Un enfant par femme… ou deux ou trois !

1980, le pouvoir chinois interdit aux couples chinois d’avoir plus d’un enfant. Cette politique aurait ainsi évité 400 millions de naissances.

2014, le cinéaste Zhang Yimou s’acquitte d’une amende d’environ 1 million d’euros pour avoir eu trois enfants, deux de plus que ce que la loi permettait.

2015, le gouvernement autorise les ménages à avoir un deuxième enfant.

2020, le taux de fécondité est de 1,3 enfants par femme. La Chine va passer de 1,412 milliard de Chinois en 2020 à quelque 700 millions à la fin du siècle. Ce qui est plutôt une bonne nouvelle pour la planète ne l’est pas pour les dirigeants communistes, dont l’une des fiertés est d’être à la tête du pays le plus peuplé au monde. En 2100, la Chine serait dépassée par l’Inde, mais aussi par le Nigeria.

2021, le bureau politique « présidé par Xi Jinping » va autoriser les couples à avoir un troisième enfant. Pour le Parti communiste, rester le pays le plus peuplé du monde est une question de principe. Il s’agit de « préserver les atouts du pays en matière de ressources humaines » a déclaré le bureau politique ? Mais les couples chinois n’en veulent qu’un : « Je suis enfant unique, mon mari aussi. Nous avons nos quatre parents à charge ainsi qu’un enfant. Comment voulez-vous que nous élevions d’autres enfants ». Et la Chine n’est pas un pays d’immigration. Dans ce pays très nationaliste, le sujet est extrêmement sensible. En 2019, la mise en place de mesures assurant « la sécurité politique et frontalière » a facilité l’expulsion des résidents étrangers illégaux.

Kathy Barla : « Il est  temps d’arrêter de valoriser la croissance, et en particulier la croissance de la population quel qu’en soit le pays, pour se focaliser sur une adaptation de l’être humain plus appropriée aux limites de la planète, et ainsi limiter son impact… Il est temps que les journalistes (et les politiques) changent de point de vue. .. Pourriez-vous faire passer ce message à vos journalistes, car il me semble très important que les messages véhiculés par LE MONDE soient en phase avec les grands problèmes de notre époque ?» (Paroles de lecteurs)

Pour en savoir plus grâce à notre blog biosphere :

10 août 2019, Il y a cinq milliards d’hommes en trop sur Terre

12 décembre 2017, Dix milliards de terriens, ce n’est vraiment pas humain

15 octobre 2016, Le vieillissement de la Chine n’est pas un drame

31 octobre 2015, Le climat souffre d’un trop plein d’humains… chinois

27 novembre 2013, vieillir n’est pas une charge insurmontable en Chine

3 avril 2013, la politique démographique chinoise ne doit pas changer

28 novembre 2012, Pour ou contre une Chine de 3 milliards d’habitants ?

25 mai 2007, 1,5 milliards de Chinois

Partagez ...

9 réflexions sur “Un enfant par femme… ou deux ou trois !”

  1. J’ oubliais :
    si des gens de votre acabit prenaient jamais le pouvoir , je crains qu’ un régime polpotien nous soit imposé sous le prétexte que les gens se gavent et ne vivent pas comme un paysan africain ou bengali
    La répression se ferait dans des camps de rééducation

  2. Si Kathy Barla croit que son message peut participer à changer le point de vue des politiques et des journaleux (et des militaires tant qu’on y est ?) alors elle fait preuve d’une naïveté désolante. Tout comme ceux qui la félicitent. Son appel n’est qu’un coup d’épée dans l’eau, un de plus, toujours plus, en attendant le prochain.
    Quoi que nous fassions… et à moins que la Grosse Cata frappe d’ici là, la Terre portera quelques 9,7 milliards d’humains en 2050, c’est comme ça ! (dit et redit) Alors à quoi bon rabâcher que nous sommes (qu’ils sont) trop nombreux etc. ?
    On dira qu’étant donné qu’on ne sait jamais, que si on pouvait limiter ce nombre à 9,5 voire à 9… alors ce serait toujours ça de gagné, que ce serait un peu mieux que 9,7 etc.
    Mais qu’est ce qu’On en sait ? Regardez la Chine, justement. Qui peut dire si ça aurait été pire ou mieux si elle n’avait jamais mis en pratique cette politique, pas très reluisante à bien des égards ?

    1. Didier BARTHES

      Mais encore une fois Michel C vous ne faites que moquer ceux qui essayent, qui se battent pour leurs idées, et ne vous engagez pas vous-mêmes (où le cachez bien), comprenez que c’est inaudible.
      Cette dame a du courage et moi je la félicite. Si vous avez des idées différentes de moi (c’est le cas d’ailleurs) je discuterai et argumenterai contre vous, mais ne me moquerai pas de votre engagement.
      Etre ironique, botter en touche par des jeux de mots, ça ne conduit à rien. Pour que des choses soient faites il faut bien que des gens aient au préalable défendu l’idée qui les sous tend, c’est exactement ce que nous faisons à Démographie Responsable, ça me semble plutôt respectable et devrait être respecté même de la part de ceux qui pensent que la démographie n’est pas un problème essentiel.

