La biodiversité aux temps de Macron

La publication de la nouvelle stratégie nationale pour la biodiversité est reportée, la « partie opérationnelle » doit encore faire l’objet de travaux supplémentaires !!!

Lire, Nicolas Hulot à l’épreuve de la chute de la biodiversité (mai 2018)

Perrine Mouterde : Le Conseil national de la transition écologique avait émis un avis défavorable, jugeant le projet « insuffisamment ambitieux », présentant « peu de réponses opérationnelles et un calendrier imprécis », et ne présentant « aucune hiérarchisation » des mesures. C’est pourquoi la partie opérationnelle de la stratégie, qui portera sur les indicateurs et les cibles, le financement global de la biodiversité et l’inscription du texte dans le cadre européen et mondial, ne sera présentée que dans plusieurs mois, et donc par un nouveau gouvernement. La précédente stratégie (2011-2020) n’avait pas réussi à enrayer la disparition des espèces et la dégradation des écosystèmes. La COP15 sur la biodiversité pourrait se tenir à la fin de l’été en Chine, mais les dates, après plusieurs reports, n’ont pas encore été annoncées.

Lire, Biodiversité, CDB, COP15 et IPBES… en vain

Les rares commentaires sur lemonde.fr actent l’impuissance gouvernementale à son insu de son plein gré :

Bang : Curieux de savoir si ce fameux rapport nous expliquer comment 8 milliards d’habitants peuvent vivre sur Terre sans impacter les différents écosystèmes et donc les biotopes. Vivons tranquillement dans des mégalopoles de 30 millions d’habitant, sans voyager car polluant, à manger des insectes…

Lire, Surpopulation => fin de la Biodiversité

Maazouz : Ils réfléchissent en réalité à la façon de faire un projet qui permettent de ne pas respecter la biodiversité lorsque les enjeux économiques sont présents. La même secrétaire d’Etat venait il y a trois semaines suggérer à la pointe du Finistère qu’il faudrait accepter de détruire un site Natura 2000 particulièrement exceptionnel en terme de biodiversité pour aller prélever le lithium présent à 130m de profondeur … On devrait renommer son portefeuille pour plus de transparence : « secrétaire d’Etat à la destruction apaisée de la biodiversité »

R.S : La seule raison pour laquelle on parle de « report » du gouvernement de la SNB au lieu d’échec c’est que l’on est quasi sûrs que Macron repasse en avril. Au cas où on avait encore des doutes sur le fait que Macron se moque complètement de l’environnement… Et comment se fait-il qu’il n’était prévu de la présenter qu’à un mois de la fin du mandat ? Alors que la précédente SNB couvrait la période 2010-2020 ? Que s’est-il passé en 2021? 2019? 2020 ? On aurait pu commencer le travail, non?

le sceptique : Ah la France, sa parole publique en laquelle plus grand monde ne croit… Stratégie nationale de biodiversité : nous allons protéger sans concession les espèces et les milieux naturels… Stratégie nationale de transition énergétique : nous allons multiplier les projets d’extraction des sources naturelles d’énergie… Stratégie nationale de ré-industrialisation : nous allons produire chez nous ce qui était produit dans l’Asie polluante… Stratégie nationale de souveraineté : nous allons sécuriser des matières premières et reprendre une politique minière… La France, c’est simple, des hauts fonctionnaires rédigent les discours de politiques pour certifier que notre pays a « la plus haut ambition » et « la plus forte exigence » en tout et le contraire de tout. Au final, t’as en général des taxes ou des interdits ou des subventions payées par la dette, car c’est ce que l’État sait faire de mieux, en guise d' »ambition ».

Michel SOURROUILLE : Dans le programme du présidentiable 2017 de Macron, il était écrit : « Les enjeux écologiques sont désormais des enjeux géostratégiques et diplomatiques majeurs. Nous défendrons la biodiversité au plan mondial. Nous mobiliserons les chefs d’Etat et les entreprises, afin de créer une dynamique et une prise de conscience de même ampleur que celle engagée sur la question climatique, grâce à une conférence mondiale. Afin d’être cohérent avec cette ambition mondiale, nous serons rigoureux tant en métropole qu’en outre-mer pour la préservation des espèces protégées, et mettrons en œuvre les mesures nécessaires pour cohabiter avec nos populations de grands carnivores (loups, lynx, ours).  » Comme quoi les politiques promettent et leurs écrits restent, simples mots sans conséquences réelles !

AnneH : Sur ce plan de l’écologie et la biodiversité, le second quinquennat Macron devrait être pire que le premier : intensification agricole, création des bassines, augmentation de la production de biocarburant et des methaniseurs ,exploitation des minéraux rares, par exemple le lithium dans la baie d’Audierne. Pas de lutte contre la sur pêche ; Macron ne voit que batteries électriques, centrales nucléaires qui sont vieilles et qu’on ne sait plus construire… Aucune vision à long terme, pour lui , la nature n’existe pas ou se résume à des contraintes ! Vu le niveau de ses opposants, il va être réélu et ce sera le requiem pour la nature ! Très triste!

Nicolas Hulot : « A chaque extinction d’espèces, sous l’effet de l’activité humaine, la mémoire de l’humanité se charge d’un fardeau de honte. L’homme s’octroie le droit de décider du sort des animaux ou des végétaux, de modifier le processus évolutif, persuadé que la seule chose précieuse dans la création est sa propre existence. Dans nos sociétés où partout suintent le racisme et la xénophobie, demander la considération pour un pachyderme ou un insecte est mission désespérée. Comment convaincre les hommes que le salut est aussi dans le respect sans faille de la biodiversité, que l’unicité de la nature ne vaut que par la pluralité de ce qui la compose ? »

Partagez ...

6 réflexions sur “La biodiversité aux temps de Macron”

  1. Il y a 5 jours Biosphère se désolait que le rapport du GIEC soit passé à la trappe (Le rapport du GIEC occulté par Poutine…) La veille Audrey Garric (Le MONDE 28 février 2022) se faisait la messagère du GIEC (Climat : le GIEC s’alarme des conséquences vertigineuses d’un monde toujours plus chaud). Et bien sûr aujourd’hui on a déjà oublié tout ça. Je me demande à quoi Poutine, Audrey, Manu, Marine et Compagnie ont bien pu penser ce matin, en se rasant.
    Bref, le Climat, la SNB etc. on verra ça plus tard. Bien obligés de toutes façons. En tous cas bien obligés d’en parler. Du moins de temps en temps, en attendant.

    1. Tweet tweet !

      En attendant, on en parle on en parle, mais combien sommes-nous à entendre de quoi il se parle ? Ce qu’il se raconte. Où ça ? Dans les médias pardi. Et au bistrot aussi. Si les merdias font l’Opinion, la volaille aussi, non ?
      L’autre jour, alors qu’avec un voisin nous refaisions comme chaque jour le monde, j’évoque ce fameux rapport. Le GIEC… késako qu’il me demande. Ben oui, on ne peut quand même pas être au courant de tout, alors la SNB pensez donc.
      Ceci dit, je sais que mon voisin n’en a pas rien à foutre du climat et de la biodiversité, comme de Macron d’ailleurs. Non, ce n’est quand même pas le dernier des boeufs.
      Et est justement pour ça que j’aime bien discuter avec lui. Pas avec Macron, avec mon voisin ! Par contre, ce dont lui et moi n’avons rien à foot, c’est du blablabla de tous ces clowns. Et finalement c’est surtout de ça que nous aimons discuter.
      Discuter, papoter, bavarder, chuchoter, gazouiller … et rigoler !

      1. Le DEBAGOGUE : c’est le mot que m’a inspiré celui qui lance des débats, des débats, encore des débats et…n’en retient rien ! « Je suis le président (je vous emm….) et je vous fais une lettre » (aux Français ?), parodie composée au moment des Gilets Jaunes, sur l’air de Vian avec un clin d’œil à la fameuse sortie de Giscard à la fin !
        (envoi de Maxime Blasi)

      2. Boris le blaireau

        D’abord Manu il écrit aussi bien qu’il parle. Et puis il ne joue pas perso, il joue collectif. Dans sa dernière lettre il nous le montre, il y a des «nous» partout, à toutes les lignes. Et puis ce qui est bien chez lui c’est qu’il joue d’abord pour nous. C’est pour Nous qu’il mouille la chemise, Manu.
        Et alors ce qui est super, c’est qu’et en même temps il est à notre écoute, il ne fait rien sans nous consulter. Grand débat national, Convention citoyenne pour le climat, et même un Collectif citoyen sur la vaccination, si ça c’est pas de la Démocratie c’est quoi ?
        Et là il nous écrit : «Je suis candidat pour inventer avec vous, face aux défis du siècle, une réponse française et européenne singulière. Je suis candidat pour défendre nos valeurs [et blablabla]. »
        Voyez, en plus il veut inventer avec Nous. C’est bien la preuve qu’il ne prend pas les Françaises zé les Français pour des blaireaux.

  2. Parti d'en rire

    La biodiversité aux temps de Macron c’est comme l’agriculture et tout le reste aux temps de Macron. Des stratégies, des plans et des rantanplan, ah ça c’est vrai que de ce côté là on ne manque de rien. On en a pour tout et n’importe quoi.
    Michel Sourrouille ressort les «engagements» de 2017 de derrière les fagots, il sait donc ce qu’il lui reste à faire le mois prochain. Macron, on l’aime ou on le quitte !
    Manu, on est POUR ou on est CONTRE ! Choisis ton camp camarade !
    Ben oui, il n’y a plus de place pour l’entre deux. Et au diable le Ni-Ni !

    1. Maintenant que l’Ennemi a été terrassé, la Guerre gagnée, Oh Micron enterré, les gestes barrières levés, les interdictions constitutionnalisées, maintenant que nous avons d’autres chats à fouetter, et d’autres chattes aussi, lançons une méga pétition.
      C’est en faisant des pas qu’on avance, alors autant qu’ils soient de danse. Alors YAKA !
      Pour traiter nos problèmes exigeons que les réunions soient remplacées par des bals.
      Pour sauver le loup, l’ours, le lynx, le ver de terre, la limace et j’en passe, yaka demander à Chantal Goya de nous organiser un grand bal costumé. Manu en panda je veux voir ça.
      Pour le climat Greta pourrait nous arranger un bal musette, avec flonflons et cotillons.
      Pour le Surnombre une biguine partie, avec Franky et toute la Compagnie.
      Pour les injustices et les inégalités, un bal masqué, ohé ohé. 🙂

Les commentaires sont fermés.