Corrida, culture vivante… de la torture

La corrida a repris le 28 janvier 2024 à Mexico après plus d’un an d’une interdiction finalement annulée par la Cour suprême qui ne s’est pas prononcée sur le fond du recours. Près de la plus grande arène au monde, grande colère des antitauromachies.

LE MONDE avec AFP : « Liberté. Taureaux, culture vivante », lisait-on au milieu de l’arène. Des adversaires de la tauromachie ont défilé hors arène sous le slogan « La torture n’est ni de l’art ni de la culture ». Les corridas ont été importées par les conquistadors espagnols au XVIe siècle. Le secteur a généré en 2018 un chiffre d’affaires de 414 millones de pesos mexicains, avec 83 000 emplois directs à la clé, plaident les aficionados.

La condition animale sur ce blog biosphere

Moi, taureau de corrida, exige la réciprocité (2012)

extraits : J’ai fait un rêve, merveilleux rêve, qu’un homme beau et costaud se retrouve dans l’arène, tout nu. Il entre sur le sable, aveuglé par les projecteurs, court à droite ou à gauche, ne sait où aller, ce qu’on attend de lui. Une clameur gonfle, un taureau entre à son tour, majestueux dans sa robe noire, il salue la foule en délire. L’homme comprend brusquement, ce sera une lutte à mort, il cherche comment se défendre, on lui lance un petit couteau. Le spectacle commence. Le taureau, mon frère, va sortir vainqueur, presque toujours. Nous avons sélectionné cet homme pour sa force et son intelligence, nous l’avons élevé avec d’autres dans l’ignorance de son sort funeste, nous l’avons choisi pour mourir aujourd’hui en public. Ainsi va la vie. Un jugement vient de conforter nos traditions. Organiser des corridas humaines dans certaines régions est conforme à la Constitution, vient de juger le Conseil constitutionnel, rejetant le recours d’associations qui militent contre l’humanomachie…

Corrida et « qualité » de vie des taureaux espagnols (2015)

extraits : Depuis que l’Assemblée nationale, travaillée au corps par nos « 30 Millions d’Amis », a voté le projet de loi relatif à la modernisation du droit et reconnu l’animal comme « un être vivant doué de sensibilité » (article 515-14 du Code civil), je m’interroge sérieusement sur la qualité de vie des taureaux espagnols encore libres en cette période hivernale de filtrer par leurs naseaux l’air frais de la prairie….

Des éco-terrorisants au parlement ! (2022)

extraits : Dans une tribune du MONDE, plus de deux cents élus, dont Christophe Castaner et Bruno Retailleau, défendent la corrida et s’opposent à « l’écototalitarisme » : « Interdire la corrida, c’est interdire une culture et humilier une partie de nos concitoyens. Nous ne l’accepterons pas. Du sapin de Noël à la chasse, du barbecue amical aux rêves d’enfants de devenir aviateur, nous ne voulons pas interdire, normer, supprimer, effacer. Nous sommes des défenseurs acharnés de la liberté, et des opposants résolus à l’écototalitarisme. Nous croyons à la défense de la condition animale, mais cela ne doit pas servir d’alibi pour effacer nos singularités culturelles, nos marqueurs régionaux, bafouer le respect d’autrui et la fraternité qui fonde notre République »…

3 réflexions sur “Corrida, culture vivante… de la torture”

  1. Esprit critique

    – « TRIBUNE. Pour l’essayiste et expert associé à la Fondation Jean-Jaurès, prohiber la corrida serait contraire à nos engagements en faveur de la diversité culturelle. »

    ( La corrida, une tradition adaptable à son temps ? lepoint.fr 23/11/2022 )

  2. – « La torture n’est ni de l’art ni de la culture »

    Certains (détraqués) soutiendront que la torture est un art. L’imagination de l’homme est sans limite, même dans ce domaine. Faire durer le «plaisir», le plus longtemps possible, en effet c’est pas permis au premier con venu. Comme la tauromachie… la torture s’apprend.
    – LES MÉTHODES DE TORTURE (acatfrance.fr)
    – La formation des tortionnaires (acatfrance.fr)
    Et comme pour tout, et n’importe quoi, il y en a des bons et des moins bons. De toute façon je reste incapable de dire exactement ce qu’est l’art. La culture c’est autre chose. La corrida est bien sûr de la torture, mais elle reste une tradition. Une tradition en déclin heureusement. Pensons aussi aux combats de coqs. Et à toutes ces monstruosités que de grands malades font subir à des animaux, quand ce ne n’est pas à des humains, juste pour satisfaire leur plaisir malsain.

  3. La corrida est un spectacle de torture d’un animal mis à mort comme un trophée de la victoire de l’humain sur la nature. C’est vraiment rétrograde et indigne de l’Homme civilisé.
    La souffrance est inacceptable et le cerveau du taureau a les structures pour souffrir.
    Cependant , j’ai vu une corrida dans un petit village de Sierra Nevada où la corrida était surtout l’abattage d’un taureau avant la mise en Vente de la viande. Il existe des façon plus « humaine » 🥲 d’abattre un bovin.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *