413 milliards pour préparer la guerre

Nous les Humains, nous sommes en « état de guerre permanente ». Des archéologues ont découvert au Kenya les dépouilles des victimes d’un féroce combat, qui s’est déroulé il y a 10 000 ans. Ils étaient un peu moins d’une trentaine, des hommes, des femmes, dont l’une enceinte, et quelques enfants. Morts au combat, ou simplement massacrés. Dans deux anciens cimetières d’environ 9 000 ans en Roumanie, environ un tiers des défunts avaient été atteints par des flèches et autres projectiles. Dans une vallée allemande il y a environ 3200 ans, des ossements et des armes marquent le lieu d’un champ de bataille en Europe pendant la troisième période de l’âge du bronze. Au XXe siècle les massacres localisés ont fait place à deux guerres mondiales. Au XXIe siècle l’Europe connaît encore une guerre fratricide entre Russie et Ukraine. Emmanuel Macron prépare déjà la prochaine guerre.

Emmanuel Macron le 20 janvier 2023 : « Nous devons avoir une guerre d’avance, tirer les conséquences de ce que notre époque porte en germe …La modernisation des têtes nucléaires), des vecteurs (missiles) et des porteurs (Rafale et sous-marins nucléaires lanceurs d’engins est amorcée depuis le début des années 2000 pour être effective à l’horizon 2030-2040…Nous augmenterons nos capacités dans toutes les couches de la défense aérienne d’au moins 50 %,... »

Que du classique, dès 1960 plus de la moitié des crédits militaires étaient dédiés à la dissuasion nucléaire.

Nous les Terriens, nous devons penser autrement que Macron. Le meilleur compromis entre l’armée et le principe essentiel de sobriété ne se situe pas dans l’augmentation des dépenses militaires, mais dans le principe « si tu veux la paix, prépare la paix ». Nous pouvons constitutionnaliser un renoncement à la guerre comme l’a fait le Japon au sortir de la Seconde Guerre mondiale (article 9 de la Constitution adoptée en novembre 1946).

Nous pouvons aussi mettre les forces militaires de la France au service de l’ONU. Les Casques bleus de l’ONU, c’est un budget limité. Le chef des opérations de maintien de la paix avait invité les pays du Nord lors de l’assemblée générale de septembre 2015 à augmenter leur contribution en troupes, en vain. Pourtant les missions de l’ONU deviennent encore plus complexes. De maintien de la paix (peacekeeping), on s’oriente vers une forme d’engagement « multidimensionnel » pour la construction de la paix (peacebuilding) : désarmer les combattants, reconstruire les institutions, promouvoir les réformes, réconcilier les peuples.

Un président d’envergure internationale mettrait les forces armées françaises à disposition de l’ONU. La France ne chercherait plus à préserver une défense armée nationale, elle serait directement partie prenante d’une instance internationale ayant pour objectif premier le maintien de la paix et de la sécurité dans le monde.

Notre pays pourrait ainsi assurer d’une façon indirecte sa propre sécurité : pourquoi attaquer un pays qui se veut le garant de la paix universelle ?

Pour en savoir plus grâce à notre blog biosphere

Guerre à la planète, et le seul ennemi c’est nous-même

état de guerre, la planète ne négocie pas

écologie de guerre, guerre à l’écologie

Le coût écologique exorbitant des guerres

La guerre comme infanticide différé

Pauvreté, guerre et surpopulation sont liées

EFG, Epidémie, Famines, Guerres… normal

Partagez ...

7 réflexions sur “413 milliards pour préparer la guerre”

  1. On le sait, le langage guerrier est partout. Dans la politique, le sport, les entreprises, et même dans les écoles. Notamment celles qu’on dit grandes. Partout on ne parle que de batailles, de victoires, d’alliés et d’ennemis, qu’il faut battre, abattre, de cibles, à atteindre, etc.
    Et de guerres, bien sûr. Guerres économiques, guerre des prix, guerre contre l’illettrisme, contre le chômage, contre ceci et contre cela. Et contre n’importe quoi !
    Certains diront que c’est normal, que c’est dans notre «nature», dans notre ADN (voir l’article suivant). Moi je dis qu’il ne faut pas chercher bien loi, que c’est notre système qui veut ça.

    1. On le sait, Macron est un va-t’en-guerre. Et son fumeux «Nous sommes en guerre» restera dans les livres d’histoire. Seulement il y a un petit détail, que tout le monde ne sait peut-être pas, et qui prêtera toujours à sourire :
      – « J’appartiens à cette génération de Françaises et de Français, dont l’arrivée à l’âge adulte s’est confondue avec la professionnalisation de nos armées et la suspension de la conscription. Aussi n’ai-je pu faire mon service militaire. »
      ( Macron en campagne… électorale… en 2017 )

      Sauf que, et ça aussi on le sait, s’il avait vraiment voulu… notre actuel petit Chef Suprême des Armées aurait pu très bien faire son service militaire. Et ce par devoir, pour la France ou je ne sais quoi. Seulement notre «brave» Manu n’a pas voulu.
      Peut-être parce qu’il était alors objecteur de conscience, allergique aux armes, peace and love ou quelque chose comme ça. Pas comme aujourd’hui quoi.

  2. puissancemoncul

    « …Rester une puissance mondiale » !
    Lorsque j’entends ce genre de déclaration très « cocorico », je ne peux m’empêcher de penser à mon Grand Père qui a guerroyé en août 1914 dans les plaines Belges, à mon Père qui en juin 1940 a obtenu un « séjour » de 5 ans en Allemagne….et à 2 de mes cousins qui, en avril 1962, ont quitté l’Algérie pour revenir en France. Au premier, on avait dit que les obus allemands étaient inoffensifs, au second que nous vaincront car nous sommes les plus forts et aux troisièmes qu’ils participaient à une mission de « maintien de l’ordre ».

  3. 413 milliards, trop peu hélas, ça paraît gigantesque mais il faut comprendre le retard accumulé et le fait que notre armée fait aujourd’hui de l’artisanat. Au moment où les guerres « de haute intensité » ressurgissent, il faut faire de l’industriel, de la masse et ne pas se retrouver sans munitions au bout d’une semaine. Déjà il nous manque un second porte avion, les britanniques en ont deux et vu nos possessions ultra marines il ne serait pas de trop. Le budget aurait dû à minima être fixé a 500 milliards d’euros, l’idéal aurait été 600 milliards bien employés pour nous redonner une vraie crédibilité. On a tellement peu investi pendant 40 ans que quand il faut sortir en urgence le chéquier ça fait mal…..

    1. et bien dansez maintenant

      Je pense exactement le contraire que ce soit pour la guerre, l’agriculture, l’habitat, etc…
      L’industriel nous rend vulnérable car trop technique, trop gourmand, trop dépendant d’un élément ou d’un autre pour son bon fonctionnement, en fait inefficient, non résilient, non durable, trop centralisé. Ou alors on développe un artisanat en se réappropriant des savoir faire y compris sur sa propre sécurité

    2. Comme si la France avait besoin d’un plus gros porte-avions et de plus grosses ogives pour être crédible. Depuis quand la France n’a-t-elle pas gagné une guerre ?
      Quant aux fleurons de notre industrie guerrière, porte-avions, sous-marins, Rafale, Leclerc et autres Caesar, mais à quoi ça nous sert ? Quel est l’intérêt pour vous et moi, pour le Français Moyen, que la France intervienne militairement à l’étranger, comme en Afghanistan ou en Afrique ? Moi aussi je pense qu’il est temps d’arrêter ça. Et de mettre les milliards sur d’autres projets réellement utiles, l’éducation et la santé pour commencer. Quant aux milliers de gens qui bossent dans ce secteur, ce ne sont pas là non plus les possibilités de reconversion qui manquent.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *