Surpopulation en Algérie, 45 millions d’hab.

En 1965, Boumediene déclarait en s’emparant du pouvoir qu’à la fin du siècle l’Algérie sera une grande puissance grâce à ses 40 millions d’habitants. L’agronome René Dumont lui faisait tenir immédiatement ce  message : « Sur 40 millions d’Algériens, il y aura 39 millions de miséreux et 1 million de privilégiés. » Le pétrole qui irrigue encore les artères commerciales, charrie aussi le poison qui va tuer l’économie, et donc l’emploi et la stabilité sociale. Les recettes pétro-gazières algériennes dépassent aujourd’hui les 50 milliards de dollars à la fin 2022. Elles contribuent à près de 60% du budget de l’État. Mais des experts pétroliers, dont trois anciens PDG de Sonatrach, la société nationale des hydrocarbures, réunis à la veille de la commémoration de la nationalisation du secteur pétrolier en 1971, dressent déjà de sombres constats en Algérie : la fin de la rente pétrogazière est proche. Le pic de la production gazière a été atteint en 2005. La production de pétrole décline également. La politique de redistribution de la rente menée depuis 2011 pour contrer la « contamination » du printemps arabe deviendra non soutenable. La faute à la surpopulation.

La population algérienne est passée de 2,5 millions en 1856 à 4 millions d’habitants (dont 600 000 Européens) au début du vingtième siècle. On compte 45 millions d’Algériens en 2023 malgré une importante émigration, avec des besoins occidentalisés. Le taux de croissance annuel de la population est de 1,7% en 2021, soit un doublement de la population en 40 années. La densité en 1950 était de seulement 3,7 hab./km², mais de 18,4 actuellement, très inégalement répartie. L’Algérie couvre près de 2,4 millions de km² dont deux tiers montagneux ou steppiques, Imaginez une Algérie peuplée de 90 millions de personnes sur un espace semi-désertique. La partie saharienne représente 80 % de la superficie totale. En conséquence le pourcentage de terres arable est seulement de 3 %. En 2022, le sucre, les pâtes, l’huile, la semoule et tous les dérivés du blé sont désormais interdits à l’exportation en Algérie. Le chef de l’État algérien a également demandé la criminalisation de l’exportation de ces produits. Le conseil des ministres algérien a aussi insisté sur la nécessité de continuer à interdire complètement l’importation de viande congelée… Ces mesures s’inscrivent dans la stratégie de lutte contre la flambée des prix alimentaires. Selon l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO), 70 % du blé consommé en Algérie est importé. L’Algérie se lance aujourd’hui le difficile défi de l’autonomie alimentaire. Mais tant que la population continuera d’augmenter, ce défi ne pourra pas être relevé.

Le nombre de naissances passe de 600 000 naissances par an dans les années 1990-2000 à près de 1 million de naissances aujourd’hui. Après une chute rapide de la natalité dans les années 1980-1990, faisant passer la fécondité de 4,5 enfants par femme en 1990 à 2,4 enfants par femme en 2000, la fécondité a remonté sensiblement depuis, progressant régulièrement et dépassant les 3 enfants par femme depuis 2012 (3,1 enfants par femme en 2015, 2,94 enfants en 2020). Il n’y a pas de transition démographique ; cela s’explique par la hausse de la pratique de l’islam et l’influence religieuse dans la vie quotidienne. Le taux de natalité est également encouragé par le rajeunissement de l’âge du mariage. À cela s’ajoute un reflux de la pratique contraceptive dans le mariage.

La surpopulation devrait être aujourd’hui une des angoisses du monde. Presque tous les pays sous-développés ont aujourd’hui une progression démographique qui s’établit à 2 % par an et parfois davantage. C’est un des triomphes de la médecine. Voici déjà trente ou quarante ans qu’au Maroc, en Algérie, en Tunisie, l’équilibre séculaire a été rompu. La date de 1930 marque à cet égard la rupture : l’amélioration des conditions alimentaires et sanitaires avait, en réduisant la mortalité, poussé à la hausse des courbes démographiques. Mais ce triomphe, en multipliant les bras à employer et les bouches à nourrir, pose au monde du 21ème siècle des problèmes qu’avaient pu ignorer les générations précédentes. Nous avons dépassé le chiffre de 8 milliards d’êtres humains en novembre 2022. Cette violente poussée démographique rend précaire l’équilibre mondial et les stabilités régionales.

L’avis de René Dumont reste prémonitoire : il y aura beaucoup de miséreux pour quelques privilégiés seulement. Pas seulement en Algérie !

En savoir plus sur la surpopulation

Alerte surpopulation, le combat de Démographie Responsable (2022)

Surpopulation… Mythe ou réalité ? (2023)

Un panorama des pays surpeuplés,

Surpopulation généralisée dans tous les pays

Pour lutter contre la surpopulation,

https://www.demographie-responsable.fr/

10 réflexions sur “Surpopulation en Algérie, 45 millions d’hab.”

  1. Surpopulation en Algérie incapable de produire leurs ressources alimentaires. Ils ont détruit les exploitations agricoles lors de leur Indépendance et même brûler des régions entières avec des engrais russes . À vérifier.
    Et surpopulation algérienne en France ! 🥲

  2. Questions à Michel C.
    Les recettes pétro-gazières algériennes contribuent à près de 60% du budget de l’État. Comment faire face à la déplétion pétrolière sans pétrole ?La population algérienne était de 2,5 millions en 1856, niveau compatible avec une agriculture non industrielle ; comment nourrir durablement plus de 45 millions de personnes ? Le pourcentage de terres arable est seulement de 3 %. Faut-il que les Algériesn grossissent le nombre de migranst vers l’Europe ?
    Il est trop facile d’attaquer une personne comme vous le faites pour René Dumont, mais cela remet-il en question son message de fond : les inégalités s’accroissent car on ne maîtrise pas l’expansion démographique.

    1. Oh pardon d’avoir blasphémé. D’avoir osé me moquer un petit peu de notre brave René.
      Ne vous en faites pas, même s’il ne fait pas partie de mes idoles il reste pour moi comme quelqu’un de bien. 🙂
      Quant à vos questions, peut-être trouverez-vous les réponses dans ce bouquin :
      – L’agriculture en Algérie : ou comment nourrir 45 millions d’habitants en temps de crise
      (de Djamel Belaïd , ingénieur agronome franco-algérien – aux éditions L’Harmattan)

  3. L’Algérie (comme le Venezuela) a commis la grossière erreur de trop miser sur la rente pétrolière. Heureusement pour elle son agriculture n’a pas été totalement mise de côté.
    – L’Algérie est capable de réaliser son autosuffisance alimentaire d’ici 2024-2025
    ( aps.dz 28 février 2023 )
    Bien sûr l’optimisme du président Abdelmadjid Tebboune ne suffit pas, et il faut voir également les conséquences (notamment écologiques) des moyens qui seront déployés pour atteindre cette autonomie. Si l’Algérie importe autant de blé c’est d’abord parce que les Algériens sont de gros mangeurs de pain, champions du monde dans ce domaine. Certes c’est mieux de manger du pain que de boire du Coca Cola. Et bien sûr les Algériens ne mangent pas que du pain. Et bien sûr ils ont d’autres besoins et «besoins » aussi. Bref, leur Nombre est une chose, leur mode vie en est une autre.

    1. En 1965 l’Algérie comptait 12 millions d’habitants. Boumediene en prédisait 40 millions à la fin du siècle. Un autre extralucide lui faisait tenir immédiatement ce message :
      – « Sur 40 millions d’Algériens, il y aura 39 millions de miséreux et 1 million de privilégiés. »
      Même si les 40 n’ont été atteints que vers 2015, en attendant… force est de reconnaitre qu’en matière de prédictions Boumedienne était bien meilleur que René Dumont.
      Avant de pouvoir dire combien sont pauvres et heureux, et combien riches, misérables et malheureux… essayons d’abord de voir combien l’Algérie compte réellement de miséreux.
      – Pauvreté en Algérie : les chiffres de la Banque mondiale (tsa-algerie.com – 28 déc 2021)
      – Rapport mondial sur la misère : voici le classement de l’Algérie (algerie360.com – 24 mai 2023)
      Ce brave René nous en prévoyait donc 39 millions… de miséreux. Sacré René va !
      Dis René… c’est quoi la misère ? 🙂

  4. Quand il n’y aura plus de pétrole, le carnage sera assuré puisque le gouvernement algérien ne pourra plus acheter la paix sociale par les rentes pétrolières ! D’autant plus que le pic pétrolier algérien est déjà franchi depuis 2005, soit près de 20 ans. L’UmPs français avec ses supplétifs vert rouge modem vont récupérer toutes les pontes algériennes qui iront manifester Place République à Paris et à Marseille avec Mélenchon, pour réclamer de l’argent sans travailler et des papiers avec des slogans du type : « A bas, à bas, à bas le capitalisme, on veut du pognon sans travailler au nom de l’égalité, le travail c’est pour les bourgeois, Ouuuuuh « 

    1. Parti d'en rire

      Toi le Champion des Tarots… Toi qui a ce fabuleux pouvoir de prédire l’avenir… dis-nous combien la France comptera de miséreux en 2050 ? Et combien de misérables.

      1. Quand 1 français sur 3 saute quotidiennement 1 repas, on peut déjà dire que la misère a déjà bien commencé dans le pays (sur 67 millions d’habitants ça fait tout de même 22,3 millions de personnes affamées dans le pays, sic !), … bref depuis que les socialo-communistes ont ruiné le pays, en dépensant de l’argent à crédit (3000 milliards de dettes + 7 à 8000 milliards cachés sous le tapis des hors bilan !! Puis ça vient raconter que le RN serait nul en économie, quelle blague !)

        1. 22,3 millions d’affamés en France ! Nom de dieu !!!
          Mais t’en as combien des comme ça ?
          Mais d’abord affamés comment, et quand exactement ?
          Juste au moment de passer à table, tu veux dire…
          Sacré BGA va, t’es vraiment le Champion.
          Même notre cher René doit bien rigoler. 🙂 🙂 🙂

          modération à Michel C
          Bga80 parlait du ratio de joueurs, pas de ration alimentaire !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *