération protestante, pour « des réponses politiques plus fines qu’une simple législation qui autoriserait le don de la mort ».

Le grand rabbin Haïm Korsia : « Le grand principe, c’est d’abord soigner, s’occuper… Ce serait tragique de se dire qu’on rentre dans un monde où tuer devient un soin. On va rompre avec un système qui dit qu’on ne peut pas donner la mort… J’avais demandé qu’on change le nom des soins palliatifs en soins de l’accompagnement »

Chems-Eddine Hafiz, le recteur de la Grande Mosquée de Paris : « Dieu donne la vie et décide quand il la reprend. » Il a été le seul à appuyer sa démonstration sur un argument religieux.

Le point de vue des écologistes ADMD

Lionne : Comme quoi ils peuvent se mettre d’accord ! Qu’ils le fassent pour stopper les guerres de religions!

Jean : Si on avait écouté les religions : – L’avortement serai interdit. – Le droit des femmes inexistant. – – le soleil tournerai autour de la terre . La religion en privée, très bien, chacun est libre de croire ce qu’il veut. Mais qu’elle nous laisse, nous les non-croyants, tranquilles et qu’elle ne se mêle pas de notre vie/mort !!!

JackAranda : Et si on les laissait faire ils s’uniraient pour réclamer l’abrogation de la loi de 1905 qui sépare les églises de l’État.

Pierre59 : Toute religion passée ou encore active n’est qu’une création des hommes utilisée pour si possible dominer d’autres hommes. Partant de là, ce que peuvent dire ces représentants des différents cultes m’indiffère comme il devrait laisser indifférent tous les citoyens dotés d’un peu de jugeote et bien sûr nos dirigeants à commencer par Macron.

Raki : Que les religieux donnent leur avis, c’est leur droit, mais que la République, par son président, en tienne compte pour ne pas entendre la Convention Citoyenne (qui a déjà remis ses conclusions) et différer encore le dépôt du projet de loi au parlement, c’est très problématique. L’argument « Dieu donne la vie et décide quand il la reprend. » devrait les conduire à refuser les soins médicaux. Le font-ils ? Non, ils soutiennent des soignants qui prolongent parfois la vie au delà de l’obstination déraisonnable. Mais ces soignants et les religieux opposés à une loi de liberté (qu’il faut effectivement disjoindre de toute loi sur les soins palliatifs) oublient de mettre la personne concernée, sa volonté et sa liberté au cœur de la question et ne tiennent pas compte de ses souffrances. Qu’ils se taisent donc et l’écoutent avec empathie et respect, non pollués par des dogmes ou une volonté de puissance technologique.

JPS : Le but, c’est de laisser chacun décider pour lui-même. Qu’ils ne le veulent pas pour eux, c’est leur choix. Le choix des autres ne les concerne pas. Pourquoi y-a-t-il toujours des gens qui pensent qu’ils peuvent/doivent régenter la vie (et ici la mort) des autres ?

Michel SOURROUILLE : Il n’y a rien dans les saintes écritures sur la fin de vie, ces dirigeants religieux n’ont aucun argument sacralisé. La Genèse montre seulement comment « Dieu donne la vie » au monde. Mais il s’agit de la vie végétale, animale, puis humaine qui apparaît aux derniers jours de la Création. D’ailleurs à l’époque de cette légende créationniste les soins palliatifs n’existaient pas et on laissait mourir les gens de leur belle mort !

En savoir plus grâce à notre blog biosphere

Convention sur la fin de vie, le manifeste

extraits : La mise en pratique de « l’aide active à mourir », expression qui recouvre tous les moyens d’accélérer la fin de vie, est voulue par 76 % des participants à la convention citoyenne sur la fin de vie. Le classement des dix-neuf « modèles d’aide active à mourir » que la convention préconise place en tête deux scénarios : l’accès au suicide comme règle générale et l’euthanasie comme exception…

Serment d’Hippocrate et fin de vie digne

extraits : Serment d’Hippocrate! Il paraît évident, à la lumière de ce qui va suivre, que ce n’est pas un texte ancien, maintes fois réécrit, n’ayant aucune valeur juridique, qui doit être brandi pour empêcher la légalisation de l’aide active à mourir. Quand celle-ci aura été adoptée par le Parlement, l’Ordre des médecins réécrira une nouvelle version du serment d’Hippocrate, qui tiendra compte de cette avancée majeure en matière des droits humains qu’est la liberté de choisir, en fin de vie, les conditions de sa propre mort…

Incertitudes de Macron sur la fin de vie !

extraits : Le sujet de la fin de vie s’invite à l’Élysée dès 2018 lors d’un dîner consacré à la bioéthique. Parmi la douzaine de convives figure le grand rabbin de France, Haïm Korsia, qui dérape en comparant l’euthanasie à la Shoah…

3 réflexions sur “Fin de vie, le lobbying religieux”

  1. Esprit critique

    – « Étonnant qu’il n’y ait pas la même unanimité pour faire entendre raison aux Juifs et aux Palestiniens. Étonnant que leur amour de la vie [etc.] » (Biosphère)

    Étonnant que Biosphère ne soit pas mieux éclairé. Maintenant si les ouailles (quelle que soit leur obédience) ne veulent rien entendre, alors c’est un autre problème.

    1) Guerre Israël-Hamas : les responsables français des cultes appellent à la fin des violences (La Croix 10/10/2023)
    2) « Oui, les religions font (aussi) la paix ! » (Le MONDE 20 septembre 2020)
    3) Guerre Israël-Hamas : « Adhérer à une lecture religieuse du conflit israélo-palestinien, c’est en empêcher toute compréhension et toute solution » (Le MONDE 20 octobre 2023)
    4) Guerre(s) et religion(s). Quelques repères dans un champ de mines (cairn.info)
    5) Violence et religions. Anatomie d’un lien maudit (cairn.info)

  2. – « Fin de vie, le lobbying religieux » ( titre )
    – « Mal nommer les choses, c’est ajouter au malheur de ce monde » ( attribué à Camus )

    Qu’est-ce qu’un lobby ? Partant de là, l’Église est-elle un lobby ? Cette question a déjà fait couler beaucoup d’encre. Les curés ont dit non. Et ont dit le risque qu’il y avait à voir les églises ou les communautés religieuses comme de vulgaires lobbies.
    – Loi Sapin II : pourquoi l’Eglise risque d’être considérée comme un lobby
    ( Le Figaro 08/06/2016 )

    Quand j’entends « lobby » j’entends « Pognon ». Je préfère donc parler de groupes de pression religieux. Biosphère pense que ces gens-là, que nous appellerons «curés», quelle que soit leur obédience, n’ont pas leur mot à dire dans les affaires publiques, disons politiques. Seulement c’est oublier ou négliger certaines choses. Et non des moindres.
    ( à suivre )

    1. (suite ) Déjà notre culture, judéo-chrétienne. Ensuite qu’un banquier ou un patron d’industrie ne vaut certainement pas mieux qu’un curé pour nous dire ce qui est bien ou mal, et nous montrer la Bonne Voie. Enfin que bon nombre d’idéologies s’apparentent à des religions. Avec leurs curés, leurs dogmes, leurs préjugés, leurs saints, leurs saintes écritures, leur catéchisme, leurs légendes, leur paradis etc. etc.

      Puisqu’ON en est là, rappelons que Malthus était un curé (pasteur).
      – « Oregon, paradis de la fin de vie » (Biosphère 15 mars 2023)
      – « Le point de vue des écologistes malthusiens » (Convention sur la fin de vie, le manifeste – Biosphère 3 avril 2023)
      ON se demande donc ce que le lobby malthusien vient faire là.
      Et ce que peut bien valoir l’idée que se font ses curés du Paradis.

      => Un point partout, match nul et baballe au centre. 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *