Nicolas Sarkozy, la question démographique

Nicolas Sarkozy s’exprimait ainsi en 2016 : « Nous sommes 7 milliards d’habitants. En 2100, nous serons 11,5 milliards. La question des conséquences de cette démographie est donc centrale pour les grands équilibres de la planète ». Il souhaite que « la communauté internationale prenne en main le premier problème de la planète, qui est celui de la démographie mondiale ». Il préconisait « une conférence mondiale sur la démographie ». A son avis, le sujet doit « faire l’objet, chaque année, d’une conférence comparable à celle sur le climat »

Le 19 septembre 2019 devant le MEDF, Nicolas Sarkozy précisait sa pensée :  « Quand je suis né en 1955, il n’y avait pas si longtemps, il y avait 2,5 milliards d’habitants. Sur moins de la durée de vie d’un homme, la population mondiale été multipliée par trois. C’est incroyable ! Dans 30 ans nous serons 9 milliards, à la fin du siècle 11 milliards. C’est fait, quoi que nous décidions. Le dérèglement climatique le monde en a connu, mais le plus grand choc est démographique. Un choc comme celui-là, le monde ne l’a jamais connu. Dans 30 ans le Nigeria aura plus d’habitants que les USA. On va passer de 1,2 milliards d’Africains à 2,5 milliards. La crise démographique n’a pas encore commencée, elle est à venir. On peut refuser cela, mais promouvoir le développement durable sans se poser la question de l’explosion démographique, cela n’a pas de sens. Lagos au Nigeria, c’est 22 millions d’habitants ; si vous pensez qu’avec le tri sélectif on va régler le problème de Lagos, c’est que vous n’y avez pas encore été à Lagos. Le sujet démographique est un sujet monumental, tectonique et il n’y a pas un seul organisme international qui aide à réfléchir sur l’évolution démographique mondiale alors qu’en agriculture il y en a une dizaine. Je ne dis pas pour autant « il faut un contrôle des naissances », mais il faut prendre conscience du problème et essayer de le traiter. Si on n’agit pas rapidement , on va vers une catastrophe extravagante. La question, c’est combien d’êtres humains peuvent vivre en même temps sur cette planète. J’entends bien la difficulté, le désir d’avoir des enfants, ce que cela représente. Mais est-ce qu’on ne voit pas que toutes les espèces ont vocation à disparaître par surpopulation ou par appauvrissement des ressources. Et on pense que cela ne se passera pas pour nous les humains ? Je suis assez fasciné de voir les multiples discussions sur le climat et la gène quand on discute d’évolution de la démographie mondiale. »

Partagez ...

3 réflexions sur “Nicolas Sarkozy, la question démographique”

  1. On peut dire, surtout lorsqu’on est politique sans responsabilité, mais ce qui compte se sont les actes, surtout de la part des politiques en responsabilité. Le message est correct, le seul levier résolvant 90% des problèmes est celui de la démographie si on veut éviter le clash mondial majeur. Si on choisi de freiner maintenant, il y aura clash tout de même, mais moins fort.
    Alors: Mmes et Mrs les politiques, quand supprimerez-vous les allocations familiales pour imposer les naissances (IPN: 1 enfant: 100€/an, 2 enfants: 500€/an etc) ? Vous allez devoir soutenir le regard des vôtres sous peu.

  2. Faut vraiment être à cours de cartouches (d’arguments) pour nous citer celui-là. Du temps où il était président on sait combien l’écologie le passionnait. Et aujourd’hui le pauvre petit Nicolas a d’autres soucis, alors pensez donc la démographie, lui père de quatre gosses, bonjour l’exemple.
    En tenant ces propos Sarko ne faisait que flatter un certain électorat. Non pas les malthusiens, dont il se fiche comme de sa première Rolex, mais ces racistes qui voient d’un mauvais oeil ces familles nombreuses trop bronzées à leur goût, qui viennent les «envahir». Notons que Manu joue lui aussi à ce petit jeu malsain, rappelons-nous Chirac quand il évoquait «le bruit et l’odeur». Que voulez-vous, c’est le propre de la droite que d’être sur ce terrain. Ne nous y trompons pas, ce n’est pas le (sur)nombre qui leur fait peur, c’est l’immigration tout simplement. Misère misère !

  3. Nicolas Sarkozy avait évidemment raison sur ce point, hélas bien peu nombreuses sont les déclarations d’hommes politiques allant dans ce sens.

    Rappelons que la création de conférences mondiales sur la démographie comme celles qui se tiennent sur le climat ou sur la biodiversité (les COP) constitue depuis longtemps une préconisation de l’association Démographie Responsable

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *