Fin de vie, Macron invite encore les religions

Dîner à l’Élysée le 8 février 2024. Une nouvelle fois étaient conviés les représentants des cultes pour échanger sur le sujet de la fin de vie. Macron a prévu de présenter un « plan décennal pour le développement des soins palliatifs » et indiqué son espoir de parvenir à proposer « un espace qui ne soit ni une liberté ni un droit, mais un possible qui serait un moindre mal » ???

Le pasteur Krieger a retenu qu’Emmanuel Macron « veut être fidèle au cadre français, il ne veut pas aller vers un modèle suisse qui considère l’aide active à mourir comme un libre choix ».

Pour le grand rabbin Haïm Korsia, le président envisage l’aide à mourir « pour les cas désespérés, qui n’entrent pas dans les clous de la loi. Dans ce cas, il ne change pas le paradigme. Il reste dans l’esprit français, ne passe pas dans l’esprit belge ou suisse. En cela, son projet ne conduit pas à ce que j’avais appelé une rupture anthropologique, puisqu’il ne supprime pas le principe fondamental de ne pas pratiquer d’euthanasie »

Mgr Rougé , évêque de Nanterre : « Si le gouvernement veut définir des cas d’exception, nous regarderons cela de près, avec vigilance et il faut bien le dire de profondes réticences. Car ultimement, c’est l’interdit social fondateur de la mort provoquée qui est en jeu. »

La réaction à chaud d’Alfred : Voilà le point de vue des représentants du Moyen-Age, logiquement médiéval. Il ne faudra pas oublier de consulter les hommes de Néandertal.

Le point de vue des libertaires

Pierre Froment : Macron demande leur avis à des gens dont la place n’est pas au Château et dont il connaît parfaitement les opinions.

Bob : En tant qu’archi-pape de l’Athéisme Incarné, grand Mufti de l’Islam Incroyant et président du Conseil Représentatif des Institutions Pastafariennes de France, je m’offusque de ne pas avoir été invité.

On peut rêver : Bizarre comme l’interprétation du commandement « tu ne tueras point » peut être différente suivant les circonstances :
– avortement : scandale, totalement interdit par les fanatiques même dans les pires cas.
– suicide assisté et euthanasie : totalement interdit (même en fin de vie)
– guerre : là, aucun problème, on peut tuer en toute tranquillité d’esprit. On bénit même les soldats qui partent au combat, voire les armes! Gott mit uns !

Natelman : Et le prolongement de la vie forcée et à nos frais, ils en disent quoi, ces messagers des dieux ?

Michel SOURROUILLE : Le comité d’éthique s’est déjà prononcé, une assemblée citoyenne a déjà eu lieu, deux lois sur la fin de vie ont déjà été voté précédemment et Macron hésite encore en se prosternant devant des croyants en l’au-delà. Notre « jeune » président de la République ne vit pas au XXIe siècle, mais aux temps de la messe tous les dimanche. De toute façon il en est de l’avortement comme de la fin de vie, l’absence d’une loi n’empêche personne de vivre la mort en pratiquant l’un et/ou l’autre exercice de sa propre liberté.

Treyo : Que viennent faire dans un débat aussi grave des gens qui ont le ridicule de s’imaginer promis à une deuxième vie (éternelle, de surcroit…) ? A tout prendre un escroc comme Raël professe des choses moins délirantes puisque son hypothèse d’une vie extra-terrestre appartient au réel. Comme disait Coluche avec bon sens : « Celui qui croit à la promesse d’une vie : Macrn va-t-il aussi mettre en cause la loi sur l »avortement ? Il serait bon de lui rappeler la loi de 1905.

lmbmichel : Loi 1905 : La République ne reconnaît, ne salarie ni ne subventionne aucun culte. « Ne reconnaît », c’est pourtant clair!. La République ne reconnaissant aucun culte, le Président n’a aucune raison de les consulter. Les Français ont pris clairement position dans les sondages, la convention citoyenne également.

Daniel Collet : En République, la religion est une affaire privée. La majorité des Français est favorable à une fin de vie active et des pays voisins à tradition chrétienne ont sauté le pas. Les croyants ne sont pas obligés de s’en servir. Qu’ils foutent la paix aux autres !

L.OURS : Que viennent faire les autorités religieuses dans une loi qui concerne tout-à-chacun dont son choix personnel de vie et son choix personnel à mourir… Sur quelle base éthique et quelle base morale ces soit-disant auraient-elles un ascendant sur nos droits individuels ? Qu’elles donnent leurs points de vue, c’est leur droit; que ces autorités interviennent dans les lois d’une République laïque, c’est anti constitutionnel, c’est le peuple qui doit décider et non les curés ou les imams, les rabbins ou les pasteurs….

E. PADH : Outre la laïcité de la République , je crois que pour moi et les miens, plutôt que d’enrichir des voyous appelés aussi entrepreneurs pour les EPADH, je préférerais partir dans la dignité entouré des miens . Cela est moins dur que d’assister à la déchéance irréversive et progressive de ses proches ! Les religieux n’ont en rien à être consultés car in ne s’agit que d’une possibilité pas d’une obligation; leurs ouailles agiront en conscience et pas forcément en les écoutant, lorsque sera venu pour eux aussi, le moment de choisir .

Michèle de Dordogne : VOn dirait que Macron est terrifié par le sujet. Serait-il tenu par une forme de chantage que nous ignorons ? Il a nommé à la santé Catherine Vautrin, catho intégriste, qui est opposée à cette euthanasie et à ce suicides assisté qu’une écrasante majorité de Français réclame. Pas grave, j’ai mis de l’argent de coté pour aller à Zurich avaler ma potion létale quand le moment sera venu, comme l’a fait mon frère il y a 10 ans. Puisque la France n’est pas un pays civilisé.

En savoir plus grâce à notre blog biosphere

Macron, nataliste par imprégnation religieuse

extraits : La politique nataliste de Macron s’explique sans doute par l’influence de sa femme, et donc de la religion. Brigitte Marie-Claude Trogneux épouse Macron est la benjamine d’une fratrie de six enfants. Élevée dans un milieu catholique, elle suit sa scolarité au lycée privé Sacré-Cœur d’Amiens, dirigé par des religieuses. Elle a trois enfants d’un premier mariage et grand-mère de sept petits-enfants. Pour certaines grands-mères dont elle fait sans doute partie, le succès d’un réveillon de Noël se mesure au nombre d’enfants et de petits-enfants réunis autour de la table.

Fin de vie, le lobbying religieux

extraits : Conforme à leurs préjugés, il y a unanimité religieuse contre une loi sur la fin de vie. vouloir empêcher la légalisation d’une nouvelle loi en France sur la fin de vie n’est pas de leur compétence. Ils ont déjà été reçu par Macron, ils devraient bientôt revoir Macron. Ce chef d’État sort de sa compétence qui est de faire vivre la laïcité dans notre pays et non d’hésiter sur la fin de vie.

Canada, le droit à mourir comme soin ultime

extraits : Au Québec la loi de 2015, élaborée après une large concertation citoyenne et transpartisane, a d’emblée placé l’aide à mourir dans un continuum de soins, c’est le « soin ultime ». La loi canadienne sur l’euthanasie a ensuite été votée en juin 2016, la Cour suprême du Canada enjoignant au gouvernement de se mettre en conformité avec la Charte canadienne des droits et libertés, reconnaissant à chaque individu la liberté de disposer de son propre corps…

7 réflexions sur “Fin de vie, Macron invite encore les religions”

  1. Et la Devise française sur la Liberté ? Oups ! La liberté n’est destinée qu’aux riches, quant à la populace et autres sans-dents ils n’auront le droit qu’à l’égalité de tous pouvoir fermer la gueule et de vivre dans la misère sans broncher puis de se faire tondre comme des moutons ! Bon puis la séparation de l’église de l’État, ça aussi c’est du pipeau ! Il est quand même grave que les croyants puissent imposer leurs dogmes et croyances religieuse à autrui ! Or, dans un État censé être libre et démocratique, alors dans ce cas chacun devrait ne pouvoir imposer ses dogmes et croyances qu’à lui-même mais pas aux autres !!! Bref que les croyants n’imposent leurs dogmes et croyances qu’à eux-mêmes ! Celles et ceux qui ne partagent pas les mêmes croyances ou n’ont aucune croyance n’ont pas à être pris en otage par ces cramés du ciboulot !

    1. Bref, l’Église en restant autiste, met un pied dans la tombe avant de disparaître dans les décennies à venir, le nombre d’athées augmente en France et même en Europe, l’Église ne restera que sous forme de musées, ce qui est d’ailleurs déjà le cas dans de nombreuses villes…

      Comme dit si bien Natelman plus haut dans le texte : « Et le prolongement de la vie forcée et à nos frais, ils en disent quoi, ces messagers des dieux ? »

      Autrement dit, si les religions disparaissent bon débarra ! Ces religieux sont toxiques à parler à la place de dieux pour prolonger la souffrance humaine contre notre gré !

      1. – « Et le prolongement de la vie forcée et à nos frais, ils en disent quoi, ces messagers des dieux ? » (Natelman)
        Et voilà qu’ON y arrive : « à nos frais ». L’ « argument» qui tue !
        Ah elle est belle « l’intelligence collective » ! Elle nous promet un bel avenir. En attendant, moi j’en dis que penser comme ça c’est misérable !

        Pas sûr que ça résiste à la Censure… je verrais bien. Misère misère !

        1. Mon corps m’appartient ! Or des croyants de toute obédience n’ont pas à s’approprier les décisions qui me reviennent concernant mon corps ! Et si je veux m’euthanasier qu’est ce que ça peut leurs foutre ? (dans un pays censé être libre, ils n’ont même pas leur mot à dire concernant le corps des autres !) A ce que je sache, ceux qui sont favorables à l’euthanasie ne veulent pas la rendre obligatoire, mais seulement accessible ! Que des croyants ne veulent pas y recourir pour leurs propres cas, très bien, MAIS ils n’ont pas à m’interdire d’y recourir ! Qu’ils s’occupent de sauver leurs propres âmes avant de s’occuper de celles des autres ! (car vu le taux de corruption du pays, autant dire qu’ils ont du boulot plus important et urgent à s’occuper que d’interdire l’euthanasie !)

        2. Et voilà, l’autre « argument » qui tue, l’« argument » de choix !
          On dirait un slogan publicitaire : « Mon corps m’appartient ! »
          Et donc j’en FAIS ce que je veux ! Parce que je le veau bien !
          Si j’ai envie de me FAIRE piercer et tatouer de la tête aux pieds, c’est MON CHOIX, ON l’a dit à la Télé ! Et si j’ai envie de vendre un ou plusieurs de mes organes, pour ensuite pouvoir me FAIRE greffer cette superbe paire d’oreilles d’âne qui m’irait si bien, c’est pareil ! Et si je veux m’euthanasier… me FAIRE suicider quoi… parce que je suis trop fainéant ou trop peureux et/ou pas assez prévoyant et finalement peu importe la raison qui m’empêche de le FAIRE moi-même, comme un grand, eh ben c’est toujours pareil qu’est ce que ça peut vous foutre !?

          – Mon corps m’appartient ! (initiadroit.com)

        3. Écoute les féministes c’est bien l’argument ultime et principale qu’elles scandent tout haut et même bien fort « Mon corps m’appartient alors j’ai le droit incontestable d’avorter !!!! » …. Bien qu’elles mentent un peu beaucoup tout de même, car les corps à l’intérieur de leurs ventres ne leur appartiennent pas, tout simplement parce que les corps appartiennent aux bébés eux-mêmes dans les faits ! Pourtant tu ne contestes pas ces féministes ce droit d’avorter, et tu acceptes très bien leur argument de « Mon corps m’appartient ! » Comme quoi cet argument tu le défends aussi pour ce qui t’arrange !

  2. Article sans grand intérêt. Juste l’occasion de bouffer du curé, ce qui n’est pas ma tasse de thé, et de répéter répéter comme des perroquets.
    Je comprends que Macron doit être bien embêté avec ça, alors qu’il avait promis… alors qu’il n’y avait peut-être pas encore sérieusement réfléchi. Quoi qu’il en soit Manu patine et procrastine… Fidèle à sa «philosophie» du «et en même temps» il espère toujours parvenir à nous proposer « un espace qui ne soit ni une liberté ni un droit, mais un possible qui serait un moindre mal ». Parce que nous le valons bien.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *