Le superéthanol E85, une connerie de plus

Dès 2003, les principaux pays occidentaux avaient engagé des plans ambitieux de développement des agrocarburants. On avait déchanté, il ne s’agissati plus de « bio »carburants. Certains agro-carburants conduisent à une augmentation des émissions de polluants atmosphériques, comme le protoxyde d’azote. Comme le colza absorbe assez mal l’engrais azoté, son développement en culture énergétique risque de provoquer une augmentation des pollutions de l’eau. Les nécrocarburants produits dans les pays tropicaux, s’ils présentent des rendements énergétiques bien meilleurs (notamment la canne à sucre), sont produits en partie par la déforestation. La concurrence avec les cultures alimentaires est nuisible aux plus pauvres, en poussant les prix alimentaires à la hausse. Quant à la prévention du changement climatique, les agrocarburants semblent d’un intérêt limité. En fait, le développement des agrocarburants a été largement motivé par la volonté de soutenir les céréaliers… Aujourd’hui pourtant Total veut nourrir nos bagnoles avec l’E85 ou « superéthanol », un alcool issu de produits agricoles (betterave, blé ou maïs).

Eric Béziat : Ford France présente sa nouvelle gamme de véhicules « Flexifuel », pouvant rouler aussi bien au SP95 ou 98 qu’au superéthanol. Ce dernier carburant s’achète aujourd’hui 70 centimes d’euro le litre, quand le SP95 dépasse 1,55 euro en moyenne… Côté environnemental, les débats font rage pour savoir si l’E85 est une réponse durable à la crise climatique. Le principal reproche adressé aux agrocarburants est d’utiliser les terres pour des productions non alimentaires. « Attention, nous ne sommes pas le biodiesel ! Pas de déforestation, pas d’importations massives de matières. Nous produisons en France notre alcool à partir de champs existants et de résidus sucriers et amidonniers. Nous n’occupons, aujourd’hui, que 0,6 % de la surface agricole utile », répond Sylvain Demoures, secrétaire général du Syndicat national des producteurs d’alcool agricole (SNPAA). Les ONG sont moins enthousiastes. « Nous sommes évidemment opposés au développement du GPL, qui est un carburant fossile. Mais nous ne sommes pas non plus favorables aux biocarburants actuels dits “de première génération”. » Les associations Canopée et Les Amis de la Terre France : « La betterave et le blé, bases de l’E85, font partie des cultures qui reçoivent le plus de traitements phytosanitaires. L’utilisation des pesticides et la disparition des jachères, due au développement des biocarburants, sont les deux principaux facteurs expliquant l’effondrement des populations d’oiseaux et d’insectes en milieu agricole. »

Le Parlement européen s’était prononcé à une large majorité en 2015 pour un plafonnement des agrocarburants à 7 % du total des carburants utilisés dans le secteur des transports. Timide tournant, Bruxelles s’était prononcée en 2012 pour un plafonnement à 5 %. L’union européenne limitait l’usage des agrocarburants « nocifs pour la planète » après en avoir fait un cheval de bataille. Le lobbying des céréaliers veut contourner ses obligations environnementales. Misère, misère !

Pour en savoir plus sur les nécro-carburants grâce à notre blog biosphere:

26 juin 2021, Des avions qui volent au colza, foutaises

12 juin 2018, Huile de palme ou colza, toujours des nécrocarburants

30 octobre 2015, Agrocarburants, cause et non solution à l’effet de serre

6 mai 2015, L’usage des agrocarburants est nocif pour la planète

21 octobre 2013, Aimer se faire très mal grâce aux agrocarburants

21 octobre 2012, Enfin la vérité sur les « biocarburants » !

26 janvier 2012, Agrocarburants, pas assez pour la voiture

19 octobre 2011, les agrocarburants sont méchants

21 juillet 2011, bio, agro ou nécrocarburants ?

11 septembre 2008, agrocarburants ou culture vivrière ?

25 février 2008, non aux agrocarburants

Partagez ...

2 réflexions sur “Le superéthanol E85, une connerie de plus”

  1. Parti d'en rire

    – « Hausse des prix des carburants : la conversion des voitures à l’éthanol explose »
    ( Les Echos Patrimoine – aujourd’hui )

    Après le gazole, on a eu le GPL. Et au fait, on nous en parle plus de ce truc, c’est bien ou pas le GPL ? Oui je sais, le Top c’est l’électrique. D’ailleurs j’hésite à transformer ma vieille chaudière à fioul en bagnole propre. Suffit, moyennant un joli paquet de blé, de l’équiper d’un beau moteur électrique, on appelle ça le Rétrofit. Pas mal non plus, l’Hybride. Oui mais voilà, l’Hybride ça carbure et en même temps aux fossiles. Alors maintenant c’est le superéthanol, ça c’est bien. Depuis le temps qu’on nous le promet, je pense que le Cosmogol ne devrait pas tarder.
    En attendant je me tâte… le E85 est actuellement à 60 centimes le litre… le prix du boîtier de conversion E85 homologué va de 700 à 1600€ …
    Alors, j’y vais où j’y vais pas ? Quelqu’un pourrait-il m’aider à me décider ?

    1. Mais faut vraiment être con… pour croire que tous ces marchands (de salades) se soucient du climat et de la planète. Business as usual, tout connement !

Les commentaires sont fermés.