      1. Encore une fois Didier Barthès vous ne faites que me reprocher de ne rien FAIRE. En fait de ne pas faire comme vous faites. Mais moi aussi je défends mes idées, ici ou ailleurs, idées que depuis le temps vous connaissez. Et jamais je ne dirais que j’ai du courage de les exprimer et de les défendre comme je le fais (ironie, etc.) Je le fais seulement parce que j’en ressens le besoin, tout en sachant que ça ne changera finalement RIEN à RIEN. De ce côté là j’estime, peut-être à tort, que je fais preuve d’une certaine lucidité, et honnêteté aussi.

      2. Pour en revenir à votre engagement, votre combat, que j’évite d’écrire entre guillemets, j’aurais aimé que pour une fois vous répondiez clairement à mes questions : Qu’est ce que ça changerait que nous soyons 9 milliards au lieu de 9,7 en 2050 ? Alors que vous connaissez comme moi les liens entre malthusianisme et d’autres sombres idéologies, ne voyez-vous pas le danger à attiser cette peur du (sur)nombre ? Pourquoi dépensez-vous autant d’énergie pour me «combattre», et/ou me faire taire, alors que vous semblez fort bien vous accommoder de certaines idées plus que douteuses ? Je pense là notamment aux idées de cet ignoble personnage, ici même, à qui le 18 JUILLET 2020 à 11:50 vous avez souhaité la bienvenue au club malthusien.
        Je vous le redis encore aujourd’hui, jamais je ne m’acoquinerais avec n’importe qui. Et surtout pas avec ce genre là, que je vous laisse le droit de juger «respectable», si ça vous arrange.

        1. Suis-je l’ ignoble individu qui vous choqua en juillet 2020 ?😁😁😁
          Si tel est le cas , je me réjouis de vous avoir heurté car votre reprise dans le commentaire d’ un écrit de juillet 2020 prouve à suffisance que vous êtes un stalinien , un petit commissaire du peuple voire un Kgbiste toujours en train de noter dans son calepin les opposants à votre humanisme de pacotille.
          Sachez que la plupart de ceux qui rédigent ici se foutent comme un poisson d’ une pomme de vos considérations humanitaires ou de vos sarcasmes
          Je persiste et signe mes éventuels commentaires de juillet 2020 : signé ne varietur !
          J’ apprécie M. Barthes et partage totalement ses idées malthusiennes
          mais je ne l’ ai pas attendu pour me ranger dans ce camp de la lucidité !

  3. – « Ce qui est plutôt une bonne nouvelle pour la planète ne l’est pas pour les dirigeants communistes […] Pour le Parti communiste, rester le pays le plus peuplé du monde est une question de principe. »

    Selon Biosphère, les communistes (chinois) se caractériseraient donc par cette obsession d’avoir la plus grosse (population). Lorsqu’en 1979 les communistes chinois lancent cette politique de l’enfant unique, ils étaient largement en tête, ils pouvaient donc se permettre de ralentir. Et ils attendent tranquillement que l’Inde les rejoigne, en 2015 (ex aequo avec 1,4 milliard), pour accélérer en passant la vitesse 2. Et puis maintenant à 3. Cette histoire me fait penser à la fable, le lièvre et la tortue.
    Mais est-ce réellement cette histoire de taille, cette fable, qui explique tout ça ?
    Et si oui, est-ce ça qui caractérise réellement les communistes, chinois ou autres ?

    1. Michel C. qui ne rêve pas d’en avoir une plus grosse que l’autre ? (je fais référence à la bagnole bien évidemment). Quant à la jouissance du pouvoir quand on a tous les pouvoirs comme Xi Jinping, on se retrouve dans une tendance impérialiste qui passe nécessairement par le nombre de vassaux à sa disposition.
      Plus généralement les humains, qu’ils soient communistes ou capitalistes, raisonnent plutôt en termes quantitatifs, nullement en terme qualitatifs. Entre les oligarques mondiaux, c’est par exemple à qui aura le plus grand bateau, le palais le plus somptueux, les femmes les plus glamour.
      Il n’y a que les sages et quelques écologistes malthusiens qui pensent comme Gandhi, un peu ça va, un peu plus bonjour les dégâts…

      1. Oui Rapporterre, on peut le dire comme ça. Sachez que je n’ai pas de bateau, pas même un tout petit, et si vous aviez l’occasion de voir ma bagnole, ma femme et mon palais, vous verriez que je n’ai rien d’un oligarque. De toute façon quand je vois leur réussite je suis fier d’avoir échoué. Quant à Ghandi, s’il a dit «un peu ça va, un peu plus bonjour les dégâts…» admettez qu’il n’a fait là que copie, qu’il n’a rien découvert là qu’on ne sache déjà.
        Maintenant, vu que moi aussi j’essaie toujours de voir où est la juste mesure, et que j’essaie de m’y tenir, autant qu’il me soit possible, par exemple un verre ça va, trois verres, bonjour les dégâts… vu aussi que je ne me sens pas malthusien, mais alors pas du tout, que j’ai de plus en plus de mal à me dire écolo, et que les seuls sages que je connaisse sont dans les livres… je suis perdu. 🙂

Les commentaires sont fermés.