Sexualité, seins nus et Cour de cassation

Pour la chambre criminelle de la Cour de cassation, montrer sa poitrine pour une femme est constitutif d’une exhibition sexuelle, délit puni d’un an d’emprisonnement et de 15 000 euros d’amende. Oui, vous avez bien lu, en France il y a une «  haute juridiction » qui a des pudeurs de biche effarouchée. Cette Cour a toutefois relaxé la militante qui avait exhibé sa poitrine au musée Grévin de Paris, en juin 2014, reconnaissant une « démarche de protestation politique »*. Les mœurs ont évolué, les poitrines nues peuvent se montrer dans des publicités, des magazines ou à la télévision, mais pas devant la Cour de cassation. Du point de vue des écologistes, cette atteinte judiciaire au nudisme, au naturisme et à la libre disposition de son corps semble anachronique et rétrograde. Les commentateurs sur lemonde.fr écrivent tout le mal qu’ils pensent de cet arrêt :

Fratern : Il faudra que nos éminents juristes prennent des cours d’anatomie. Les organes sexuels se trouvent un peu plus bas. « Un organe sexuel se définit comme un organe impliqué dans la reproduction des Hommes, des animaux mais aussi des plantes (le pistil ou les étamines). Chez la femme, l’organe sexuel est l’ovaire. Plus largement, le terme d’organes sexuels englobe la vulve, les petites et grandes lèvres, le clitoris, le vagin… En anatomie, le sein n’a pas de caractère sexuel.

Hein : les seins, c’est seulement un caractère sexuel secondaire ! Pour certaines cultures, on sait que les cheveux féminins ont un caractère sexuel. Pour d’autres, les pieds. Enfin, les cultures multiplient les « caractères sexuels secondaires » artificiels : les bijoux, le maquillage… En revanche, les seins servent à allaiter.

GGR : « Une exhibition sexuelle est punie d’un an d’emprisonnement et de 15 000 euros d’amende »… Quand j’étais jeune, la plupart des femmes étaient topless à la page. Ça en aurait fait du monde en prison chaque été !

JFG : Argumentation étonnante de la part de la Cassation, qui ouvre une boîte de Pandore. L’article 222-32 (NCP) vise « l’exhibition sexuelle » mais sans définir, d’aucune manière, ce qu’elle recouvre. Face à ce flou, le gouvernement de l’époque avait été conduit à clarifier la notion sous-jacente par une simple circulaire. Circulaire tellement floue qu’elle a été attaquée en justice, avec raison et succès (cas réel : un homme se masturbe devant un groupe d’adolescentes dans un camping naturiste ; la circulaire lui fait droit parce que l’espace considéré est exempt de qualifications d’exhibition ; la logique prévaut, heureusement, à l’encontre de cette circulaire, et il est condamné). Boîte de Pandore parce que, demain, on peut manifester entièrement nu/e/s. La jurisprudence Cass retient la qualification d’exhibition sexuelle, mais aussi la « démarche de protestation politique » pour fonder la relaxe…

Franck : La cour de cassation vient de décrédibiliser l’intégralité de ces jugements. Un mec torse nu, est-ce de l’exhibition de sexuelle ? Il y a fort à parier que cette vieille institution ne le jugerait pas de la même manière.

Claude GISSELBRECHT : « Cachez ce sein que je ne saurais voir » … Nouvelle tartufferie ?

Lesgalapagos : Quand est ce qu’un corps humain ne sera plus un tabou pour les humains ? Toutes ces lois sur l’exhibition sexuelle ne sont que des ersatz religieux qui entendent continuer de dominer les humains avec leurs a priori.

Sur ce blog biosphere, nous considérons la nudité comme conforme à notre nature. Car nu nous naissons, et par la suite nous nous nous habillons ou déshabillons comme le veut notre bon plaisir… sans succomber aux effets de mode vestimentaires ni aux diktats religieux.

7 août 2018, Nudité ou burka sur les plages, à chacun son propre choix

5 janvier 2015, Christiane Lecocq, la liberté d’être complètement à poil

* LE MONDE du 28 février 2020, Les seins nus des Femen sont bien de l’exhibition sexuelle, juge la Cour de cassation

Partagez ...

1 réflexion sur “Sexualité, seins nus et Cour de cassation”

  1. En tous cas cette affaire de topless tombe bien, ou joliment. Déjà parce qu’elle nous change de la morosité du coronomachin. Du point de vue des écologistes (du moins de certains écolos) « cette atteinte judiciaire au nudisme, au naturisme et à la libre disposition de son corps semble anachronique et rétrograde.»
    Du point de vue d’un anatomiste (Fratern), les seins ne sont pas des organes sexuels. Du point de vue d’un spécialiste (Hein) , «les seins, c’est seulement un caractère sexuel secondaire».
    Secondaire je veux bien, seulement là aussi il y a secondaire ET secondaire. Il y a des secondaires qui se tiennent joliment et puis il y a des secondaires qui dégringolent lamentablement. J’ai vu des paires de secondaires capables de damner un curé ou un imam, ceux-là peuvent faire des victimes, je parle des secondaires. Et puis j’en ai vu qui devraient être carrément interdits. Le monde est déjà assez moche comme ça n’allons pas en rajouter. Comme pour le permis de voter, je serais plutôt favorable à l’instauration d’un permis de topless, avec visites périodiques à partir d’un certain âge.
    Hein nous dit que les « caractères sexuels secondaires » sont une affaire de culture, ici les seins, ailleurs les cheveux féminins, là bas les pieds etc. Nous devrions alors mieux comprendre toute cette agitation autour du voile islamique. Maintenant, allez donc comprendre pourquoi le type dans le métro, qui s’agrippe à la poitrine d’une femme risque de se voir condamné pour agression sexuelle. D’après ce qu’on raconte… même le fait de caresser les cheveux, ou le bras, ou la cuisse d’une femme, dans le métro ou le bus, manière de passer le temps, en attendant… serait une agression sexuelle. Lui lécher les pieds, idem, décidément on ne peut plus rien faire.
    Vous l’aurez compris, personnellement je me fiche pas mal de tout ça et comme toujours je préfère en rire. Et comme on dit : « des goûts et des couleurs on ne discute pas.» 🙂

Les commentaires sont fermés.