Mayotte, une surpopulation ingérable

En 2002 , il y avait 160 000 habitants. En 2017, 256 500 personnes vivent à Mayotte. Selon un Rapport de la Cour des comptes, juin 2022, « la population de l’île serait plutôt de 350 000, voire 400 000 habitants » Depuis 2012, la croissance de la population est particulièrement dynamique (+ 3,8 % par an en moyenne). En 2021, avec 4,6 enfants par femme, la fécondité à Mayotte augmente et dépasse toujours largement la moyenne métropolitaine. » Surface 374 km2 => densité: ±1000 h/km2 (F métropolitaine: 120). Un habitant sur 2 est étranger. Taux d’emploi : 30% (France 2022: 74%).

discours d’un sénateur de Mayotte

Saïd Omar Oili : « Pour tout de suite, l’urgence est claire, c’est la crise de l’eau. Sans eau il n’y a pas de vie et nous le touchons durement du doigt au quotidien. on a touché le fond, on ne peut plus s’adapter. L’autre priorité pour laquelle il faut absolument que l’on s’attelle, c’est la gestion des naissances. Dès l’école, il faut que les élèves réalisent ce qu’engendre, en termes de responsabilités et de coût financier, le fait d’avoir un enfant. Il faut que les prises de conscience s’amorcent dès le plus jeune âge. C’est bien ce facteur culturel qui détermine cette dynamique des nombreuses naissances. La notion de pauvreté en Hexagone n’est pas la même que celle rencontrée à Mayotte. Nous ne sommes pas sur les même standards et il faut, encore une fois, conscientiser la population sur ce que coûte réellement un enfant.

Second point, notamment pour les jeunes filles approchant de leur majorité : avoir un enfant c’est synonyme d’obtention de la nationalité française et d’une régularisation de sa situation. Il faut que les choses soient plus claires en ce sens et que le systématisme soit désancré des mentalités. Si les gens viennent d’autres pays pauvres environnants, bien entendu que cela ne les dérangera pas outre-mesure de vivre dans des bangas; quelque part, c’est quelque chose de tristement commun pour eux. Mais si nous luttons efficacement contre ces habitats insalubres et que nous nous alignons réellement dans cette volonté des standards métropolitains, les gens se rendront compte qu’il y a des choses qui ne peuvent plus être et que tout à un coût bien au delà du bricolage adaptatif qu’ils ont connus par le Passé. Pauvreté et développement ne peuvent aller de pair.

Je pense sincèrement que lorsque la démographie et le recensement ne sont pas clairement définis, on ne peut avoir une vision claire de la consommation et donc des besoins à anticiper. Je prends pour exemple le quartier de la Vigie, en Petite-Terre ; on ne sait combien de personnes utilisent le réseau d’adduction d’eau qui lui est affilié. Aujourd’hui, la base de tout, c’est la démographie. Chaque année, on doit produire approximativement 2 000 m3 d’eau en plus, c’est juste ingérable. »

Pour ceux qui ne savent pas ce que « immigration massive » veut dire, nous conseillons de lire l’article d’Elise Vincent, Catastrophe migratoire à Mayotte (LE MONDE du 27 décembre 2012). En résumé :

–          Pour rejoindre l’île, des dizaines de Comoriens risquent leur vie tous les jours

–          Interrogations sur le sens de leur travail de la gendarmerie, premiers acteurs de la lutte contre l’immigration irrégulière.

–          Coût de l’inlassable surveillance. Leurs bateaux utilisent plus de 100 litres d’essence par heure.

–          40 % des 212 000 habitants de Mayotte sont désormais d’origine comorienne. (+ 25 % depuis 2007)

–          Système de santé proche de l’effondrement.

–          L’éducation nationale ne suit plus : 25 % à 40 % des élèves sont issus de familles sans papiers.

–          Quasi-totalité des jeunes arrivant en métropole en échec scolaire ou professionnel.

–          Désarroi des associatifs et fonctionnaires qui tentent de maintenir à flot le territoire.

–          Multiplication des baraques en tôles qui mitent les collines en terre rouge de l’île.

–          Prostitution sauvage, sous la coupe des propriétaires et des voisins.

–          Expulsions « abattage »  : environ 20 000 par an, soit autant que toutes celles de métropole.

En savoir plus sur la surpopulation

Alerte surpopulation, le combat de Démographie Responsable (2022)

Surpopulation… Mythe ou réalité ? (2023)

Un panorama des pays surpeuplés,

Surpopulation généralisée dans tous les pays

Pour lutter contre la surpopulation,

https://www.demographie-responsable.fr/

8 réflexions sur “Mayotte, une surpopulation ingérable”

  1. C’est incroyable que dans tous les articles sur les problème de disponibilité de l’eau on évoque toujours le manque d’eau pour la population et jamais le niveau de population pour l’eau disponible.
    Rappelons que dans un ratio l’évolution du dénominateur a tout autant d’importance que celle du numérateur et cela s’applique parfaitement au quotient quantité d’eau / population

    1. Et ça changerait quoi qu’on évoque le niveau de population pour l’eau disponible ?
      Imaginons, que des bureaucrates décrètent que… compte tenu de la situation (sécheresses durables, infrastructures en ruine, politiques incompétents, loi des entreprises…) bref du gros bordel qui règne à Mayotte… la population doit être limitée à X milliers d’habitants.
      Et après, qu’est-ce qu’ON fait ?
      – « Une bonne partie du problème semble être déplacé sur la croissance démographique, tandis que le curseur passe relativement rapidement sur une gestion et des décisions aux conséquences catastrophiques. L’île manque d’équipements d’acheminement et d’investissements pour entretenir voire réhabiliter les infrastructures existantes [etc.] »
      ( Mayotte traverse une grave crise qui prive ses habitants d’eau deux jours sur trois
      nationalgeographic.fr – 8 SEPT. 2023 )

      1. Esprit critique

        Même époque, et toujours en France …
        – Saint-Martin: une partie de la population toujours privée d’eau
        ( guadeloupe.franceantilles.fr – 30 octobre 2023 )

        Bien que 4 fois plus petite, et partagée entre la France et les Pays-Bas,. en termes de densité et de pluviométrie l’Île de Saint Martin est assez comparable à Mayotte.
        ON peut alors se demander ce que fait la SAUR à Mayotte. ON peut aussi jeter un œil en passant à la démographie de Saint-Martin (Antilles françaises) dont ON ne parle jamais.
        – « Jusqu’en 1980, la partie française de l’île était peu peuplée et était caractérisée par une forte émigration [etc.] les chiffres de recensement publiés en 2023 sur la population en 2020, 32 358 habitants, précisent l’ampleur du déclin de la population provoqué par l’ouragan.» (Wikipedia : Saint-Martin (Antilles françaises)

        Moralité: La Surpop ça va ça vient. Et ça dépend du sens et de la force du vent.

      2. Ah je pense que ce que ça changerait c’est que ça decoloniserait les imaginaires en prenant les choses par le bon bout.
        C’est une ligne qu’un certain suggère parfois comme préalable à la résolution des problèmes.!
        Car vos infrastructures … si vous devez les doubler tous les 20ans…

        1. Mon cher Didier, comme tout le monde… moi aussi j’ai bien sûr besoin de décoloniser mon imaginaire. Ne serait-ce que pour être un peu moins con 🙂
          Mais en attendant, ça ne répond pas à ma question : Et après … ?
          Une autre : Pourquoi devrions-nous doubler les infrastructures parce que la population double ? Un robinet d’eau peut alimenter 1 comme X personnes. Pareil pour l’éclairage d’une lampe électrique. Encore faut-il que ça fonctionne.
          Or à Mayotte les infrastructures sont défaillantes, vétustes, les fonctionnaires et les politiques sont incompétents, etc. etc. Par contre ce qui est vrai, c’est qu’il n’y a que deux réservoirs d’eau. Et un de plus ne serait quand même pas du luxe.
          Relisez l’article de nationalgeographic.fr . Ou celui-ci, plus court :
          – Sécheresse, infrastructures défaillantes… Pourquoi Mayotte est frappée par de graves pénuries d’eau (nouvelobs.com 3 septembre 2023)

  2. – « En 2002 , il y avait 160 000 habitants. En 2017, 256 500 personnes vivent à Mayotte.
    Selon un Rapport de la Cour des comptes, juin 2022, la population de l’île serait plutôt de 350 000, voire 400 000 habitants »

    C’est vrai qu’à ce stade ON n’en est plus à 50 000 près. Et ce n’est pas fini !
    – « À l’horizon 2050, entre 440 000 et 760 000 habitants vivraient à Mayotte selon différents scénarios étudiés. » ( La population de Mayotte à l’horizon 2050 – insee.fr 15/07/2020)

    Que FAIRE ? Hormis attendre et se lamenter. Eh ben là-bas ON démantèle les camps de réfugiés.
    Et ici dans l’Hexagone ON projette de réformer la Constitution. Et en même temps ON projette de se rendre là-bas dans les tout prochains jours. Pour régler le Problème peut-être ?
    Et bien sûr de tous les côtés ON commente, autrement dit ON blablate.

    1. Non ce n’est pas invivable. Sinon tous ces pauvres comoriens ne risqueraient pas leur peau pour débarquer à Mayotte. Non ce n’est pas ingérable. Sinon à quoi bon élaborer tous ces projets, tous ces plans basés sur des « si ceci et si cela » ?
      – « Si les flux migratoires observés entre 2012 et 2017 se maintenaient jusqu’en 2050, la population de Mayotte passerait de 256 500 habitants en 2017 à 760 000 habitants en 2050. » (INSEE)
      Alors en attendant, ON va… gérer. De manière à ne pas atteindre les 760 000.
      Et faire… en sorte qu’en 2050 la Pop ne soit que de 440 000 habitants.
      Remarque entre ces 2 scénarios il n’y a que 320 000. Qu’est-ce que c’est que 320 000 ?
      ON pourrait très bien envisager de les envoyer dans l’Hexagone. Et même TOUS tant qu’à bien faire. De toute façon ON va gérer. Autrement dit faire de notre mieux… comme d’habe

      S’il me fallait qualifier la situation de Mayotte, je dirais plutôt qu’elle est inextricable.

  3. C’est étonnant de lire de nos jours que l’immigration sauvage soit ingérable. Il faut dépasser les limites d’accès à l’eau pour s’apercevoir que l’immigration est un problème. Il vaut mieux tard que jamais mais on voit l’irresponsabilité des politiques gestionnaires. Pas de vue à long terme.
    C’est tellement le foutoir à Mayotte , insécurité , incivilités, ambiance malsaine que les réunionnais ne veulent plus y aller. Je connais un professeur réunionnais qui enseigne à Mayotte et qui n’attend qu’une chose, qu’un poste se libère à la réunion.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *