Passage aux 80 km/h sur autoroutes ?

Un commentateur sur ce blog biosphere : « Après l’effondrement, les forces nées du chaos s’ empareront de ces émasculés lâches et les enverront ad patres : sans être un chaud partisan de la violence, une telle situation me fera m’ esbaudir. »

Le style est certes brutal, mais le fond du débat est bien présent. Si on ne prend pas dès aujourd’hui des mesures radicales pour lutter contre le pillage de la planète, ce sera la brutalité habituelle des humains dans les périodes de stress qui prendra le dessus. Un éditorial du MONDE ce jour prône le passage aux 110 km/h sur autoroutes, mesure déjà proposée par la convention citoyenne sur le climat mais refusée par le gouvernement (et toujours inacceptable pour un Gilet jaune). Les demi-mesures ne sont même pas audibles. Selon notre approche sur ce blog, le chaos est donc probable, plus que probable. Cela ne nous empêche pas de scruter la réalité sur ce blog… et d’envisager ce qu’on aurait dû faire.

Éditorial du MONDE : « Les conséquences concrètes du réchauffement climatique sont ressenties par tous, l’urgence à agir n’a jamais été aussi absolue. Le plus difficile reste à faire : amener le maximum de nos concitoyens à adopter les comportements à la fois les plus efficaces et les moins contraignants .L’usage de la voiture particulière, qui produit 53 % des émissions de gaz à effet de serre du secteur des transports, soit environ 16 % du total des émissions du pays, apparaît comme un domaine d’action à la fois sensible et décisif. Lors du premier choc pétrolier, en 1973, le gouvernement Messmer n’avait d’ailleurs pas hésité à réduire la vitesse à 90 km/h sur route et à 120 km/h sur autoroute, afin d’« économiser l’énergie » et de réduire la dépendance envers les pays exportateurs d’hydrocarbures. L’une des 149 propositions formulées en 2020 par la convention citoyenne sur le climat consistait à limiter la vitesse à 110 km/h sur les autoroutes. Son rejet par le gouvernement était à l’époque irrecevable. Il l’est encore davantage à présent.une telle mesure fait économiser 20 % de carburant et évite autant de rejets de carbone. L’exécutif, persuadé que sa décision de 2018 de limiter la vitesse à 80 km/h sur les routes a nourri la révolte des « gilets jaunes », refuse de changer la règle par crainte de « braquer les Français », affirmant qu’« on peut y arriver sans exiger des sacrifices ».

Ce langage, qui n’est pas tenu dans d’autres domaines comme les retraites, est trompeur et à courte vue. Il ne tient pas compte du contexte actuel – guerre en Ukraine, été caniculaire, inflation –, qui rend nettement plus audible le message de la sobriété.plus on perd de temps pour passer à l’action, plus le réchauffement climatique va se traduire en contraintes sur nos modes de vie, voire nos libertés. »

Le point de vue des écologistes… face aux non-écolos

bricolbob : Trop de gens oublie que la route ne nous appartient pas et qu’on l’emprunte, il en va de même pour la planète.

Naej F : Soit une base de 8l/100km à 130 et 6l/100 à 110 (les 25% d’économie de l’article). Je propose qu’à 4 dans la voiture on puisse aller à 130km/h (2l/100km/personne), à 3 on soit limité à 110km/h (2l/100km/personne) et en dessous on soit interdit d’autoroute.

Alfred-poirot : Tout à fait. Il n’y a pas de liberté de polluer.

Nicolas84 : Pour que cette mesure soit acceptée il aurait fallu dans un premier temps empêcher les constructeurs automobiles de nous vendre des voitures conçues pour rouler au double de cette vitesse. A 110 km/h sur l’autoroute, une voiture moyenne utilise une puissance de 20 « chevaux vapeur » quand la plus petite voiture vendue aujourd’hui en fait 100. Une voiture conçue pour rouler à 200 ne consomme pas beaucoup moins à 110 qu’à 130 car son moteur n’est pas optimisé pour cela. Si elle était conçue pour rouler à 110 elle consommerait facilement moins de 2 litres aux 100km.

Pjm : Pourquoi toujours vouloir imposer des mesures contraignantes alors qu’on peut obtenir les mêmes résultats en incitant aux changements de comportement de façon bienveillante avec une campagne d’information bien conçue. S’il s’agit d’un comportement de bon sens et facile à justifier, il finira par être adopté par la majorité de la population. Ensuite il sera facile de le rendre obligatoire.

Antoine  @ Pjm : Je roule depuis longtemps à 110 km/h sur autoroute, l’économie de carburant est appréciable, et je suis toujours ébahi de voir que si peu d’automobilistes adoptent *d’eux-mêmes* cette mesure très simple. Bon, ils vont tous/toutes disparaître lors de l’effondrement qui approche, c’est une consolation 🙂

JM Dupont : Personne n’interdit de rouler à 110 km/h. Allez y, mais svp restez sur la file de droite. Merci !

Undefined @ Dupont : Vous partagez une atmosphère avec 8 milliards d’êtres humains, le CO2 que vous émettez inutilement pour gagner quelques minutes sur le trajet les concerne, il est légitime qu’ils aient leur mot à dire.

Rumi : Non à la viande, à 20 degrés dans les appartements, à la mode, aux piscines privées et jets, non à la cigarette, au plastique, à la neige artificielle, au ski, et maintenant aux 110 sur autoroute. Mais ça va s’arrêter quand ces interdictions. Qu’on nous laisse en paix !

Artemis purple @ Rumi : La liberté de devenir responsable et intelligent, ça vous parle ?

Pioch : Dommage que d’autres mesures aussi « évidentes » ne soient soutenues que par les écolos « barbus et chevelus ». Si LE MONDE soutient par son édito le 110 km/h sur autoroute, pourquoi ne pas prendre d exposition claire contre les autoroutes justement, contre les bassines, contre les jets privés et la taxation à 50% de TVA sur les grosses cylindres de plus de 80 000€ ? La nuance est de taille : il s’agit de la dimensions sociale et inégalitaire des mesures soutenues. Les riches sont épargnés par cet éditorial.

Simon : Je pense qu’une grande partie des gens ne souscrit pas à cette mesure car elle semble être seulement symbolique. Les gens attendent une réelle transformation de notre mode de transport. LA réalité, c’est que si on continue à tous conduire notre voiture personnelle, ce n‘est pas en réduisant de 20 km/h sur l’autoroute qu’on va sensiblement réduire notre empreinte écologique (surtout quand on sait que 80% des trajets effectués font – de 50 km). C’est encore une mesure de posture visant à dire qu’on fait quelque chose tout en refusant de mettre les mains dans le cambouis.

Michel Sourrouille : En 1974, dans son programme de présidentiable écolo, René Dumont écrivait : « Chaque fois que vous prenez votre voiture pour le week-end, la France doit vendre un revolver à un pays pétrolier du Tiers-Monde… Pour faire 10 000 km, on consacre 150 heures à sa voiture (gain de l’argent nécessaire à l’achat et à l’entretien, conduite, embouteillage, hôpital). Cela revient à faire du 6 kilomètres à l’heure, la vitesse d’un piéton. Le type de société que je propose est une société à basse consommation d’énergie. Cela veut dire que nous luttons par exemple contre la voiture individuelle. Nous demandons l’arrêt de la construction des autoroutes, l’arrêt de la fabrication des automobiles dépassant 4 CV… On peut penser dès à présent à réorienter l’industrie automobile vers la production des composantes de logements ou des systèmes d’énergie solaire ou éolienne… » En 2022, on n’a toujours rien appliqué de ce programme, on court donc au désastre.

Partagez ...

8 réflexions sur “Passage aux 80 km/h sur autoroutes ?”

  1. Ras-le-bol de l’écologie ! Publié le 12 mai 2022 sur Géographies en mouvement

    “ Il est donc urgent que l’écologie dominante sorte de ses tendances culpabilisatrices et de ses préconisations stériles (interdiction de la chasse, limitation de la vitesse sur autoroutes, installation d’éoliennes, injonctions à changer nos comportements individuels, etc.) aux antipodes des préoccupations quotidiennes d’une majorité. Urgent qu’elle se reconnecte avec les réalités vécues par cette majorité et développe enfin des outils de conscientisation au service des classes populaires et des luttes en cours et à venir. Sans quoi elle continuera à rester cloisonnée dans des cénacles militants et universitaires et continuera à perdre toute crédibilité auprès de populations qui ont pourtant tout à perdre dans la poursuite du business as usual promu par la plupart des partis dominants. “

    1. Septembre 2012 le Premier ministre J-M Ayrault fixait aux constructeurs l’objectif de concevoir dans les 10 ans à venir une voiture consommant 2 litres/100.
      Lire “Elaborer une voiture consommant 2 litres aux 100 km est possible mais coûteux“ (17 octobre 2012 – actu-environnement.com) et les commentaires de Michel RIAZUELO qui parle de la MATHIS VEL 333 construite en…1946.
      (VEL pour Véhicule Économique léger, 333 pour 3 roues, 3 places et 3 L/100)

      En 2022 les voitures les plus sobres, évidemment les plus petites (dites citadines) consomment 3,1L/100 en diesel (VW Polo), 5,2L en essence (VW Polo) et 4 L en hybride (Toyota Yaris). Consos affichées par les vendeurs. Bourrées de gadgets ces 3 voitures pèsent pas moins de 1450 kg (650 kg pour une 4L) et dépassent largement les 130 km/h. En 2022 on ne jure que par l’électrique et l’hybride, les ventes de SUV explosent, la Bagnole se doit d’être grosse, lourde, et chère, business as usual.

    2. Synthèse : 4 – 2 = 2
      Parce qu’ils voient de plus en plus clairement que tout ça n’est qu’une vaste fumisterie, qui va toujours dans le même sens, de plus en plus de gens en ras-le-bol de cette écologie. Et finalement des écologistes ! (Voir le commentaire de Rumi)
      Alors de deux choses l’une :
      1) Si on veut finir de tuer l’écologie, jouons le jeu des dominants (du Système).
      Pour leur permettre de mieux régner, participons à diviser, toujours plus !
      ( « vrais zécolos » d’un côté et « non-écolos » de l’autre, etc. etc. )
      Et alimentons toujours plus la connarderie * !

      * Définition P.32 de ce livre que je conseille : « Le Connard, enjeux et perspectives »
      (Éric la Blanche – Éditions Michel Lafon 2022). Avant-goût dans cet entretien publié le 19/09/2022 par Marianne : « Le connard n’a rien à voir avec le con : il faut lever la confusion pour sortir le premier de l’invisibilité »

      1. 2) Plus intelligent et plus productif serait de combattre la malhonnêteté et l’incohérence. D’un côté on construit des bagnoles de 2 tonnes qui roulent à 200 et de l’autre on veut limiter à 110 (j’y suis pourtant favorable). On nous dit de baisser le chauffage (électrique) et on fait de la pub pour des SUV, des volets, des brosses à dents etc. tout ça électrique bien sûr. Comble de hypocrisie «Pensez à covoiturer». Dernier message que les pubs pour les bagnoles se doivent désormais de diffuser. Demain nos bagnoles arboreront en gros «Rouler tue. La Bagnole ça pue, ça pollue et ça rend con». Le bagnolard aura belle gueule.
        Tout ça est ridicule et agace de plus en plus. Pas bon !
        La Bagnole et la Pub sont ce que le Système a inventé de mieux pour entretenir la connarderie* qui lui permet de perdurer. On peut y rajouter la Moto, la Télé, l’Internet et ses réseaux, et j’en oublie sûrement.

  2. Pour finir, quelques mots au sujet de ces pubs qui maintenant se doivent de nous dire : «Pensez à covoiturer ». Mon dieu quelle hypocrisie !
    Et pourquoi pas rendre obligatoire un emballage neutre, comme pour les clopes. Toutes les bagnoles de la même taille, disons de la taille des gros SUV, de la même couleur, le noir ça en jette, avec écrit en gros :
    – « Rouler tue. La Bagnole ça pue, ça pollue et ça rend con ».
    La Bagnole et la Pub restent ce que le Système a inventé de mieux pour entretenir la connarderie* qui lui permet de perdurer.

    * « La connardise, dérivée de connard avec le suffixe -ise, désigne le défaut de celui qui est un connard. La connarderie, en revanche, évoque un système d’organisation sociale fondé sur la connardise. Ainsi, la trop grande tolérance d’une société à la connardise individuelle la conduit à un état de connarderie générale. »
    ( Le connard – Éric la Blanche – Éditions Michel Lafon 2022 )

  3. Quant aux 110 sur autoroute etc. analysez donc la réaction de Rumi.
    Parce qu’ils voient bien que l’écologie est un trompe-couillons, qu’elle va toujours dans le même sens, notamment pour nous diviser, pour mieux régner, de plus en plus de gens en ont ras-le-bol de toutes ces mesures contraignantes. Et finalement des zécologistes ! Aujourd’hui encore Biosphère oppose les gens (les bagnolards), d’un côté les zécologistes… de l’autre les «non écolos». C’est ridicule ! Si on veut finir de tuer l’écologie continuons comme ça.
    Exigeons d’abord l’honnêteté et la cohérence. On ne peut pas d’un côté construire des bagnoles de 2 tonnes qui roulent à 200 et de l’autre limiter à 110 (j’y suis pourtant favorable). 0n ne peut pas dire de baisser le chauffage (électrique) et faire de la pub pour des SUV, des volets, des brosses à dents etc. etc. électriques. Tout ça est ridicule et agace de plus en plus les gens. Pas bon !

  4. « Passage aux 80 km/h sur autoroutes ? » 80 sur Autoroute, et pensez vous qu’une telle vitesse puisse être consentie sur autoroute ? Déjà de passer de 130 à 129 kilomètres/heure sera suffisant pour que ça braille fort Place République ! (Tous ensemble, tous ensemble ! Wech ! Wech !) Les gens veulent toujours plus, jamais moins y compris pour la vitesse (hormis pour les impôts et taxes, mais c’est pour obtenir plus de pouvoir d’achat derrière) Donc oui on courre au désastre, il est inéluctable ! Aucun effort n’a été consenti, aucun n’est consenti et aucun ne sera consenti ! Déjà souvenez vous Macron a voulu baisser les Apl de 5 € lors de son 1 er quinquennat, et même ce montant ridicule n’a pas été possible pour réduire les dépenses publiques !

    1. Alors oui, toutes les ressources continueront d’être dilapidées, jusqu’à leur tarissement puis ce sera la violence généralisée de ces enfants gâtés et de ces vieux gâteux ! Déjà que baisser juste la vitesse d’1km/h serait un exploit, alors après vous pouvez tenter d’y croire ! Vous connaissez la formule de la prière UmPs, vous fermez les yeux, croisez les doigts, serrez les dents puis y croire très très fort !

Les commentaires sont fermés.