CLIMAT : épilogue du match Macron / Dion

Cyril Dion : « En Irlande, deux assemblées délibératives tirées au sort avaient permis de trancher les épineux débats du mariage pour tous et du droit à l’avortement. En France, la convention citoyenne pour le climat s’est achevée le 28 février après dix-sept mois de travail et un rapport riche de 149 propositions. En voici quelques enseignements :

Pour faire bouger le gouvernement sur la question climatique, il faut vraiment insister… La démocratie délibérative demande du temps, de l’attention et une sacrée dose de travail… La démocratie délibérative a permis de construire un plan solide, répondant à des objectifs climatiques et sociaux ambitieux, acceptables pour une majorité. A l’exception du 110 km/h, les propositions séduisent 62 % des Français qui en ont entendu parler… Mais l’oligarchie reste vent debout contre la démocratie. De nombreux éditorialistes fustigeaient la soi-disant radicalité de ces « Khmers verts », « anticapitalistes » et même « décroissantistes », les principaux secteurs industriels concernés (automobile, aérien, agrochimie, publicité) ont mobilisé tous les leviers d’influence à leur disposition, le gouvernement a amoindri le plan qu’il a lui-même commandé. Les conventionnels ont donné la note de 3,3 sur 10 à Macron. Chaque fois qu’un responsable politique trahit sa parole, il affaiblit encore un peu plus notre fragile démocratie, il fait le lit du populisme et il stimule des votes de pure contestation. Une mutation démocratique s’impose. Si nous voulons faire primer l’intérêt général, il faudrait institutionnaliser des processus tels que le référendum d’initiative citoyenne délibératif ou une troisième chambre (du futur). » Quelques réactions sur lemonde.fr :

アグレッシブ烈子 : On a surtout compris qu’il ne fallait surtout pas confier des exercices démocratiques à des militants comme Cyril Dion.

Michel SOURROUILLE @ Chinoiserie : les attaques autant méchantes que non argumentées contre le messager empêchent d’écouter le message. C’est une agression contre la formation d’une intelligence collective, c’est donc aussi une attaque contre soi-même.

Daladier : Je ne suis pas d’accord de déléguer mon pouvoir législatif à une commission dont les membres sont tirés au sort. Surtout avec des idées qui conduisent à plus de chômage.

Michel SOURROUILLE : Daladier, si les parlementaires avaient passés plusieurs WE à bosser les dossiers du climat comme l’ont fait les membres de la convention citoyenne pour le climat, leurs décisions en matière de lutte contre le dérèglement climatique seraient bien plus fondées… Quant au chômage, l’effondrement du système thermo-industriel basé sur les énergies fossiles provoquera tant de chômage que les effets du Covid sur le PIB nous semblera dans l’avenir une aimable mise en bouche.

Pour en savoir plus sur Cyril Dion, extraits :

8 décembre 2020, CLIMAT : Macron / Dion, le torchon brûle

« Monsieur Macron, Puisque vous m’avez apostrophé,, je me permets de vous adresser cette réponse. Vous semblez touché qu’aujourd’hui je vous critique. Vous me traitez « d’activiste » comme si c’était un gros mot. Vous dites que je ne suis pas « honnête », que je fais une « caricature ». Au-delà de cette morgue à mon endroit, il me semble que c’est vous qui ne respectez pas la parole que vous avez donnée. »…

25 avril 2020, Cyril Dion, « Le monde d’après » la covid-19

…« Face aux menaces climatiques, de nombreux collectifs écologistes appellent depuis des années à préparer nos territoires aux chocs qu’ils pourraient subir. Comment ? D’abord en relocalisant une partie de notre alimentation. Chaque territoire devrait pouvoir assurer une part essentielle de la production de nourriture de ses habitants. Ensuite en renforçant l’indépendance énergétique des pays et des territoires avec des énergies renouvelables. »…

18 août 2018, avec Cyril Dion, résistons à ce monde qui déraille

Petit manuel de résistance contemporaine : « Manifester, signer des pétitions, agir localement, occuper des lieux, boycotter… Toutes ces propositions faites dans d’innombrables ouvrages, articles, émissions et réseaux sociaux n’ont aucune utilité, ou presque, si elles sont mises en œuvre de façon isolée. Quant aux perspectives plus radicales d’insurrection, elles conduisent certainement à reproduire ce que nous prétendons combattre, »  …

6 septembre 2016, La synthèse de Cyril Dion : « Être plutôt qu’avoir »

« Il y aurait de quoi se demander si mettre des enfants au monde dans le contexte actuel était bien raisonnable… Car la plupart d’entre nous le savent désormais, la situation ne va pas s’améliorer. Du moins pas toute seule. Pour la première fois dans l’histoire, nous sommes confrontés à une conjonction de problèmes qui, en s’additionnant, pourraient conduire à la disparition d’une partie de notre espèce. »…

Partagez ...

9 réflexions sur “CLIMAT : épilogue du match Macron / Dion”

  1. – « De nombreux éditorialistes fustigeaient la soi-disant radicalité de ces « Khmers verts », « anticapitalistes » et même « décroissantistes, les principaux secteurs industriels concernés (automobile, aérien, agrochimie, publicité) ont mobilisé tous les leviers d’influence à leur disposition »

    Cyril Dion dit vrai. On sait à qui appartiennent les me(r)dias, il n’y a rien d’étonnant à ce que de nombreux éditorialistes s’appliquent à plaire à leur patron. Seulement les fayots ne sont pas tous dans les me(r)dias, je vous laisse imaginer les idées «radicales» d’un cadre d’Airbus, de PSA ou de Publicis. Le politiquement correct ce n’est pas la radicalité, et pour durer il faut respecter les règles. A t-on déjà vu un cadre ou même un ouvrier d’Airbus fustiger l’Avion ? Un concessionnaire Peugeot fustiger la Bagnole ?

    1. La radicalité fait de suite penser au dogmatisme, au terrorisme, au mal. Aujourd’hui le top du politiquement correct c’est de fustiger la «Radicalité». Macron montre d’ailleurs l’exemple.
      Les «radicaux» ce sont tous ceux qu’on ne peut pas embobiner, retourner, acheter etc. Ce sont les Amish, les «Khmers verts», les anticapitalistes, les décroissants et Jean Passe. Les «radicaux» ce sont tous ces gens qui dérangent. Pas trop pour le moment, mais comme on ne sait jamais… Les «radicaux» ce sont ceux qui de part leurs idées, et parfois leurs actes, représentent une menace pour l’Ordre Etabli.

  2. « De nombreux éditorialistes fustigeaient la soi-disant radicalité de ces « Khmers verts », « anticapitalistes » et même « décroissantistes »,

    Puis Cyril Dion ne voit surtout pas (ou nie sciemment ?) que l’islamophilie des partis écologistes est le véritable repoussoir et épouvantail. Comme on peut le voir avec la mosquée de Strasbourg financée par un maire d’Europe-écologie

    C’est vrai qu’il n’y a rien de plus écologique que l’islam, parce que cette religion fonctionne tellement bien que les musulmans vont bientôt pouvoir accomplir des ramadans qui durent 365 jours sur 365, ainsi ils mangeront 1 jour tous les 4 ans des années bissextiles. Pöur preuve, ils préfèrent financer des mosquées plutôt que des entreprises qui vont leurs permettre de boire et manger ainsi que se loger demain. Regardez l’ensemble des pays musulmans où le pétrole commence à se tarir, en commençant par l’un qui soit le plus près de la France, l’Algérie.

    1. Au cas où tu ne le saurais pas, l’Anti-islamophilie, disons l’islamophobie, participe au réchauffement climatique. Eh oui. Étant donné qu’une recherche sur Internet nécessite autant d’énergie que pour chauffer une tasse de café, je te laisse imaginer ce que tous ces commentaires, dont les tiens et donc les miens (ben oui), pèsent en terme de CO2. Sans parler du reste, tous ces articles, toutes ces interviews et vidéos qui dégueulent d’islamophobie, de haine et de Bêtise. Si tu ne crois pas à cette affaire de CO2, pense un peu à toute cette énergie que consomment les data centers, juste pour nous permettre d’étaler toutes ces conneries. Le pire c’est que tous ces conneries, en plus lorsqu’elles sont hors-sujet, participent à échauffer les esprits, le climat quoi. Bref, pas bon tout ça. En attendant, j’espère que ton amour de la Biosphère est assorti à ta haine de l’islam, disons de l’Autre. N’oublie donc pas de compenser. Misère misère !

  3. la naiveté de cyril dion est étonnante ,il s’apercoit enfin que seul le RIC (referendum d’inititiatve citoyenne) est en mesure de restaurer la démocratie comme en suisse ou les citoyens ont toujours le dernier mot sur les lois et non les soit disant représentants.
    a noter qu’un prochain RIC aura lieu en suisse en juin sur l’interdiction des pesticides et des produits importés qui en contiennent .affaire intéressante a suivre je vs tiens au courant ,le Gvt suisse appelle a voter non sur cette initiative citoyenne, évidemment !

  4. Toujours des idées à la con

    La réaction de Daladier est aussi ahurissante qu’amusante. Daladier devrait déjà relire ses classiques, le tirage au sort est intrinsèquement démocratique. Mais peut-être Daladier ne sait il pas de quoi il parle. En effet il semble croire que le hasard s‘est amusé à sélectionner 150 individus bien particuliers. Comme par hasard, selon lui cette convention rassemblerait donc des gens ayant «des idées qui conduisent au chômage». S’il savait un peu de quoi il parle, Daladier devrait alors en conclure que ces idées là sont partagées par l’écrasante majorité de la population. Après tout peut-être que Peuple adore le chômage, eh va savoir.

    1. TOUJOURS DES IDÉES À LA CON

      Mais Daladier semble plutôt croire l’inverse, il pense que les idées de ces 150 ne sont en fait que des idées à la con. Peut-être croit-il alors que les siennes sont au-dessus du lot.
      Quoi qu’il en soit Daladier préfère déléguer son pouvoir législatif à une commission dont les membres seraient soigneusement sélectionnés selon un certain type d’idées. Les siennes probablement, pourvu que ce soient des idées qui conduisent à moins de chômage, autrement dit des idées qui préservent l’Emploi. L’Emploi qui fait la Croissance, la Croissance qui sauve l’Emploi, abracadabra et voilà ! Et en même temps le Climat, ça va de soi. Bref l’Emploi qui fait le bonheur de tous. Daladier aime bien toutes ces idées à la con qui alimentent le Système, le Business et le Show. Hélas il n’est pas le seul. Misère misère !

  5. – « Pour faire bouger le gouvernement sur la question climatique, il faut vraiment insister… La démocratie délibérative a permis de construire un plan solide, répondant à des objectifs climatiques et sociaux ambitieux […] »

    Hélas il n’y a pas que pour faire bouger le gouvernement qu’il faut insister.
    Quand bien même on se sentirait investi d’une mission… dont l’objectif ambitieux serait de bouger, de secouer tout ça… afin d’avoir une petite chance de pouvoir changer le monde… avec quels mots se devrait-on d’insister ? Et dans quelle langue faut-il le dire ? Même en chinois (アグレッシブ烈子 ) ça ne passe pas.
    En attendant, ne serait-ce que pour se donner l’impression qu’on lutte, et donc qu’on est toujours vivant, ou tout simplement pour passer le temps, ou alors pour rire… on trouvera toujours mille bonnes raisons d’insister. Cyril a donc raison, il faut vraiment insister !

    1. Alors insistons ! Et pour changer essayons avec des chiffres.
      Pour ce nouveau sketch, quelle note faut-il donner à notre cher cinéaste ?
      Comme à chaque fois j’avoue être un peu embêté. Lui coller une banane, voire un 3,3/10 juste pour lui payer l’encre, ce serait méchant. Faut être gentil avec Cyril, parce que lui il n’est pas méchant. Oh que non ! Et puis Cyril, comme bien d’autres, excelle dans l’art de me faire rire. Et rien que ça, sans rire, ça n’est pas rien ! Je laisse donc tomber cette notation à la con, de toute façon on n’est plus à la petite l’école, on joue ici dans la cour des grands.
      Et puis il faut coller à l’air du temps. Et puis, et surtout, en attendant… the Show must go on !
      Je lui colle donc un smiley sympa, celui qui arbore une large banane 🙂

Les commentaires sont fermés.