Baisse des naissances, LE MONDE est contre !

Lors de sa conférence de presse le 16 janvier 2024, Emmanuel Macron a promis un « réarmement démographique » en évoquant notamment la création d’un « congé de naissance » proposé aux deux parents, qui serait plus court, mais mieux rémunéré que le congé parental actuel, ainsi qu’un plan de lutte contre l’infertilité. Le quotidien LE MONDE salue cette initiative, son éditorial s’inquiète de la baisse de la natalité !

Ce journal « de référence » ne sait pas que la France est surpeuplée et semble ignorer ce que les Malthusiens appellent pyramide de Ponzi démographique : plus d’enfants aujourd’hui pour payer les retraites, c’est encore plus de retraités demain, un cercle vicieux ingérable car nataliste.

éditorial du MONDE : « Le taux de fécondité est tombé à 1,68 enfant par femme en âge de procréer, s’éloignant encore un peu plus du seuil de renouvellement des générations, soit 2,1 enfants par femme. La liste des raisons qui conduisent à renoncer à faire des enfants n’a cessé de s’allonger. Les politiques familiales peuvent infléchir les tendances, rarement les inverser. Le mal est profond, et nous devons nous en inquiéter sans délai. La baisse des naissances, conjuguée à l’augmentation de l’espérance de vie, représente un immense défi pour le financement de notre système de protection sociale. La pérennité du système est menacée. L’impossibilité d’en débattre de façon éclairée est préoccupante… »

Le point de vue des écologistes malthusiens

Citoyenne : Penser aux naissances pour payer les retraites c’est vraiment prendre les femmes pour des tiroirs caisse. Il faut se poser les bonnes questions, pourquoi les jeunes ne veulent plus avoir d’enfants ? Est-ce que le monde dans lequel vont devoir vivre les nouvelles générations laisse présager d’un mieux pour l’humanité. Bref on croirait Poutine qui demande aux femmes de rester à la maison élever des enfants pour la Nation. Le congé parental de 6 mois, mais après qui garde le bébé? Faire un enfant ne devrait pas être un sujet de politique nataliste.

ben tiens : Nombreux sont ceux qui pensent que la croissance de la population est absolument nécessaire pour l’équilibre de la société. Cet éditorial le sous-entend aussi. C’est faux. D’une part, la situation de pays comme le Japon, confronté au vieillissement depuis pas mal d’années, montre qu’il est possible de gérer cette question. D’autre part, la croissance démographique infinie que beaucoup appellent de leurs vœux est à bien des égards similaire à la croissance économique qui se heurte à la finitude des ressources.

Vetiver : La baisse de la natalité, c’est une bonne nouvelle. Les citoyens comprennent très bien que le monde futur va être tout sauf une partie de plaisir. Comment avoir des enfants dans ces conditions ? Nos politiques ne prenant pas de décisions ni n’élaborant de programmes de gouvernement pour préparer la rupture écologique (préparation à la décroissance, réduction drastique des émissions de CO2, de l’utilisation des plastiques …), nos «  jeunes » décident à leur place en faisant moins d’enfants.

Erwann LeMeur : La baisse de la natalité dans les pays riches est une bonne nouvelle si l’on considère la nécessaire diminution des émissions de carbone et le problème du changement climatique. Il est assez symptomatique de voir le Président et la plupart des commentateurs présenter ce dossier sur le seul plan économique et la nécessité de perpétuer nos équilibres sociaux et le « business as usual ». La perspective + 4°C, la fonte des glaciers et l’élévation du niveau des océans ne semblent pas perturber nos intégristes de l’économie en folie.

LargoF : Le « réarmement » démographique est une très mauvaise idée. Le monde doit vieillir pour réduire sa population en surnombre qui fait partie des raisons de la catastrophe climatique.

Mérovingien : Nos enfants et nos petits-enfants auront à se battre contre un milieu naturel hostile avec le réchauffement climatique, et aussi probablement à se battre tout court si les banlieues font les deux tiers du pays.

Isaman : Quel intérêt de donner naissance à des enfants pour reproduire notre modèle de société : celui ou l’argent sert de valeur sociale, ou l’on peut empoisonner son prochain avec des pesticides et autres joyeusetés en se disant que l’on contribue à nourrir la planète, où l’on vit en pillant les pays qui ont des ressources en leur faisant miroiter qu’il deviendront comme nous…

En savoir plus grâce à notre blog biosphere

Macron, sans enfant, et pourtant nataliste

extraits : Lors de sa conférence de presse, le chef de l’État a évoqué le 16 janvier 2024 deux mesurettes pour relancer la natalité française en berne : un congé de naissance et un plan contre l’infertilité en vue du « réarmement démographique » du pays. Les réactions des internautes sont toutes hostiles à ce désir de puissance par le nombre…

Marine Le Pen pour une politique nataliste

extraits : Le haut-commissaire au plan, François Bayrou, réclamait en mai 2021 un « pacte national pour la démographie », passant par la relance d’une politique nataliste. Dans son programme présidentiel de 2022, Marine Le Pen écrivait : « Choisir l’immigration, ce serait considérer que les êtres humains sont interchangeables, réductibles à des statistiques économiques. A l’inverse, faire le choix de la natalité, c’est s’engager à assurer la continuité de la nation, et la perpétuation de notre civilisation. »…

Japon, le gouvernement devient nataliste

extraits : En juillet 2014, nous écrivions sur ce blog biosphere : Le Japon devient nataliste, il est pourtant surpeuplé. Entre vieillissement accéléré de la population nippone et constat avéré de surpopulation, quelle doit être la priorité ? Retenons que le Japon ne peut nourrir de façon autonome et avec une agriculture traditionnelle que 26 millions de personnes au lieu de 125 actuellement. Malgré ce constat objectif de surpopulation, ce n’est pas la crainte du nombre qui est mis en avant aujourd’hui, mais le vieillissement !!!…

Le planning familial international, nataliste

extraits : Le 15 novembre 2022, notre monde comptera 8 milliards d’individus. Voilà un chiffre à célébrer, mais aussi une occasion de réfléchir : comment créer un monde où 8 milliards d’entre nous peuvent s’épanouir ? La croissance de notre population témoigne des progrès de l’humanité, notamment de réductions de la pauvreté et de l’inégalité des genres, d’avancées dans la santé, et d’un accès élargi à l’éducation. Cela a permis à un plus grand nombre de femmes de survivre à leur accouchement, à plus d’enfants de survivre au-delà des premières années de vie, et a eu pour résultat des vies plus longues et en meilleure santé, décennie après décennie…

Malthusien ou nataliste, faut choisir

extraits : Malthus était un écologiste avant la lettre, un démographe avant même que le mot ne soit inventé, un éducateur à une époque où le peuple était encore analphabète et même un ethnologue bien au fait des comparaisons culturelles internationales. Dans son essai sur le principe de population, il a analysé dès 1798 la tendance structurelle à une augmentation beaucoup trop rapide de la population humaine par rapport à la progression plus lente des ressources alimentaires, obligeant à la maîtrise de la fécondité humaine sinon on obtenait épidémies, guerres et famines. La portée de son message était telle que son nom est entré dans le dictionnaire : « Malthusien, qui est partisan des doctrines de Malthus… »…

En savoir plus sur la surpopulation

Alerte surpopulation, le combat de Démographie Responsable (2022)

Surpopulation… Mythe ou réalité ? (2023)

Un panorama des pays surpeuplés,

Surpopulation généralisée dans tous les pays

Pour lutter contre la surpopulation,

https://www.demographie-responsable.fr/

15 réflexions sur “Baisse des naissances, LE MONDE est contre !”

  1. Action française

    Le processus d’auto-génocide européen est maintenant une réalité incontestable… Déjà lourdement affaiblie par les inepties malthusiennes, la France ne doit pas maintenant laisser endoctriner sa jeunesse par les talibans de l’écologie, héritiers spirituels des prophètes de l’apocalypse et des théoriciens de la surpopulation humaine, auxquels l’Histoire a toujours fini par donner tort, faute d’avoir correctement apprécié le potentiel de la Terre et le génie humain. En s’affranchissant de ces fanatismes et idées simplistes, elle pourrait alors redynamiser son économie, rattraper progressivement son retard démographique sur ses grands voisins, et contribuer à limiter le déclin de la civilisation européenne au niveau international.
    (La tragédie européenne de la dénatalité, 8 février 2023)

  2. La volonté de ne pas faire d’enfants est très forte chez les moins de 25 ans. J’observe que c’est vrai aussi pour la génération d’avant.
    Au delà l’opportunité pour aller vers une société moins nombreuse, Je pense, pas sûr, qu’ils ressentent un manque de confiance dans l’avenir pour eux même et donc une absence de confiance pour faire des enfants.
    La faute en revient à la société telle qu’elle est. Cela doit nous pousser à comprendre dans quelle impasse nous avons été entraîné. Je crois que la faute en reviens au dirigeants politiques vendus aux américains mais aussi à la lâcheté et à l’aveuglement des citoyens incapables de voir les dérives laxistes des générations libertaires précédentes. Il est interdit d’interdire conduit à des enfants sans repères qui sont perdus dans leurs propres turpitudes que les parents n’ont pas su prévenir….

    1. Esprit critique

      Que l’avenir soit sombre, et n’incite pas les jeunes à faire des enfants… que les jeunes (et moins jeunes, le temps ne fait rien à l’affaire) soient en perte de repères… c’est évident. Quant à en dire la Cause, ça l’est moins.
      La société ? Bien sûr. Seulement dire ça ne nous avance à pas grand chose.
      Les dirigeants politiques ? idem. L’aveuglement ou la connerie des dits citoyens, idem !
      Les libertaires ??? Des anarchistes quoi. Ah celle là elle est bonne !!!
      Ailleurs que dans les livres… j’ai pas le souvenir d’en avoir vu beaucoup dans ma vie.
      Ah des libéraux oui ! Des petits-bourgeois à la pelle. Bien plus motivés pour défendre l’Ordre Établi que leurs libertés. Bien plus disposés à dire OUI (amen) que NON.
      Bien disciplinés, marchant sagement dans les clous, même derrière des banderoles.
      Faisant connement la queue, comme des bœufs, à Pôle Emploi, pour acheter le dernier Smartphone, pour se faire vaXiner etc.

      1. Je ne prétends pas faire une analyse en si peu de mots. Mes arguments sont faibles pour le rôle des politiques mais ce que je peux dire avec certitude c’est que l’éducation les a amené à douter d’eux même et la surprotection et la déresponsabilisation jusqu’à un âge avancé, au moins 20 ans quand ce n’est pas 25 ans, sont des facteurs déterminants dans leur refus de faire des enfants.
        La faute de cette infantilisation des jeunes est à chercher dans le modèle libertaire avec l’essor de la psychologie comme elle a été médiatisé quand elle n’a pas été forcé et institutionnalisé comme l’interdiction de châtier un enfant et des lignes téléphoniques pour permettre de dénoncer les parents.
        Juste des voies de réflection sur ces générations perdues. Heureusement, certains s’en sortent bien.

  3. Réarmement démographique » : l’Élysée réfléchit à un bilan de fertilité pour tous à 25 ans. Selon la Tribune, le gouvernement envisage de « généraliser un examen gynécologique pour les femmes et un spermogramme pour les hommes » dès l’âge de 25 ans, remboursé par la Sécu. Pour la ministre chargée de l’Égalité entre les Femmes et les Hommes, Aurore Bergé, « ce n’est pas normal qu’en 2024, des femmes qui ont le désir d’être mère, le reportent ou y renoncent ».
    https://www.sudouest.fr/societe/feminisme/rearmement-demographique-l-elysee-reflechit-a-un-bilan-de-fertilite-pour-tous-a-25-ans-18235621.php

    1. Est ce du natalisme que de s’inquiéter de cette baisse de fertilité ?
      C’est fou ça ! Pourquoi faudrait-il ne s’inquiéter QUE du (sur)Nombre ?
      Et pourquoi faudrait-il toujours voir les choses de façon binaire ?
      POUR ou CONTRE , bonne ou mauvaise nouvelle, malthusiens vs natalistes etc. etc.
      => “ Malthusien ou nataliste, faut choisir“ (Biosphère) => Misère misère !

      1. Mais parce que le surnombre menace la vie sur Terre et que la vie a été protégée quand nous étions infiniment moins nombreux, tout simplement, il n’y a pas symétrie. Rappelez-vous qu’au début du 20 ème siècle il y avait moins d’un humain sur cinq par rapport à aujourd’hui, mesurez la violence de l’explosion et comparez-là avec la destruction proportionnée des équilibres écologiques.

        1. Depuis le temps que vous me le rabâchez, tout ça je le sais. Sauf que ça ne répond toujours pas à mes questions :
          – Est ce du natalisme que de s’inquiéter de cette baisse de fertilité… oui ou non ?
          Et puis non. Je me fous de savoir ce qu’est un nataliste. Autant qu’un ultra-con.
          Je pose donc différemment la question, et merci d’y répondre :
          – Cette baisse de fertilité doit-elle nous inquiéter … OUI ou NON ?
          Dans le cas où vous auriez envie de répondre «non pas du tout, c’est même là une bonne nouvelle» je vous demande alors de développer. Cette fois en changeant de rengaine.
          Par exemple, que pensez-vous de ma petite note d’optimisme À 13:05 ?
          Et puis non, ON s’en fout des nationalistes et des fachos. Dites-moi plutôt si vous pensez que TOUT ce qui participe à réduire le NOMBRE (cancers, suicides et j’en passe) doit-être vu comme une Bonne Chose. Ou pas. Là encore, évitez SVP de me jouer le JOKER.

        2. Michel C mais vous avez déjà la réponse à toute vos question
          D’abord ai je l’habitude de vous dire « joker » ? Je ne crois pas
          Ensuite non bien sûr, vous savez bien que je ne prône jamais les méthodes violentes ou douloureuses pour réduire notre nombre, je veux juste faciliter la baisse des naissances, en faisant la promotion de la contraception et de l’éducation, franchement m’avez vous déjà vu me réjouir des suicides, des maladies ou de quoi que ce soit qui y ressemble ? Je ne comprends pas vos remarques, vous savez parfaitement tout cela, vous avez même parfois apprécié mes remarques en la matière. Même pour l’avortement je le reconnais pour le droit des femmes mais pas pour maîtriser la fécondité, alors de là à me réjouir des malheurs que vous évoquez…

    2. Aucune institution ne veut une dénatalité. Et Je ne suis pas sûr que les humains le veuillent aussi. Mais la société et l’éducation les poussent à renoncer aux enfants et C’est tant mieux.
      Il faudrait que les dirigeants arrêtent d’importer les grands enfants produits à l’extérieur du pays et nous serons sur la bonne voie.

  4. – « LE MONDE salue cette initiative, son éditorial s’inquiète de la baisse de la natalité ! »
    Et bien sûr les zécologistes malthusiens ne voient pas là de quoi s’inquiéter :
    – « Vetiver : La baisse de la natalité, c’est une bonne nouvelle. »
    Ben voyons. Et ça aussi c’est une bonne nouvelle :
    – Samir Hamamah, gynécologue : « Notre santé reproductive est en danger »
    ( Le Monde 17 janv 2024 )

    Je parie que si le taux de fécondité tombait à Zéro, ce pauvre Vetiver trouverait le moyen de dire que c’est une EXCELLENTE nouvelle. Juste parce qu’il y en aurait toujours TROP.
    C’est comme ça, c’est dans leurs gènes. Si nous les écoutions, alors nous devrions être POUR toutes les saloperies qui font que les hommes sont en train de devenir stériles. Et en même temps sanctifier ce mode vie qui pousse les couples à retarder toujours plus leur projet d’enfant. ( à suivre )

    1. Malthusiens plus nuancés, moins binaires :
      « Erwann LeMeur : La baisse de la natalité dans les pays riches est une bonne nouvelle si l’on considère la nécessaire diminution des émissions de carbone et le problème du changement climatique. »
      En effet, une bonne nouvelle si … Autrement dit à condition que …
      Sauf que les émissions ne dépendent pas que du Nombre.

      – « Citoyenne : Penser aux naissances pour payer les retraites c’est vraiment prendre les femmes pour des tiroirs caisse. Il faut se poser les bonnes questions, pourquoi les jeunes ne veulent plus avoir d’enfants ? »
      En effet, une mauvaise nouvelle si … ON résonne (comme les corps creux) dans le cadre du Système. En effet, posons-nous les bonnes questions.
      Et arrêtons de chercher des réponses (solutions) dans le cadre de ce système à la con.
      Je l’ai dit X fois, pour financer les retraites ce ne sont pas les solutions qui manquent.
      ( à suivre )

      1. (suite )
        Les femmes ne sont évidemment pas que des ventres. Ni les hommes de la chair à canon et à usine. Et les enfants ne sont pas que des cons-sots-mateurs en devenir.

        Fécondité vs fertilité. N’en déplaise aux malthusiens, no-kids et autres dégoûtés de leur propre espèce, cette baisse de la fertilité n’est pas pour moi une bonne nouvelle.
        Je mets ça dans le même sac que tous ces problèmes de santé publique, cancers etc.
        Sans parler de cette morosité, de ce mal de vivre, de ce nihilisme, de cette fuite en avant, dans le grand n’importe quoi etc. etc. Tout ça sent mauvais, très mauvais ! ( à suivre )

        1. (suite et fin) Petite note d’optimisme pour finir.
          Qu’ON se rassure, la France ne va pas devenir un no man’s land. Pour qu’elle le devienne je ne vois qu’une méga-catastrophe, nucléaire ou autre. Ce qui hélas n’est pas à exclure. N’en déplaise alors aux nationalistes, et autres fachos, ce ne sont pas des murs qui arrêteront ceux qui doivent fuir. Qui auront sûrement besoin d’aller voir ailleurs si l’herbe est plus verte. Je l’ai dit Mille fois, la nature a horreur du vide.
          – En 2100, 40 % de l’humanité sera africaine (le Monde 07 août 2017)
          Comptons sur eux pour «réarmer» la France. Et en même temps pour torcher et changer les couches de tous ces vieillards de «pure souche». 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *