Parti(r) pour la décroissance

Le parti politique « Demain La Décroissance » a tenu son assemblée générale constitutive le 27 février 2021. Les travaux préparatifs engagés depuis septembre 2020 ont abouti à la validation d’un programme basé sur la décroissance et visant à être incorporé dans le corpus juridique de toute nation, notamment de la nation française. Demain La Décroissance, passe aujourd’hui à une deuxième phase en se préparant à présenter des candidats aux prochaines échéances électorales françaises de 2022, et notamment un candidat à l’élection présidentielle sur la base d’un mandat programmatique impératif. 

Nous appelons tous les citoyens contempteurs de la société capitaliste croissanciste à nous soutenir dans notre action et à relayer autant que possible notre initiative autour d’eux. 

Nous recherchons également des sympathisants susceptibles de se porter candidats aux législatives, ou de s’investir dans la recherche de signatures pour la présidentielle.

Toutes informations sur le projet « Demain La décroissance » et son programme peuvent être obtenues sur le site internet

 https://www.demainladecroissance.com

Pour tout contact direct : contact@demainladecroissance.com

Cordialement

Le Conseil d’administration de DLD

Télécharger le Programme 

Partagez ...

8 réflexions sur “Parti(r) pour la décroissance”

  1. Didier BARTHES

    Bien sûr c’est difficile, mais c’est une bonne idée d’y réfléchir un peu, puisque de toutes façons, elle nous tombera dessus la décroissance.

    1. Mais bien sûr que c’est difficile. Est-ce seulement possible ? Bien sûr que ça ne peut pas faire de mal d’y réfléchir, puisque de toutes façons nous y allons. Mais n’allons pas nous pourrir la vie encore plus pour autant. En tous cas bravo à tous ceux qui ne baissent pas les bras.

  2. Les bases de ce programme sont très bien expliquées dès le début (P.2) dans l’excellente parabole du Triangle du Feu.
    – « Le combustible de notre civilisation industrielle c’est la « dot terrestre », c’est à dire l’ensemble des ressources fossiles et minérales dites non renouvelables, ou finies. […]
    – Le comburant de notre civilisation industrielle c’est le « consommateur » […]
    – L’activateur de notre civilisation industrielle, c’est le « capitalisme » […]

    1. (suite) – « Dans notre cas de figure, c’est l’homme lui-même, c’est à dire le consommateur, qui crée l’activateur, c’est à dire le capitalisme […]

      – (début P.4) Eradiquer le capitalisme, donc, non pas pour le plaisir ou par idéologie politique, mais dans un souci purement physico-chimique afin d’assurer la bonne carburation de la société décroissante inéluctable, voici qui procède d’une optique nouvelle mais qui ne donne pas pour autant les clefs de son désamorçage, ni le mode opératoire de sa déconnexion.
      Cet objectif peut paraître démesuré et sans doute faire sourire plus d’un commentateur patenté mais, il est indissociable de la décroissance. Einstein a dit : « on ne résout pas un problème avec le mode de pensée qui l’a créé ». [etc.]  »

      Voilà déjà ce qui devrait être clair dans toutes les têtes. Hélas le déni de réalité fera le reste.

  3. On ne compte plus le nombre de partis et mouvements politiques en France, plusieurs centaines. Avec le DLD en voilà donc un de plus. Plus on est de fous plus on rit.
    Pour porter la Décroissance nous avions déjà le Parti pour la Décroissance (PPLD) ainsi que le Mouvement «les Objecteurs de Croissance» (MOC). Jamais deux sans trois. Le PPLD a eu l’occasion de présenter des candidats à diverses élections (législatives, européennes, régionales et cantonales) et chacun peut consulter les résultats. Bien qu’a priori le programme du DLD soit intéressant, je doute qu’il séduise les foules.

    1. Du temps où je croyais au Grand Soir, ou ne serait-ce encore qu’à l’intérêt de «mettre un bon coup de pied dans la fourmilière», je pestais souvent contre la LCR (devenue NPA) et LO. Alors que j’aimais bien Krivine, Arlette et le facteur tout autant, je ne vous dis pas à quel point cette bande là m’emmerdait ! Notamment quand j’allais faire mon devoir de citoyen (hi-han !) Pas fichus de s’entendre pour présenter un candidat commun ! Misère misère ! Aujourd’hui j’ai réglé ce problème en adhérant au Parti d’en Rire.

  4. Vive le DMD et vive le Parti d'en Rire !

    Ce nouveau parti (le DLD) représente un énorme intérêt. Celui de pouvoir animer encore plus certains «débats». Imaginez un Bougre de Grand Andouille, style supporter de SA tendre et chère Marine nationale vert de gris-caca-kaki… et qui balance fier de lui une ânerie du genre :
    – « Alors oui, il n’y a que Marine pour mettre un coup de pied dans la fourmilière ! Ton UmPs on l’a essayé avec toutes les combinaisons, y compris les cohabitations».

    Vous pouvez désormais, avec une large banane lui répondre une connerie du genre :
    – « Tu veux rire oukoi ? Et le NPA, et LO, et le DLD … on a essayé peut-être ? Et les amish… c’était quand ? Et dis pas qu’eux aussi sont encartés UmPs ! Mais bon, toi qui aime les plaisirs solitaires je te propose d’essayer un petit jeu à la con, et tu m’en diras des nouvelles. Tu prends un marteau et tu te tapes sur les doigts. Fais bien durer le plaisir. Et tu verras combien ça fait du bien quand ça s’arrête. « 

  5. Le Programme « Demain La Décroissance » propose un nouveau système d’organisation politique, visant à empêcher le développement des injustices sociales et apte à répondre aux contraintes bio-économiques des temps prochains.
    Il est basé sur une hypothèse fondamentale : la décroissance inéluctable de la civilisation industrielle, par suite de la raréfaction prochaine et progressive des ressources fossiles et minérales de la planète. Nous considérons que cette réduction de la disponibilité globale en énergie et matières premières physiques va conférer un caractère inéluctable à la décroissance économique, qui sera sans doute progressive mais certainement irrémédiable.
    La rapidité de cette décroissance sera fonction d’un ensemble de critères difficiles à pronostiquer, mais son impact, c’est à dire finalement ce qui nous intéresse, sera lié à notre capacité de résilience.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *