Convention citoyenne CLIMAT, pschittt…

Les 150 tirés au sort de la convention citoyenne pour le climat ont longuement débattu en visioconférence les 30 mai et 31 mai 2020 : près de 150 propositions visant à « changer en profondeur la société ». Il n’était pas facile de se mettre d’accord ! Alors on vote, on élague, et on oublie toute virulence. Les 19, 20 et 21 juin, cette convention présentera à l’exécutif un document final dont on connaît déjà le résultat final : tout ce qu’ils diront a déjà été dit et presque jamais mis en application. Rappelons les atermoiements d’Emmanuel Macron quant à la question écologique. Il recule devant la taxe carbone à cause de quelques manifestants en gilets jaunes sur les ronds-points. Il annonce un Grand Débat National dont il ne retire aucun enseignement sauf celui qu’il faut donner de l’argent. Il est confronté à une pandémie dont il ne retire aucun enseignement sauf celui qu’il faut donner de l’argent. Il multiplie les organismes consultatifs pour faire croire qu’il fait quelque chose. Il annonce la création d’un Conseil de défense écologique… alors qu’il a lui-même créé, quelques mois auparavant, un Haut-Conseil pour le Climat dont il n’y a rien à attendre. Rappelons aussi que l’urgence climatique ne couvre pas l’ensemble de nos problèmes structurels. La biodiversité, la pollution, la réforme agro-alimentaire… restent toujours sans réponse durable. Il est dommage que la bonne idée de conférence de consensus soient utilisés par le gouvernement uniquement pour cacher son impuissance à remettre en question la société thermo-industrielle. Voici nos articles antérieurs à propos de la convention citoyenne. Merci de votre attention, bonne lecture.

9 mars 2020, acte 6, sauver le climat avec 150 citoyens ?

12 février 2020, Convention citoyenne sur l’écologie, acte 5

19 janvier 2020, CLIMAT, convention citoyenne et décisions

1er février 2020, Biosphere-Info, les conférences de consensus

15 janvier 2020, Emmanuel Macron devant 150 citoyens

24 novembre 2019, 150 citoyens tirés au sort, et moi et moi émoi

8 octobre 2019, Écologie populaire et médiatisations

3 septembre 2019, Convention citoyenne sur le climat, mascarade ?

14 août 2019, La volonté du peuple exprimée grâce au tirage au sort

Partagez ...

3 réflexions sur “Convention citoyenne CLIMAT, pschittt…”

  1. C’est normal que la taxe carbone échoue…. Avant de taxer les plus démunis qui ont besoin de leur voiture pour travailler afin de vivre, pour ne pas dire survivre, il faudrait peut-être commencer par taxer le gens les plus déraisonnables et qui sont riches ! Pourquoi ne pas commencer par taxer les yachts et autres bateaux de plaisance qui polluent les océans ? La génération principale qui s’offre des bateaux de plaisance sont des quinquagénaires et encore plus âgés, et ce qu’il faut savoir étant que tous ces frimeurs qui s’offrent un bateau de plaisance ne l’utilisent qu’1 semaine par an en moyenne !! Tout ce gaspillage de ressources pour ça ? Parque que l’affaire ne s’arrête pas là ! En effet, au cours de ces dernières décennies il a fallu soit bâtir de nouveaux ports de plaisance ou alors agrandir ceux qui existaient déjà, bref il a fallu saccager le littoral pour que ces petits et gros bourgeois capricieux puissent stationner leurs bateaux ! En outre, il faut aussi que les habitants de ces communes portuaires entretiennent toutes ces infrastructures portuaires, autrement dit même les habitants contribuables qui n’ont pas de navires doivent aussi mettre la main à la poche pour financer l’entretien de ces ports.

    Alors pour moi, c’est niet ! La taxe carbone n’a aucune légitimité tant que les gens les plus déraisonnables ne seront pas taxés (voyageurs en bateaux de plaisance privés, navire de croisière, avions, jets privés, etc…)

    1. On ne va quand même pas taxer les plus vieux sous prétexte que… Comme le chantait Georges, le temps ne fait rien à l’affaire. Toutefois je suis d’accord sur le principe, taxer D’ABORD les plus déraisonnables. Les plus pollueurs, les plus gros porcs, etc. Et il se trouve que ceux-là sont généralement les plus riches. Va donc pour taxer très fort les riches. Mais alors très fort ! Vieux riches et jeunes riches, pas de jaloux tous à la même enseigne ! Et pour ça pas besoin d’inventer ou d’innover, pas besoin d’une usine à gaz genre taxe carbone. N’oublions pas qu’aux États-Unis, la tranche supérieure des revenus des plus riches était imposée à 91% jusqu’en 1964. Ce pays n’a pourtant jamais été un modèle de communisme.
      Va donc pour taxer très très fort les yachts ! Ainsi que les jets privés, les grosses bagnoles de luxe ou de sport, les Rolex etc. tout ce qui pue le Pognon. Mais aussi et en même temps, les jets-skis, les motos, les quads et autres débilités du genre. Et aussi les résidences secondaires, les piscines individuelles etc. Tout ce qui représente le superflu.
      Autre problème en effet, celui de ces locaux qui notamment à cause de l’explosion des impôt locaux ne peuvent même plus vivre dans leur ville, ou sur leur île. Ces régions qui «vivent», dit-on, du pognon qu’amènent les touristes.

  2. Pschittt ?
    Mais non, il nous reste heureusement cette fameuse association, créée par ces membres faisant partie des 10% les plus bavards de ce Barnum, dont ce Grégoire Fraty qui en mars denier se félicitait : « Quand nous remettrons nos mesures à l’exécutif, nous montrerons que nous restons vigilants par rapport à ce qui en est fait […] Dans un mois, ce sera la fin de la convention, mais pas des cent cinquante. »
    Maintenant si on me dit que Grégoire Fraty lui aussi a fait Pschittt … alors là c’est la fin de tout 🙂

Les commentaires sont fermés.